samedi 1 mai 2010

LE PRÉLAT-COMPTABLE

Comme je ne suis plus chroniqueur au Quotidien, je peux maintenant me permettre de commenter les oracles et les remontrances du prélat anthropo-réchauffiste Claude Vileneuve qui trône à l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi). Sa dernière gronderie s’adressait au ministre fédéral de l’Environnement, M. Prentice. Il l’accusait de mentir parce qu’il s’attribuait le mérite d’une diminution des émissions de CO2 au Canada de 2,1%. Le prélat était offusqué parce que cette réduction était due en fait à la crise économique et non pas aux efforts du gouvernement conservateur. Et vous, êtes-vous scandalisés par ce vilain mensonge? Moi, pas pantoute! Et il y aurait eu une augmentation de 2,1% plutôt qu’une baisse que j’aurais quand même fait preuve d’une indifférence absolue…

Outré par cette épouvantable menterie, le prélat s’est alors lancé dans une harangue comptable sur le CO2. Et comme tous les écolos réchauffistes , il utilise des gros chiffres pour impressionner ses ouailles. Il n’est question que de tonnes et de mégatonnes. Puis, tout à coup, la phrase qui affole : « Les humains émettent 50 milliards de tonnes d’équivalent CO2 dans l’atmosphère.» Quelle terrifiante péroraison!

Les anthropo-réchauffistes, comme notre éminent prélat chicoutimien, évitent tous de relativiser la part de CO2 dans l’atmosphère. Les sceptiques, eux, tels Claude Allègre, Marcel Leroux ou Richard Lindzen, ne manquent jamais de le faire. Non seulement ça dédramatise mais, surtout, ça démantibule le dogme du réchauffement d’origine humaine. Oubliez un instant les tonnes et les mégatonnes et prenez acte que la teneur en CO2 de l’atmosphère de la Terre est de…0,038% Et la contribution de l’être humain est de 4% du total de CO2 émis. 4% de 0,038% ! Insignifiant!

Cela fait des décennies que le prélat-gourou de l’UQAC s’évertue à nous culpabiliser et à nous enquiquiner avec notre empreinte carbone (contribution individuelle en CO2) alors que, somme toute, notre trace carbonique n’est qu’un microscopique péché très véniel. Une peccadille, quoi! Ça ne vaut vraiment pas la peine de mettre en branle un trafic «d’indulgences» (sous la forme d’achats de plants d’arbres) pour obtenir le pardon de si minuscules offenses …carboniques il va sans dire.

Le CO2 est donc un gaz relativement rare et non toxique. Il est de plus utile à la vie et même essentiel. Enfin, il n’est pas le moteur climatique que l’on prétend qu’il soit. Je viens tout juste de lire le dernier livre de Claude Allègre, un scientifique français de grande compétence qui a déjà fait une incursion en politique (il fut ministre de l’éducation dans le gouvernement socialiste de Lionel Jospin). Il a intitulé son livre : L’imposture Climatique. Imposture, c’est un mot très dur. Il s’en explique ainsi. « Je le fais sciemment et posément. Une imposture, c’est faire passer une idée pour une autre. Oui, c’est une imposture de prétendre qu’on peut prévoir le climat du globe dans un siècle, et que cette augmentation (de température) serait apocalyptique pour le monde. Les scientifiques--les vrais-- ne savent rien de cela. La deuxième imposture, c’est d’affirmer, au nom de la science, qu’il y aurait un lien entre les dégagements d’origine anthropique du CO2 et le climat. Tous les graphiques utilisés pour défendre cette idée se sont révélés, à l’examen, faux et truqués. C’est donc une imposture de la part des partis politiques verts de s’emparer de cette affirmation pour tenter de désorganiser notre société, alors que leurs leaders n’ont pour la quasi-totalité d’entre eux, aucune formation scientifique, et ne savent pas de quoi il s’agit.»

Heureusement, cette imposture climatique est enfin démasquée. Le GIEC, cet organisme politique onusien qui se prétendait le réceptacle de la science climatique, est désormais tellement discrédité qu’il convient de souhaiter son démantèlement. Les ayatollahs réchauffistes qui n’ont pas hésité à manipuler les données pour garder au CO2 son rôle de moteur climatique sont désormais disqualifiés. La fraude scientifique est avérée.

