samedi 15 mai 2010

QUEL MONDE DÉLIRANT!

Un palmarès instructif

La question posée est la suivante : « Croyez-vous que l’activité humaine soit la principale cause du réchauffement climatique?» C’est la question d’un sondage CROP dont les résultats, instructifs et édifiants, se retrouvent dans le numéro du premier juin de l’Actualité.

Au Québec, seulement 15% de la population pensent que les êtres humains ne sont pas responsables du réchauffement climatique. En Ontario : 34%; en Alberta : 44%; au Manitoba et en Saskatchewan : 52%; et aux États-Unis :59%.

Qu’est-ce que cela signifie? Quelle conclusion doit-on tirer d’un tel coup de sonde? Pensez-y bien! 85% des Québécois sont persuadés que, nous, les humains, sommes responsables du réchauffement de la Planète Terre. Effarant! Et exorbitant! Est-ce que ça veut dire que les Canadiens anglais et les Américains sont des cancres et des abrutis incapables de comprendre la substantifique moelle de l’évangile du GIEC, la secte onusienne du climat? Et que nous, Québécois, avons reçu une grâce sanctifiante nous permettant de saisir le message réchauffiste? Bien sûr que non!

L’explication de ces résultats n’a rien à voir avec l’intelligence et l’aptitude à comprendre les phénomènes complexes des trois peuples concernés : Canadien, Québécois et Américain.

En réalité, la singularité des Québécois sur cette question (comme sur bien d’autres) s’explique par le fait que nous vivons dans une société de type totalitaire sur le plan de la pensée en matière de climat. Chez nous, au Québec, il n’y a jamais eu de débat scientifique sur l’origine du réchauffement climatique. C’est le régime de la Pensée Unique. À quelques exceptions près, il n’y a pas de scientifiques qui contestent la thèse (on pourrait dire le dogme) du GIEC. Et dans les médias et la classe politique, c’est la même réalité : une seule théorie, une seule vulgate, celle de la responsabilité humaine du réchauffement. Convenez que ça fait très…stalinien! Les quelques rares dissidents sont réduits au silence ou refoulés dans les marges.

Sauf, peut-être, dans la Vieille Capitale et ses environs où plusieurs animateurs de radio (dont Sylvain Bouchard) contestent régulièrement le dogme réchauffiste. Ce qui se reflète dans le sondage. Dans la région de Québec, il y a, en effet, 22% de réfractaires, soit 7 points de plus que la moyenne québécoise (15%).

Or, au Canada et aux États-Unis, contrairement au Québec, il existe un véritable débat parmi les scientifiques de même qu’au sein des médias et de la classe politique. Et le point de vue des hérétiques est vraiment sur la place publique.

Par conséquent, les Canadiens et les Américains sont beaucoup mieux informés et beaucoup mieux éclairés sur les enjeux et les théories climatiques que les Québécois. Ces derniers, il faut malheureusement le dire, sont, en cette matière, des ignares ahuris victimes d’un bourrage de crâne intensif et exclusif. Je trouve cela bien attristant et bien lamentable.

Il nous reste à placer notre confiance-- si l’on veut mettre fin à ce que Claude Allègre appelle une imposture climatique-- …dans le peuple américain!!!



Les mystiques du CO2

Dans un numéro de mars du Point, je tombe sur un article nous informant du grand succès d’un livre de Colin Beavan, intitulé No Impact Man et dans lequel il fait part de son expérience pour réduire à zéro son empreinte carbonique et celle de sa famille. Proprement ahurissant!

