mardi 24 novembre 2009

la grand-messe de Copenhague

Vous le savez sans doute, au début de décembre, se déroulera à Copenhague une grand-messe écolo-réchauffiste sous l'égide de l'ONU en vue de conclure un traité qui succèdera à Kyoto ( qui fut un échec total ). Elle aura été précédée de plusieurs basses messes pour tenter de bâtir un consensus sur des cibles chiffrées de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Sans Succès! L'Europe a beau faire preuve d'une abnégation économiquement suicidaire ( des objectifs de 40% de réduction ), le reste du monde renâcle, finasse et se dérobe. Tout particulièrement les pays dits émergents ( Chine, Inde ) qui refusent de sacrifier leur croissance pour sombrer dans l'hystérie carbonique. Même les États-Unis d'Obama le Verdoyant tardent à se commettre, le projet de loi portant sur la question étant enlisé dans le marais des procédures au Congrès. Le Canada, de son côté, maintient une position non seulement logique mais parfaitement justifiable: on consentira à signer un accord si les contraintes s'appliquent à tous les pays sans exception ( contrairement à Kyoto ). Le sous-pontife Guilbeault a beau profiter de son fauteuil permanent à Radio-Canada pour dénigrer Stephen Harper sous le regard complaisant de ses courtisans, le PM du Canada maintient le cap et refuse de sacrifier la relance et la croissance de l'économie pour faire plaisir aux tenants d'une théorie climatique dont les fondements scientifiques sont de plus en plus précaires et défaillants.

Et c'est tout à son honneur. Ce serait évidemment, pour M. Harper, plus facile et plus gratifiant de revêtir la défroque du Sauveur de la Planète. Il serait alors congratuler par les escadrons écolo-réchauffistes qui dominent et régentent les salles de rédaction, la colonie artistique, la classe politique et les officines universitaires. Mais comme il a conservé un certain sens du bien commun, il encaisse stoïquement les quolibets et les injures des Verdoyants.

Le plus désolant et le plus effarant dans cette liturgie onusienne, c'est que l'on sait maintenant que la démarche scientifique a été remplacée par une démarche proprement idéologique, ce qui signifie que tous les faits et observations contraires au dogme du réchauffement d'origine humaine ont été systématiquement écartés par la caste garde-chiourme du GIEC. Sinon, pourquoi ignore-t-on toutes les preuves accumulées démontrant que l'effet de serre ( et encore moins la modeste contribution de l'être humain en émissions de CO2: moins de 5% du total) ne constitue pas le moteur climatique que la pensée officielle voudrait qu'il soit? Sinon, comment et pourquoi ne pas tenir compte du fait que, depuis 1998, le réchauffement s'est arrêté et que même un éminent rédacteur du GIEC, Mojib Latif, nous annonce au moins 20 ans de refroidissement? Sinon, pourquoi les réchauffistes n'ont jamais voulu considérer la théorie du danois Henrik Svensmark sur l'activité solaire comme facteur déterminant des changements climatiques? Sinon, pourquoi continuer de faire confiance à des modèles informatiques qui, comme l'écrivait Jean-Michel Belouve, « prédisent des évolutions totalement opposées aux observations scientifiques faites par ballon-sonde et par satellites sur l'évolution de l'humidité atmosphérique et les nuages » ? C'est parce que l'idéologie s'est substituée à la science et le dogme à la vérité scientifique.

Et la preuve de la contamination de la science par l'idéologie vient d'éclater avec ce que la presse anglophone appelle le « climategate », une énorme supercherie climatique révélée par des pirates informatiques qui ont rendu publics des milliers de fichiers et des centaines de courriels provenant du Climate Research Unit (CRU) de l'Université d'East Anglia, fournisseur principal de données climatiques du GIEC et officine bien connue du réchauffisme. Et c'est pas joli! Plutôt nauséabond! On y apprend qu'on a manipulé des données et qu'on a sciemment empêché la divulgation de d'autres dans le but de préserver intact le dogme du réchauffement d'origine humaine. Il vaut la peine de visiter le remarquable site de Jean Martin, un authentique scientifique, Pensée Unique pour les scientifiques, pour prendre connaissance des détails croustillants de cet énorme scandale climatique.