Depuis 15 ans, le taux de CO2 dans l’atmosphère continue d’augmenter (le graphique que le gourou de l’UQAC reproduit dans sa chronique est exact), mais, pour la même période, le réchauffement s’est arrêté. Mojuv Latif, pourtant membre du GIEC, annonce que «le globe va se refroidir pendant vingt ou trente ans». Cet arrêt du réchauffement est d’une très grande portée scientifique. Il signifie que la corrélation au cours du siècle dernier (corrélation intermittente, il faut le souligner : 1910-1940 et 1970-1995) entre le taux de CO2 et la température n’est pas causalité. Corrélation n’est pas causalité. Pour que ce soit le cas, il faudrait à tout le moins que la hausse de la température accompagne de façon constante et incessante la hausse du CO2. La réalité étant tout autre, il faut chercher ailleurs la cause des changements climatiques.

Le débat est donc loin d’être clos comme le prétend l’épiscopat réchauffiste dont fait partie le prélat Villeneuve. Et la communauté scientifique est maintenant profondément divisée sur le dogme du GIEC. La dissidence prend de l’ampleur. Et les hérétiques ne sont pas des «deux de pique». J’ai cité précédemment Claude Allègre. Mentionnons également, parmi les plus éminents, Richard Lindzen, Fred Singer, Marcel Leroux, Vincent Courtillot, Svenmark, Mir Shaviv, Richard Courtney, Pierre Gilles de Gennes (prix Nobel de physique). Au Canada, on peut citer Ian Clark, Timothy Ball, Tim Patterson, Graham Smith, Mitchell Taylor. Au Québec, personne! Sauf Reynald Du Berger, un géologue de l’UQAC. Mais il a dû attendre la retraite pour proclamer sa dissidence. Ici, au Québec, la science climatique est verrouillée, cadenassée. Dans les universités comme dans les médias.

Et s’il est vrai que la vérité scientifique ne se détermine pas par un vote chez les scientifiques, il n’en demeure pas moins que parmi les spécialistes américains du climat, comme nous le rappelle Claude Allègre, à la suite d’un scrutin organisé par la Société Météorologique Américaine, «50% d’entre eux ne croient pas à l’influence de l’homme sur le climat, 27% en doutent. Seuls 23% croient aux prédictions du GIEC». Le débat est clos, M. Gore?

Au Québec, il semble bien que oui. Chez-nous, ce sont les Claude Villeneuve, Hubert Reeves, Jean Lemire, Jacques Languirand, Charles Tyssère, Steeven Guilbeault qui régentent de façon totalitaire la science du climat transmuer par leurs soins en une religion anti-humaniste. Et aucun d’entre eux n’est climatologue!

Quand on voit que, partout dans le monde (aux États-Unis, en Europe, en Australie, en Asie), le dogme central du réchauffisme (l’être humain, responsable du réchauffement) est en train de s’effondrer, ici, chez nous, comme si de rien n’était, le prélat Vileneuve continue, du haut de sa chaire universitaire, de faire de la dérisoire comptabilité carbonique, toujours persuadé que le calcul méticuleux de l’empreinte carbone est une activité vitale et primordiale.

Évidemment, Monseigneur Villeneuve ne peut pas le moins du monde être atteint par le moindre doute sur la thèse (devenue dogme) du réchauffement provoqué par les émissions de CO2 de l’humanité. Sinon, c’est sa carrière, toute entière fondée sur la responsabilité humaine du réchauffement, qui perdrait subitement tout son sens et ce sont tous ces savants exercices de comptabilité carbonique qui apparaitraient comme totalement absurdes. Alors, il continue de prêcher et de calculer.

Je conclus cette «saute d’humeur» avec une citation du plus éminent climatologue américain, Richard Lindzen : « La notion d’un climat statique et immobile est étrangère à l’histoire de la Terre et de toute autre planète entourée d’une enveloppe fluide. Que le monde avancé ait donc pu succomber à l’hystérie à propos de changements de quelques dixièmes d’un degré déviant de la température globale moyenne ne manquera sans doute pas d’étonner les futures générations. Une telle hystérie reflète surtout l’illettrisme scientifique d’une grande partie du public, sa vulnérabilité à la répétition se substituant à la vérité, et l’exploitation de ces faiblesses par les politiciens, les environnementalistes et, après 20 ans de battage médiatique, par bien d’autres groupes d’intérêts.»