Extrait de l’article :«Il n’utilise plus de papier toilette --«chaque minute, dit-il, la consommation de papier toilette nécessite qu’on abatte l’équivalent de neuf terrains de foot dans la forêt amazonienne, je ne pouvais plus essuyer mes fesses dans un arbre»--,il a supprimé le dentifrice, remplacé par une pâte de bicarbonate de soude, obtenu un savon sans additif chimique--«j’ai dû le faire faire, car même le savon bio contient des huiles essentielles et aromatiques, qu’on retrouve dans les eaux usées, ce qui nuit aux poissons»--,il a coupé l’électricité de l’appartement familial, tenté de laver son linge à la main, en le foulant pieds nus dans la baignoire…Il a passé des heures, pédalé des kilomètres à bicyclette pour trouver les moyens de ne nourrir sa famille à trois têtes qu’avec de l’alimentation produite selon les canons de l’agriculture biologique dans un rayon de 400 kilomètres (exit le café remplacé par des plants de menthe sur le balcon, exit les fraises, l’ananas, le ketchup, le fromage, place aux choux, aux panais, aux salsifis et au potimarron tout l’hiver)…Il a arrêté de prendre le métro, de regarder la télévision, de monter en ascenseur, d’acheter de l’eau en bouteille…Sa femme et lui ont renoncé à passer les fêtes de fin d’année dans leur famille joignable seulement en avion--«Pas d’empreinte carbone, soit, l’a morigéné son père, mais as-tu songé à ton empreinte familiale?» »

J’arrête les citations. Toute cette frugalité délirante, tout cet ascétisme débile, toutes ces mortifications, tous ces renoncements, toutes ces pénitences pour…ne pas émettre de CO2, c’est vraiment d’une absurdité totale.

Autrefois, dans les grandes religions, il y avait des saints et des saintes qui menaient une vie faite de privations, de dénuement, de jeûne, de sacrifices. Mais ils poursuivaient un but dont la grandeur sublime forçait l’admiration : entrer en relation mystique avec Dieu.

Aujourd’hui, tous les Colin Beavan de ce monde, tous les écolos radicaux, tous les locavores extrémistes, s’imposent abnégations et renoncements, comme les mystiques d’antan, mais pour un objectif d’une insignifiance absolue, réduire les émissions d’un gaz à effet de serre (le CO2), inoffensif en plus. On est loin de l’union spirituelle avec Dieu recherchée par les ascètes.

Vous me direz : «ce sont des hurluberlus». Exact. Mais ils ne font qu’appliquer sans limite les principes fondamentaux de l’idéologie écolo : l’espèce humaine est une espèce nuisible et malfaisante; le mode de production capitaliste, même s’il a sorti l’humanité de la misère, doit être éradiqué ; la société de consommation, qui a fait grimper l’espérance de vie de 30 à 80 ans en quelques siècles, doit être anéantie; le CO2, un gaz pourtant utile à la vie, ne doit plus provenir de nos activités.

Voilà donc ce qu’il advient dans un monde sans transcendance. On se complait dans l’indigence de la pensée et les platitudes hystérico-carboniques du genre : « Il faut se torcher le cul comme les australopithèques.»

C’est à la fois loufoque et pathétique.

Jacques Brassard

26 commentaires:

Anonyme a dit…

Inutile de vous dire que je suis absolument
de votre avis et que cet article devrait paraître dans tous les journaux du Québec afin de faire connaître à la population qu'il existe autre chose qu'une pensée unique, celle de Guilbeaut et ses suiveux.
Merci M. Brassard de nous faire connaître un autre point de vue.
Je vous admirais comme ministre et je pense vous admirer autant comme blogueur.
Bravo.

Le Gentil Astineux a dit…

M. Brassard, oui la population est en partie responsble du réchauffement de la planète.
Si les américains n'y croient pas c'est parce qu'ils sont mal informés ou désinformés.

Tout comme St-Thomas qui a refusé de croire avant d'avoir vu et toucher les plaies de Jésus, nos actions sur le réchauffement de la planète sont invisibles. On n'y croit pas parce qu'on ne voit pas.

À une certaine époque pas si lointaine, on refusait de croire que la fumée donnait une maladie invisible chez les fumeurs, tout comme l'autre, l'amiantose. Mais on a finit par croire les scientifiques et les chercheurs sur les maladies causées par la fumée et l'amiante.
Pis, on s'est questionné sur un autre phénomène qui rendait les lacs improductifs; vide de toute vie.
Les scientifiques finirent par découvrir les responsables : pluies acides produites en majorité par les centrales aux charbons, la plupart situées aux États-Unis.