Notez qu'alors que la presse anglo-saxonne en parle abondamment, la presse québécoise et francophone ne semble pas au courant de cette grosse escroquerie et continue de publier des âneries sur la fonte des glaces, la montée des eaux et la disparition des ours polaires.

Il faut donc souhaiter ardemment que la grand-messe de Copenhague capote avec éclat. Ce serait un véritable désastre s'il fallait qu'on tombe d'accord sur des réductions massives des émissions de CO2 ( un gaz inoffensif, non-polluant, utile pour la végétation et qui ne constitue que 0,03% de l'atmosphère terrestre ), dans le but d'empêcher un réchauffement qui s'est arrêté depuis dix ans et dont l'être humain n'est aucunement responsable. Ce serait une catastrophe parce qu'une telle opération se traduirait concrètement par une croissance faible ( et même une décroissance )et par un fardeau fiscal ( avec la taxe carbone ) accru...sans affecter le moindrement la température du globe.

Je vous l'avoue, tout mon espoir repose sur l'Inde et la Chine qui demeurent d'une froideur extrême face à l'obsession carbonique de la classe politique occidentale et qui n'ont aucunement l'intention de saboter leur développement pour entrer en lutte contre un gaz inoffensif. Qui aurait cru qu'un jour je placerais toute ma confiance dans les communistes chinois pour qu'ils empêchent l'Occident d'anéantir son économie.

JACQUES BRASSARD

51 commentaires:

Stéphane a dit…

Et bien c'est tout un texte. Et dire que l'on ne pouvait vous lire dans le Quotidien. J'ai dû en rater de bonnes. C'est vraiment bizarre en effet que les médias Québécois n'en parle pas de cette histoire de piratage et de Email

Anonyme a dit…

Vive Internet

Anonyme a dit…

Imaginez simplement le scandale du climategate mais en inversant les joueurs........un hacker met a jour la machination d'une méchante pétroliere pour faire dérailler la theorie rechauffiste.....oh scandale! On aurait droit a un déferlement sans pareil de nos madonnes pleureuses sur toutes les tribunes. Un spécial Tout le monde en parle de 2 heures pour que le tout Québec gauchiste vomisse sur les sales rednecks et pétrolieres de l'alberta.

La faible couverture du Climategate au Québec illustre toute l'aveuglement idéologique qui a cours au Québec. C'est Jean-Francois Revel, regretté intellectuel francais, qui disait: “Mais la fausseté n’a jamais empêché une vue de l’esprit de prospérer quand elle soutenue par l’idéologie et protégée par l’ignorance. L’erreur fuit les faits lorsqu’elle satisfait un besoin.”

Longue vie a Mr Brassard!

Simon Tremblay a dit…

François Cardinal de La Presse nous a pondu un article sur le sujet hier également concernant les données de l'Université d'East Anglia!

Gébé Tremblay a dit…

Mais, cher M. Brassard, ce sont ces mêmes communistes qui tirent les ficelles aux USA, Canada, et autres pays qui font les gros méchants anti-écolos pendant qu'en même temps financent grassement ces gourous écolos et campagnes vert-ueuses pro-Kyoto dans les pays dont ils veulent dominer l'économie.

C'est le même rapport qu'entretient le Canada envers sa petite colonie, le Québec. Harper est bien heureux de cette propagande à Radio Canada et le maintient des Québécois dans l'ignorance par les journeaux québécois.

Le communisme n'est pas tombé. Le spectacle de la chutte du mur était pour nous le faire croire. La réalité est que le communisme a conquis l'occident. Il a conquis tout les sommets des institutions "mondiales" et n'avait donc plus besoin d'entretenir l'Empire Soviétique. Il travaille maintenant à rendre caduques toutes nos représentativités nationales et locales.

Le "mentor" de Barak Obama était le communiste Frank Marshall Davis :

http://www.aim.org/aim-column/obamas-communist-mentor/

Gébé Tremblay a dit…

C'est bien le Zuckerman Climate Research Unit (CRU) de l'Université d'East Anglia.

Nommé ainsi en l'honneur du zoologiste Solly Zuckerman qui fut engagé par l'Armée Britannique pour étudier les effets des bombardements sur les humains pendant la deuxième guerre mondiale.

C'est Zuckerman qui convaint les Alliés de ne pas bombarder le monopole de production de carburant synthétique des allemands (propriété de Prescott Bush, Harriman et leurs associés les Warburgs ) mais de plutôt bombarder les convois de trains de marchandises (vivres et médicaments pour les camps).