Jacques Brassard

26 commentaires:

Anonyme a dit…

Vous devrez ajouter dans votre liste le professeur Claude Genest de l'UQTR!!!

http://www.radioego.com/ego/listen/3805


polq

Reynald Du Berger a dit…

Moi aussi M. Brassard, je peux parler maintenant plus librement, étant maintenant professeur-chercheur retraité de l'UQAC. Je n'utilise jamais le mot "climatologue" lui préférant plutôt "scientifique du climat". Car pour appréhender correctement un domaine aussi vaste et complexe que l'évolution du climat, il faut des connaissances solides en géologie, géophysique de la Terre solide, géophysique des basse, moyenne et haute atmosphère, océanographie, physique et chimie de l'atmosphère et astronomie (absolument pas besoin de la biologie, qui est le domaine de M. Villeneuve). Un tel animal poly-disciplinaire n'existe pas encore sur la Terre. Vous citez avec raison Lindzen comme l'américain le plus au courant de la science climatique. Il est celui qui a publié l'an dernier les résultats de l'analyse des données de l'expérience ERBE (satellite ERBES) - Earth Radiation Budget Experiment-. Or cette analyse montre des résultats en totale opposition aux 11 modèles du GIEC qui prévoient tous la surchauffe si la température à la surface des océans augmente. Or ERBE montre que plus la surface des océans se réchauffe (ce qui n'est pas le cas en ce moment) plus la quantité de chaleur qui s'échappe de la Terre vers l'espace augmente, comme si la Terre possédait son propre thermostat pour régler sa température à "confortable". J'ai déjà proposé à des collègues de l'UQAC climato-alarmistes un débat devant des étudiants et on ne m'a pas répondu. Je ne suis pas le seul scientifique climato-sceptique au Québec, je suis par contre le seul à avoir fait son coming out. Je viens de faire 6 présentations sur le changement climatique à l'École Dominique Racine en sec V. Leurs enseignants leur on projeté le film d'Al Gore "Une vérité qui dérange". Personne ne leur a cependant montré "The great global warming swindle". Que font les parents devant l'endoctrinement de leurs jeunes par leurs enseignants du secondaire?

Anonyme a dit…

Il faut regarder ce programme:

http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/warning/view/

OTC dérivés produits financiers.

Long Term Capital Management
http://fr.wikipedia.org/wiki/Long_Term_Capital_Management

OTC Derivatives Market
http://en.wikipedia.org/wiki/Brooksley_Born

Conservateur québécois a dit…

Le climat est un sujet très compliqué. Alors les gens se fient sur des "expert" comme S. Guilbeault, Amir Khadir, Pauline Marois, Gilles Duceppe,les journalistes de La Presse, pour les informer... Nous avons affaire ici à une nouvelle religion: le réchauffisme. Combien de temps durera cette nouvelle religion ? 10, ans, 30 ans, 100 ans ? Et ceux qui contesteront les fondements théologiques de cette religion s'attireront les foudres des bien-pensants. L'Histoire se répète.

Benoit a dit…

Cher Monsieur Brassard,

je vous lis avec beaucoup d'intérêt depuis le tout début de votre blogue. Je suis d'accord avec vous sur tous ces délires écolos-fanatiques. Il y a un an ou deux, j'avais entendu Claude Allègre dénoncer ce véritable scandale écologique à une émission française ("On n'est pas couché"). Depuis ce temps, c'est la succession de ministres français qui, l'un après l'autre, ne cessent de traiter M. Allègre d'illuminé isolé... car, c'est l'autre litanie: ceux qui contestent les allégations du GIEC ne sont que des "accidents-scientifiques", "ils n'ont pas encore compris", et la majorité de TOUS les scientifiques sont d'accord avec la théorie du réchauffement climatique… donc si vous êtes contre, vous êtes cons.