Actuellement, il y a quelque chose de très visible qui se passe de ce temps çi dans le golfe du Mexique, c'est un déversement continuel de pétrole, les américains y croient parce qu'ils le voit.

Je vous encourage plutot M. Brassard à vous tournez vers un sujet bien plus important : la promotion de l'indépendance du Québec.

Note Bene : mes commentaires laissés sur votre blogue sont archivés et éventuellement publiés sur mon blogue, s'ils ne sont pas publiés içi.

Reynald Du Berger a dit…

"Il cherche à susciter la controverse chez des jeunes qui n'ont pas la maturité suffisante pour porter un jugement"... "Il défend son point de vue: l'homme n'est pas responsable du réchauffement climatique". ... "Il est important de faire un retour avec les élèves, car il vient contredire plusieurs choses qu'on leur enseigne depuis plusieurs années".

Voilà le verbatim exact utilisé par une enseignante à mon endroit et à l'adresse du programme "Les Innovateurs à l'école" comme évaluation de ma présentation "La science défaillante et la religion florissante du réchauffement climatique" à ses élèves de 5ième secondaire à la Polyvalente de l'Ancienne-Lorette.

C'est justement la controverse que je cherche et c'est très sain. L'enseignante a été surprise par le contenu de ma présentation. Elle croyait peut-être à ce pseudo "consensus". Elle ne s'attendait pas à ce qu'un scientifique comme moi soit sceptique sur la cause anthropique du changement climatique et présente son point de vue aux élèves.

Comment les élèves de cette enseignante peuvent-ils développer leur argumentaire dans les dissertations qu'on leur demande s'ils sont comme elle le dit, dépourvus du jugement nécessaire? Que pensent les élèves du jugement de leur enseignante?

Et ce "retour" qu'elle doit faire avec ses élèves suite à mon intervention, est-ce un debreefing? une déprogrammation des ces jeunes cerveaux contaminés par une opinion scientifique contredisant son enseignement?

Le libellé de ma présentation tel que figurant au programme des Innovateurs se lisait pourtant ainsi:

Y a-t-il des observations scientifiques pertinentes et probantes qui nous mènent à conclure à une augmentation contemporaine de la température atmosphérique causée par l'activité humaine? Quels sont les changements climatiques qui ont affecté la Terre dans le passé historique récent et dans le passé géologique ? Les changements récents sont-ils inhabituels en rapidité et intensité? Que sont les gaz à effet de serre ? Dans quelle mesure affectent-ils le climat ? Et quel est le rôle des océans ? des volcans? Les changements climatiques sont-ils d’origine anthropique ou naturelle ? Le Soleil affecte-t-il les changements climatiques ? Autant de questions intrigantes, mais importantes afin d’effectuer des choix qui affecteront l’avenir économique et social des populations de toute la Planète. (à suivre)

Reynald Du Berger a dit…

(suite du commentaire précédent)
C'est ce que j'ai présenté aux élèves de cette enseignante. D'entrée de jeu je leur dis que je ne prétends nullement leur révéler des vérités, mais je prétends les amener à se questionner, à développer une attitude critique en remettant en question certaines affirmations qui leur sont présentées comme vraies, indiscutables par les médias, quelques profs, certains parents et leur manuel. J'ai posé ces questions aux élèves et je leur ai présenté ensuite des observations scientifiques rigoureuses, des faits, dont plusieurs contredisent des affirmations figurant dans leur manuel . Je peux fournir à l'enseignante et à ses élèves, les références dans des revues scientifiques à comités de lecture qui appuient les interprétations des observations que j'ai présentées aux élèves. Je ne suis pas certain cependant que ceux qui ont rédigé le chapitre sur le réchauffement climatique de leur manuel puissent en faire autant. J'ai bien pris soin cependant de conseiller aux élèves de répondre selon la "vérité" exprimée dans le manuel et non pas selon mon opinion hérétique en cas de question à l'examen officiel du MÉLS. J'ai constaté aussi qu'en 5ième secondaire, les élèves sont très peu instruits de la démarche scientifique rigoureuse, de celle qui mène à la publication dans des revues à comités de lecture, de l'éthique en sciences. Ce sont des sujets qui ne sont nullement abordés dans les deux cours bidons et fourre-tout d'Éthique et culture religieuse et Le Monde contemporain. Deux plaies issues de la « réforme »

Je comprends pourquoi les Suisses ont considéré cette réforme tellement sérieusement, qu'ils ont tenu un référendum afin de la ..... rejeter.