Cette foutue histoire de réchauffement climatique qui n’existait pas, il y a à peine 20 ans, est devenue une mine d’or de financement subventionnée pour tout un tas de programmes de recherches (voir programmes de recherches universitaires ou privés qui sont en quête permanente de source de financement).
Pour avoir les milliers (millions) de dollars, il faut répondre au critère numéro 1 : Sauver la planète! (sous-entendu que si vous êtes contre la théorie du réchauffement de la planète vous êtes obligatoirement un fasciste de la droite qui veut la détruire… ben voyons donc!).

Et quelle est la plus riche et meilleure source de financement : les fonds publics. À l’échelle de la planète ce sont des milliards de dollars qui sont devenus disponibles pour les apôtres de la rédemption écologique. Peut-on les blâmer d’entretenir le mythe?

Mais, dans toute cette histoire, ce qui me désole (me désespère) le plus, c’est cette pensée « unique » qui est maintenant la fierté du Québec. Si vous ne suivez pas le troupeau, vous êtes excommunié de la nation québécoise. En ce sens les mots du professeur Du Berger (et je ne vous blâme pas pour ça, loin de là) « Moi aussi M. Brassard, je peux parler maintenant plus librement », me terrifie. Y a-t-il une place au Québec pour la différence? La dissidence? L’opinion ou la remise en question?

Le scandale sur les manipulations et la fausseté des modèles mathématiques des prévisions climatiques par le GIEC a eu des répercussions mondiales… sauf au Québec! Ici, tout est beau, tout est vert. Rien dans les journaux… sauf quelques allusions timides du type « malgré certaines erreurs techniques, il ne faut surtout pas perdre de vue notre objectif ultime : sauver la planète! »

Toute cette histoire entourant le CO2 est une très mauvaise blague. La réaction de nos médias pseudo-neutres, pathétique.

André a dit…

Monsieur Brassard,

J'ai été en mesure de constater que vous ne publiez que les commentaires qui encensent vos imprécations et que vous censurez la moindre critique.
Je vois maintenant pourquoi votre blogue se limite à un petit cercle fermé de râleurs et que vous n'avez aucun impact dans la sphère publique.

Il est sain de regarder la science avec un esprit critique, mais encore faut-il posséder une culture de base dans le domaine qu'on veut critiquer, ce dont vous êtes dépourvu de toute évidence. Ce qui a pour résultat que la majeure partie de votre propos est un ramassis d'invectives émaillé d'affirmations inexactes telles que celle-ci : « Oubliez un instant les tonnes et les mégatonnes et prenez acte que la teneur en CO2 de l’atmosphère de la Terre est de…0,038% Et la contribution de l’être humain est de 4% du total de CO2 émis. 4% de 0,038% ! Insignifiant! »
Le 4% que vous mentionnez, c'est 4% de la masse totale de CO2 présente dans l'atmosphère et non du CO2 émis, ce qui est très différent. Comme la durée du CO2 dans l'atmosphère est de l'ordre de dizaines d'années et peut-être du siècle, il s'y accumule depuis le dix-neuvième siècle. Une proportion élevée du carbone atmosphérique actuel provient de la combustion des carburants fossile, ce qui est confirmé par les analyse isotopiques.

Jean-Luc Proulx a dit…

Décidemment, je comprends pourquoi il y a beaucoup de monde qui souhaitent quitter le Québec, car c'est malheureusement devenu une dictature de la pensée unique socialiste, soviétique et réchauffiste à tous crins marquée par une confiance absolue envers ce que peut débitter Gilles Duceppe, les zigottos de Québec suicidaire, les syndicaleux comme la p'tite madame de la CSN, les zartisss du Plateau, les loosers de la clique qu'on ne veut plus engager et qui ne survivraient pas une seule minute sans subvention de l'État, les journalistes mauvais qui n'obtiennent aucun succès et qui n'ont que leur blogue pour être lu par leur espèce de fe-fan-club, Sa Saintetée Guy Antonio Lepage à Tout le monde en parle (je n'écoute plus cette émission depuis longtemps pour cette raison, je préfère écouter les émissions américaines) et une haine féroce envers tout ce qui peut être américain et israélien et, dans la plupart des cas, Juif, sans parler de la diabolisation des armes à feu!!!!

Ce n'est pas pour rien que beaucoup de Québécois bandent sur Cuba et le Venezuela et qu'il y en a même pour appuyer les délires éveillés des illuminés comme le clown de Thierry Meyssan et des autres conspirationnistes de ce genre!!!

Moi, j'ai l'impression que, à quelque part, je suis une erreur de la nature, j'aurais dû naître aux États-Unis ou en Alberta, crisse!!! Le Québec, tel qu'il est, commence vraiment à mInquiéter et à me faire peur. Quand un peuple fait autant confiance en l'État sur-taxeur et Big Brother et aux médias gauchistes qui le manipulent, la perdition attend ce peuple!!!

Luc a dit…

Bonjour M. Brassard,
Je suis présentement en Afrique, j'écoute les nouelles à la télévision, tous parlent de la crise de la Grèce et lorsque je regarde sur les sites de médias québécois rien, nada pas un mot.

J'aurais aimé lire vos commentaire sur cette crise financière importante. Cela sans compter que le Portugal et l'Espagne risquent elles aussi d'avoir sensiblement le même problème.

Bonne jounée

Luc Harvey

crioux a dit…

Excellent billet. Quand les gens vont-ils allumer que le climat n'est pas et n'a jamais été fixe. Il change continuellement depuis des millions d'années, bien avant l'apparition de l'humain.
Il y a 10000 ans, il y avait 2 kilomètres de glace au dessus du Canada, il y a 1000 ans il faisait beaucoup plus chaud qu'aujourd'hui, les vikings avaient colonisé le Groenland et il n'y avait plus de glaces, pourtant les ours polaires on survécu. Et il n'y a que quelques centaines d'années, on vivait une mini ère glaciaire, la Tamise était gelée.

André a dit…

« crioux a dit…

Excellent billet. Quand les gens vont-ils allumer que le climat n'est pas et n'a jamais été fixe. Il change continuellement depuis des millions d'années, bien avant l'apparition de l'humain.»

Monsieur Rioux, pourquoi dites-vous ça? Personne n'a affirmé que le climat a été fixe dans le passé.

Ce genre de procédé qui consiste à attribuer faussement des propos à ceux qui défendent des thèses adverses dans le but de les discréditer est caractéristique de ceux qui n'ont aucun argument.

André

papajohn a dit…

non ceux qui n'ont pas d'argument utilise d'habitude des citations du genre, "de l'avis générale", "tous s'entendent", "il y a concensus" ou " le monde scientifique"et le plus souvent possible "démagogue, démagogieou tout mots de la même famille"

Anonyme a dit…

" Corrélation n’est pas causalité. Pour que ce soit le cas, il faudrait à tout le moins que la hausse de la température accompagne de façon constante et incessante la hausse du CO2. La réalité étant tout autre, il faut chercher ailleurs la cause des changements climatiques. "

Faux! Les temps de latence s'expliquent. La température et le taux de CO2 ne se suivent pas comme l'ombre et la lumière.

Changements climatiques ou bouleversements climatiques ne signifient pas exactement réchauffement climatique. Exemple: Une zone désertique peut résulter d'un réchauffement. Le taux d'humidité y est très faible et la perte de chaleur sous forme de rayonnement infra-rouge y est habituellement très importante. Cette perte peut ralentir ou atténuer le réchauffement global. Du moins pendant un temps. Or, un léger réchauffement supplémentaire d'une zone désertique peut correspondre au réchauffement d'un océan proche. Ce qui accroîtra probablement l'humidité mais pas au point de verdir le désert. Seulement, le taux d'humidité signifiera un effet de serre supplémentaire dans la région du désert en empêchant une partie du rayonnement infra-rouge de se disperser dans l'espace.

A noter que dans ce scénario il y a un temps de latence suivi d'un réchauffement.

C'est une grosse erreur scientifique de s'en remettre à un seul homme, fut-il bardé de diplômes. Il est beaucoup plus sain de se fier à une communauté de scientifiques. Qui connait les mobiles de monsieur Allègre ? C'est malsain de s'en remettre au plus petit nombre.