Anonyme a dit…

Non mais,je sais pas si se monsieur(l`hurluberlu)se rend compte que si on fait tous comme lui et sa famille,on revient pratiquement comme en 1850.N`oublions pas, la vie était beaucoup plus dur et l`espérance de vie était beaucoup moins élevé qu`aujourd`hui.

Mais ça l`arrivera pas.Anyway,je vois pas toutes les belles tit-dames de radio-tralala se torcher avec leurs doigts.Hahaha

André a dit…

Je ne suis pas d'accord avec vous, Gentil Astineux, lorsque vous suggérez à Jacques Brassard de consacrer son énergie à la promotion de la souveraineté du Québec. Par son style, il nuirait à cette cause.

André

Anonyme a dit…

Il ne faut pas oublier le climat démographique du Québec: l'hiver démographique...

Ce climat là est encore plus tabou... Et personne ose en parler...

Anonyme a dit…

Euthanasia see at 10min, at 16min abortion...

Le cardinal Marc Ouellet défend ses propos controversés
http://videos.lcn.canoe.ca/video/83356147001/emission-du-6-mai-1/

Gilles Laplante a dit…

Monsieur l'Astineux,
Vous semblez confondre climat et polution. Pour ce qui est du "réchauffement de la planète" vous en faites une religion. Ça n'est pas très scientifique.
Actuellement, en Islande, vous avez un volcan qui fournit l'atmosphère en CO2 pour bien des fois ce que la pauvre humanité peut produire. Allons-nous aussi combattre les volcans?

papajohn a dit…

Oui M.André, vous avez bien raison,M. Brassard en fesant un retour au PQ reviendrait a faire un retour en arriere de quelques 35ans l'option ne trouve pas preneur et en plus c'est le voisin qui nous paie l'épicerie et le débranché a Duceppe qui prétents faire la démarche séparatiste,en auto-bloquant tout, mais alors tout ce qui émanent du fédéral, mais n'arrête pas de passer l'aspiratuer dans la tirelire canadienne pour en soutirer toujours d'avantage(ca serait hilarant de voir leurs demande de pension canadienne refusées sous prétexte que le Bloc n'est autres chose qu'un partis provincial, siègé au fédéral, on verrait le syndicaliste a tête d'ampoule incandescente monté le parlement a la maniere d'un GREEN PEACE pour gueuler son mépris alors que ça fait 20 ans qu'il met le bâton dans les roues du développement du Canada). Gratter la surface de la peinture et il ne faudra pas long pour voir apparaitre que celui qui a pollué hier,s'en met plein les poches aujourd'hui en rammassant sa propre merde full subventionner et qu'avec sa subvention il s'achete des grâces il s'achete la subvention suivante aupres de nos intègres gouvernants.

Isabelle Robillard a dit…

C'est trop savoureux cette histoire là!

Un gars prend la peine d'écrire un livre pour dire qu'il a été capable d'avoir un impact zéro sur ses émissions de carbone, dont entre autre avoir été capable de ne pas utiliser de produit papier.

Réfléchissons un peu.

Il a ÉCRIT un livre...Un livre c'est fait en quoi au juste? Si il avait diffusé son oeuvre sur le net, il se serait évité de couper quelques arbres, non?

De plus, pour DISTRIBUER un livre dans toutes les librairies du monde, cela implique des avions transportant son livre d'un continent à l'autre, des camions qui acheminent son livre dans les librairies.

Non mais vraiment, il y a des coups de pied au c... qui se perdent ici!

De plus, vous remarquerez que ce genre d'hurluberlu vient le plus souvent de mégapoles (New-York dans ce cas-ci), là où la nature a été le plus perturbée.

Tellement perturbée en fait que ceux qui y vivent ont complètement perdu contact avec la nature et entretiennent avec elle une vision idyllique...