Les mobiles de ceux qui font de la science ne sont pas toujours irréprochables et ne s'inscrivent pas toujours dans une démarche scientifique. Ainsi, ici au Québec, il y a un géologue de formation qui est très estimé des climato-sceptiques. Or, à écouter cet homme il est clair que son mobile est d'abord et avant tout de rassurer les matantes. Non, il n'y a pas selon lui de réchauffement climatique, ne vous en faites pas avec ça. Certes sympathique, mais absolument pas scientifique.

Les personnes les plus crédibles sont celles qui retransmettent les constats de la communauté scientifique et ses conclusions, ceux qui rallient le plus grand nombre de spécialistes en la matière. A ce titre, Stephen Guilbeault fait un bon travail, il vulgarise bien, il communique bien. Il fait du bon boulot. Je ne comprends pas pourquoi certains s'acharnent à le mépriser. Si on l'écoute bien, cet homme est nuancé et n'a rien d'une pensée sectaire.

Serge L. Latrémouille

Anonyme a dit…

Barbara Kay: Quebec offers a taste of Greek-style spending

http://network.nationalpost.com/NP/blogs/fullcomment/archive/2010/05/07/barbara-kay-come-to-quebec-and-get-a-taste-of-greek-style-spending.aspx

Gilles Laplante a dit…

"Personne n'a affirmé que le climat a été fixe dans le passé."
Si tout le monde accepte que le climat est en perpétuel changement alors pourquoi nous rabâcher continuellement les oreilles avec les changements climatiques? Cette attitude implique qu'il ne devrait pas y avoir de changement ce qui est ridicule.

@Serge L. Latrémouille
Cent mensonges ne feront pas une vérité. C,est ce qu'on peut vérifier avec le GIEC.
"C'est malsain de s'en remettre au plus petit nombre."
Au moyen âge, le plus grand nombre croyait que la terre était plate et que la meilleure pratique pour soigner des malades était les saignées et les purgations. Aujourd'hui, on sait que c'était stupide. Il fut aussi un temps ou l'homme croyait que le Soleil et la Lune étaient des dieux. Les stupidités que le grand nombre ont cru depuis la nuit des temps est innombrable.
Vous vous questionnez sur les mobiles de monsieur Allègre mais pas sur ceux de Stephen Guilbeault. Dire qu'il n'est pas sectaire c'est porter de belles lunettes roses vous ne trouvez pas?

Reynald Du Berger a dit…

@M Latrémouille
Je ne voulais pas vous rassurer comme vous dites, seulement vous présenter des faits, des observations scientifiques récentes incontestables avec à l'appui les références dans des revues scientifiques avec comités de lecture. Observations qui contredisent les modèles du GIEC. M. Laplante souligne avec justesse le fait que "c'est pas parce qu'on est 2 000 à se tromper, qu'on a raison. "Les personnes les plus crédibles sont celles qui retransmettent les constats de la communauté scientifique et ses conclusions, ceux qui rallient le plus grand nombre de spécialistes en la matière. " Si ça ne venait pas de vous j'aurais juré que vous l'aviez empruntée des juges du Tribunal de l'Inquisition, à l'adresse de Galilée, (eux l'auraient probablement énoncée de manière plus élégante ). Et Galilée aurait répondu non pas "et pourtant elle tourne" mais "Dans le respect de l'Église et de sa sainte Inquisition, nous admettons que la Terre est immobile. Mais pour des fins de simplification mathématique, nous conduirons nos calculs comme si elle tournait". Et moi je dis simplement (en lisant les thermomètres du Globe depuis 1998), "et pourtant elle refroidit".

Anonyme a dit…

Les grandes peurs, celles annonçant des menaces graves au genre humain, nous en avons besoin.

Le bogue de l'an 2000, savamment construit par des allusions d'ordre technologique ("il se pourraît que ..") n'a pas mis fin à la civilisation moderne.
En vérité, ce n'était même pas un pet de mouche. Néanmoins, on a dépensé des milliards par le sacro-saint principe de précaution.
Nous ne sommes pas morts par millions, suite à la pandémie de grippe, annoncée l'an dernier pour le plus grand bien de quelques multinationales.