Des schizophrènes verts

crioux a dit…

Il y a des années que je blogue sur les écolo-religieux, encore plus depuis le Climategate.

Et pourtant, ces écolo tentent de nous (les sceptiques) faire passer pour des arriérés anti-science comme les créationistes, alors que dans les faits, la vraie science est plus proche des sceptiques et la religion bien plus proche de leurs théories réchauffistes.

Tout comme la religion, la foi est plus importante que les faits, et ils ne tolèrent pas d'être mis en doute (hérésie contre le dogme). Tous les maux de la terre sont la faute des humains, qui doivent racheter leur péchés. Les adeptes écoutent sans questionner les prophètes et messies comme Al Gore. Avant c'était un péché d'empêcher la famille, maintenant c'est un péché d'avoir des enfants, les écolos prônent la dénatalité.

Cette nouvelle religion est à la base anti-humain. Je ne serais pas surpris qu'un désaxé influencé par leurs propos décide de faire un attentat terroriste pour tuer des humains, parce qu'ils y en a trop et qu'ils sont responsable de tous les problèmes de la planète. N'oubliez pas que 6 milliards d'humains qui respirent produisent des millions de tonnes de CO2 24/24...

Anonyme a dit…

@crioux:

Juste le contenu de ce blogue en plus des commentaires de climato-alarmistes vous donne raison:

- - - - - -

Le blogue de Valérie Borde

13 mai 2010
De climatosceptique à créationniste

http://www2.lactualite.com/valerie-borde/2010-05-13/de-climatosceptique-a-creationniste/

- - - - - -

Charles

Conservateur québécois a dit…

Nous vivons dans une sorte de société totalitaire écrit Mr. Brassard. Parfaitement d'accord avec lui. Nous vivons dans une dictature des biens-pensants. Et cette clique oligarchique on la connaît. C'est Radio-Canada, La Presse, les syndicats, les partis politiques,les universités, les zartistes, les hauts fonctionnaires,les intellos , etc. Mais le plus pathétique c'est que nous avons une élite incompétente. Que faire ? Si vous avez de l'argent, il faut partir d'ici.

Krak a dit…

Hum? Est-ce que l'expression: "Jeter le bébé avec l'eau du bain" conviendrait..? Est-ce à dire que l'opinion publique est influençable, que les médias gonflent l'importance de la pollution humaine à un point tel que tout ce qui pourrait être vrai ne l'est plus? Il n'y a donc pas de problèmes écologiques reliés aux empreintes de l'homme? De problèmes importants même? J'en doute....

Anonyme a dit…

Décourageant d'être Québécois !! Qu'allons-nous faire?

On est tellement fou, que l'on paie les sacs d'épicerie, la SAQ et autres...

fou fou fou

Gilles Laplante a dit…

@Krak
Il ne faut pas confondre pollution et climat. S'occuper de la pollution c'est bien mais le CO2 n'est pas un polluant. Occupons-nous de la pollution et laissons la nature s'occuper du climat.

Françoise D a dit…

Une Vérité qui dérange d'Al Gore imposée en "éthique et culture religieuse" (le cours de tous les endoctriments ?)

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/05/ecr-verite-qui-derange-dal-gore-en.html

ECR = endoctrinement complet en rectitude ?

Alain Gagnon a dit…

Monsieur Brassard,

Mes plus sincères félicitations.
Votre courage devrait servir d'exemple à ceux qui n'ont pas celui (élémentaire) de signer leurs commentaires.

Alain Gagnon

Anonyme a dit…

En prenant l'attitude d'insulter des gens qui travail dans le domaine de l'environnement depuis 10, 20, 30 ans ça montre le niveau des commentaires. Je constate que sur ce blogue il n'y a personne qui fait de la science, juste des opinions comme sur les lignes ouvertes de radio !

Quelques questions comme ça ?

Aux USA le créationnisme est enseigné dans les écoles est-ce qu'ils sont plus intelligents que nous ?

Un pays comme l'allemagne investie massivement dans les technologies vertes, est-ce un pays pauvre ? Qu'elle est l'opinion des européens sur le sujet (réchauffement vs CO2) ?