La déconstruction socio-économique souhaitée par les écolo-doctrinaires et appuyée par nos élus au Québec, aurait des coûts et des conséquences autrement plus importants et irréversibles, que le bogue et la pandémie combinés.
Malheureusement, le scepticisme du Gouvernement Harper fléchit et c'est la seule barrière tangible, avant la course vers l'effondrement.
Il est tellement facile de suivre le courant lancé et entretenu par quelques manipulateurs intéressés ou inconscients et amplifié par des journalistes ignorants, paresseux et dépourvus de rigueur.

Paul S.

N.B.: Mon chien ne s'appele pas Kyoto.

André a dit…

M. Du Berger : «Et moi je dis simplement (en lisant les thermomètres du Globe depuis 1998), "et pourtant elle refroidit". »
Moi, en fouillant sur le web, je trouve un réchauffement depuis 1998.
Pouvez-vous donner vos références ?

André a dit…

M. Du Berger : «Si ça ne venait pas de vous j'aurais juré que vous l'aviez empruntée des juges du Tribunal de l'Inquisition, à l'adresse de Galilée,...»

Juste pour vous rappeler que les juges de l'Inquisition étaient des ignorants sur le plan scientifique et refusaient de reconnaître les faits soulevés par Galilée qui jouissait d'un large appui chez les savants de son époque.

Votre appel à Galilée frise le ridicule.

Si on se réfère aux faits...
Est-ils exact qu'on assiste...
- à une augmentation significative de CO2 d'origine humaine dans l'atmosphère ?
- à un retrait des glaciers ?
- à la fonte du pergélisol ?
- à une réduction de la banquise arctique ?

Reynald Du Berger a dit…

M. André, qu'à cela ne tienne, alors voici:

http://www.cdejager.com/wp-content/uploads/2009/02/2009-forecasting-jastp-71-239.pdf

Deux exposés de physiciens du soleil présentés lors du récent congrès de l'AGU (American Geophysical Union, 14-18 décembre 2009, San Francisco) parviennent aux mêmes prévisions que de Jager et Duhau, en utilisant des méthodes différentes. Selon eux, nous nous dirigeons vers une période ressemblant au minimum de Dalton.

Les exposés des sessions de l'AGU en question (J'ai été membre de AGU de 1970 à 2005) ont été enregistrés en format vidéo. Vous les trouverez sous ce lien http://eventcg.com/clients/agu/fm09/U34A.html(durée 2h, Lecture Flash Adobe pour une meilleure qualité conseillée) ou encore ici sur le site du meeting de l'AGU (Adobe Flash Player)http://www.agu.org/meetings/fm09/lectures/lecture_videos/U34A.shtml. La session du meeting de l'AGU était intitulée : U34A Conséquences d'un minimum solaire inhabituellement long et profond.

Voilà pour les références cher M. André.

Avez-vous d'autres questions?

Désirez-vous que j'aille présenter ma conférence à vos enfants s'ils sont de niveau secondaire? c'est gratos, par contre pour le point de vue climato-alarmiste qui semble vous plaire, il vous faudra demander M. Guilbeault et c'est 5 000$ payable d'avance. Vous pouvez essayer M. Villeneuve, le prélat favori de M. Brassard ...et vous pouvez le payer en épinettes boréales, après être passé à son confessionnal bien sûr. Vous n'avez qu'à cliquer sur la case "compensez ici"http://carboneboreal.uqac.ca/calculateur.php. Il prend seulement Master Card et Visa.

Vous dites, "Moi, en fouillant sur le web, je trouve un réchauffement depuis 1998." Maintenant, quelles sont vos références à vous?

Reynald Du Berger a dit…

aux questions de M. André:
"Si on se réfère aux faits..." dites-vous (quels faits?)références?
"Est-ils exact qu'on assiste..."
- à une augmentation significative de CO2 d'origine humaine dans l'atmosphère ? significative... NON
- à un retrait des glaciers ? NON
- à la fonte du pergélisol ? NON
- à une réduction de la banquise arctique ? NON pas plus qu'en antarctique.
vous démontrer cela me demanderait davantage que l'espace normal d'un commentaire sur ce blogue. Je vous réitère mon offre de conférence gratos qui dure entre 1h ou 1h 1/2 selon l'assistance.

d'autres questions?

vous m'avez demandé mes références, je vous en ai fournies de sérieuses, toutes récentes et toutes dans des revues scientifiques à comités de lecture, dont AGU dont je faisais partie jusqu'en 2005.

vous dites ensuite "Moi, en fouillant sur le web, je trouve un réchauffement depuis 1998."
où l'avez-vous trouvé? dans les chroniques de M. Cardinal de La Presse, ou celles de M. Villeneuve du Quotidien? quelles sont vos références autres que Gore et Guilbeault?