Vos commentaires démontrent justement le contraire de votre conclusion. Plus on est liée (producteur, acheteur, consommateur) avec les combustibles fossiles plus on crois que le CO2 n'a pas d'impact. Je suis d'accord avec le gentil astineux !

Selon vous M. Brassard qu'est-ce que vous proposez on consomme de plus en plus de pétrole ou on investie pour trouver des alternatives d'énergie vertes, soyez claires ! à moins que votre position soit la même que celles des pétrolières !!

Anonyme a dit…

"André a dit…
Je ne suis pas d'accord avec vous, Gentil Astineux, lorsque vous suggérez à Jacques Brassard de consacrer son énergie à la promotion de la souveraineté du Québec. Par son style, il nuirait à cette cause."

On dirait bien que votre secte n'est pas trop favorable - elle non plus - à la dissidence. Pour moi le fait que vous soyez toujours péquiste et séparatiste après 2 référendums me laisse douter fortement de votre lucidité affichée pourtant dans d'autre dossier, comme celui dont vous parlez dans ce billet.

D'Autant plus qu'au sein du PQ et dans le milieu sécessionniste vous avez zéro chance de faire passer ce message!

Malheureux.

Anonyme a dit…

"réduire les émissions d’un gaz à effet de serre (le CO2), inoffensif en plus"

C'est ce que vous dites Monsieur, mais y paraît, je dois employer cette expression puisque de toute façon rien ne saurait vous faire changer d'avis, même les études les plus sérieuses, on est négationniste ou on l'ait pas, donc y paraît que le taux d'acidité de l'océan augmente à cause du CO2. Cela signifie la mort et la disparition de beaucoup d'espèces animales fragilisées par ce taux d'acidité (les coraux entre autres)

Mais vous n'y croirai pas.

Anonyme a dit…

C'est avec des sophismes comme ceux dans l'article qui suit que le Québec s'en va à sa perte...

Avortement: éthique et politique
http://www.cyberpresse.ca/la-voix-de-lest/opinions/collaborateurs/201005/20/01-4282264-avortement-ethique-et-politique.php

jean de Québec a dit…

Salut, on se demande si les journaliste ne sont pas des putes.On entend toujours qu une version et on ne se rétracte jamais, a preuve la multitude de malversations et d enquetes (en Europe) sur la pandémie H1N1, mais ou sont ils nos journalistes Québécois maintenant, on ne les entends plus, plus rien, silence radio, allo la lune!!! ONT S EST FAIT FOURRÉ AVEC LA PANDÉMIE, c est ti clair ca, et ont est en train de se faire ENC... avec le réchauffement climatique.Non, ont est baigné dans une soupe médiatique propagandiste et n allez surtout pas dire que c est de l information, ce n est que répétage et verbiage politiquement correct insipide qui mettent les Québécois d aujourd hui en danger.Bien a vous M. Brassard

Anne DeBlois a dit…

Bonjour, M. Brassard.

Je viens à peine d'entendre parler de la sonde solaire SDO, qui a été envoyée pour étudier l'activité solaire. D'après un article du Journal de Québec lu hier (pas disponible sur Canoë, tiens, tiens...), il est écrit texto que 20% des variations climatiques de notre bonne vieille Terre sont dues au Soleil versus 80% aux activités humaines...

Je suis convaincue que les données collectées par cette sonde solaire vont renverser le 80-20 en faveur du Soleil, pour ne pas dire 90-10 même!!! À mon humble avis, je dirais 95-5, car il est vrai que les immenses torches des raffineries ont un impact direct sur le (micro)climat environnant.

Toujours ravie de vous lire, M. Brassard. Vive l'Internet libre :)

Salutations de Québec

Anonyme a dit…

J'invite les gens convaincus d'être eux-mêmes à la source des émissions de CO2 à réfléchir sur la propagande qu'ils gobèrent.

En fait, la seule conclusion logique à cet endoctrinement, ce serait qu'ils mettent fin à leur jour pour préserver la Terre, souillée par une humanité coupable de vivre sur celle-ci.