André a dit…

M. Du Berger:«Voilà pour les références cher M. André. »

Vos références traitent de l'activité solaire, pas de la température de la Terre.
Vous demandez mes références concernant la température de la Terre... en voici une qui indique un réchauffement significatif jusqu'en 2005, contrairement à ce que vous affirmez : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Instrumental_Temperature_Record_fr.png

Est-ce que ce graphique est faux ?

Vous me demandez si j'ai d'autres questions. Pour le moment, je vais me contenter de répétez celles-ci auxquelles vous n,avez pas répondu : «Si on se réfère aux faits...
Est-ils exact qu'on assiste...
- à une augmentation significative de CO2 d'origine humaine dans l'atmosphère ?
- à un retrait des glaciers ?
- à la fonte du pergélisol ?
- à une réduction de la banquise arctique ? »

Reynald Du Berger a dit…

M. André,
"Vos références traitent de l'activité solaire, pas de la température de la Terre."
Elles traitent justement de la stagnation et des baisses de température de la Terre depuis 1998 dues principalement au creux jamais atteint en 50 ans dans l'activité des taches solaires. Je suis désolé que vous ne lisiez pas l'anglais, et suis désolé aussi de ne pouvoir vous traduire ces articles.

"Vous demandez mes références concernant la température de la Terre... en voici une qui indique un réchauffement significatif jusqu'en 2005, contrairement à ce que vous affirmez : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Instrumental_Temperature_Record_fr.png"

wikipedia présentait l'auteur de ce blogue comme "homme politique d'extrême droite" avant qu'on y apporte une correction. Trouvez donc mieux que wikipedia comme référence sérieuse , je vous parle de revues scientifiques avec comités de lecture, pas de cyber-dictionnaire gauchiste.

"Pour le moment, je vais me contenter de répétez celles-ci auxquelles vous n'avez pas répondu :"

J'ai répondu à vos questions dans mon commentaire précédent.

Si vous désirez poursuivre cet échange, par respect pour M. Brassard, je vous prie d'utiliser mon email reynald_duberger@uqac.ca

Le Gentil Astineux a dit…

@André vous écrivez : "Monsieur Rioux, pourquoi dites-vous ça? Personne n'a affirmé que le climat a été fixe dans le passé.
Ce genre de procédé qui consiste à attribuer faussement des propos à ceux qui défendent des thèses adverses dans le but de les discréditer est caractéristique de ceux qui n'ont aucun argument"

André, ce procédé se nomme la rhétorique de l’Épouvantail ou de l'homme de paille...très utilisé malheureusement par la droite anti-souverainiste.

Mathieu Gagné a dit…

Fait intéressant tiré du site de Claude villeneuve:

Formation académique

Baccalauréat en biologie (UQAC)

Notre expert Québécois sur les changements climatiques n'a qu'un foutu bacc en bio? C'est pas mal l'équivalent de se faire donner des leçons par quelqu'un ayant un bacc en théologie.

Louis Douglas a dit…

Site intéressant: wattsupwiththat

Anonyme a dit…

@Mathieu Gagné :

Ainsi donc, Brassard est un espèce d'ignare des questions climatiques, il n'a qu'un diplôme en pédagogie avec spécialisation en histoire... Que connait-il aux questions climatiques?

C'est pathétique de voir les reproches faites aux "gauchistes" et autres verdâtres de cultiver un dogme et des faussetés, alors que les "climato-sceptiques" avec en tête sa Sainteté Brassard font exactement la même chose de leur côté.

Le pire dans ce blog et ses commentaires, et c'est peu surprenant, c'est le manque de respect du blogueur pour les personnes qui pensent différement de lui. Mais pas surprenant, il continue l'oeuvre d'une vie...