À l'ouverture du Zuckerman Climate Reasearch Unit, ce fut Paul Zuckerman, chairman de Warburg & Co qui fut l'invité spécial pour l'occasion.

Nous sommes entre bonnes mains avec ces gens là, pas de doute. Des monuments à la vérité et intégrité. :-)

Anonyme a dit…

Toutes les questions "sans réponse" que vous posez sont répondues ici.
http://www.newscientist.com/article/dn11462

Bonne lecture.

Jean-Luc Proulx a dit…

J’en ai vraiment plus qu’assez de débattre sur un mythe comme le réchauffement climatique et, en plus, avec des fraudeurs (climategate), semble-t-il! L’environnementerie, c’est vraiment une secte!

Tout ce que je souhaite, c’est que Harper fasse dérailler toute entente à Copenhague. Les environnementeurs ne méritent que ça, pour nous avoir mené en bateau, et ce, depuis des décennies.

Il n’y en a pas de problèmes avec le climat de notre planète qui n’a jamais été fixe. Rentrez-vous ça dans la caboche une bonne fois pour toute, les environnementeurs!

Si Harper fait dérailler Copenhague, il retrouve mon vote, peu importe toutes les conneries key-key-key-keynésiennes qu’il a pu faire depuis le début de l’année. Pour moi, détruire la secte environnementeuse est quelque chose de 1 000 000 fois plus important que l’application du libéralisme économique intégral, et ce, même si je suis libertarien.

Je veux que les environnementeurs paient pour leur arnaque et pour le brainwashage anti-scientifiques et anti-humains qu’ils commettent depuis des décennies, peu importe qui les feront payer!

D’ailleurs, je serais curieux de savoir ce que Patrick Moore, fondateur de Greenpeace (qu’il décrit comme étant la honte de sa vie) et écologiste lucide à l’esprit scientifique, pense de tout ça.

Pis quand je pense à l’annonce de Charest qui s’acoquine avec les environnementeurs et les charlatans à la Steven Guilbeault pour nous téter des votes, j’ai envie de le…AAAAAAAAAAAAAARGH!!!!!!!!

Je suis dominé par la rage, rien qu’à y penser!

Francois a dit…

«Le Canada, de son côté, maintient une position non seulement logique mais parfaitement justifiable: on consentira à signer un accord si les contraintes s'appliquent à tous les pays sans exception»

Cette affirmation revient souvent, mais je n'arrive pas à voir en quoi la richesse des citoyens d'un pays n'est pas un absolu. En quoi la «richesse» d'un pays est relative à cette des autres pays ?

Me semble que cette vision n'est bonne que pour un gouvernement qui se fout des citoyens mais ne désire que brandir des statistiques par rapport aux autres pays.

Ce délire environnementaliste/Onusien va tous nous appauvrir, et le fait que les européens en fasse pareil ne change rien à notre condition.

Anonyme a dit…

M. Brassard,
Un réel plaisir de vous suivre sur ce nouveau media.
De retour suite à un voyage personnel en Chine, je suis toujours estomaqué de voir à quel point nous ne sommes pas conscien du BOOM économique asiatique. Tel que vous, je crois que la croissance économique en Amérique du Nord devrait être priorisée par chacun de nous afin de ne pas se laisser faire la barbe par les pays émergents.

Rick le Gold Stastny a dit…

wow, vraiment intéressant de vous lire (malgré le ton inutilement méprisant)
et de lire les commentaires qui en découlent

j'aime beaucoup aggrandir mon spectre du possible, j'ai bien l'impression qu'il va s'étirer vers une des extrêmités grâce à vous

R.B. a dit…

Excellent commentaire, longue vie à votre blog M. Brassard ! Je viendrai y lire tout ce que vous publierez.

Anonyme a dit…

Votre commentaire m'a fait pensé à un livre de Micahel Cricthon parut en 2006: États d'urgence (State of fear). C'est une techno-thriller concernant des éco-terroristes. Les nombreuses références scientifiques sur le réchauffement climatique, contenues dans ce livre avaient été particulièrement contester par les envirronnementalistes. Comme quoi, la fiction rejoint la réalité quelques années plus tard.
En terninant , votre conclusion sur la Chine et l'Inde est tout à fait pertinente. Les nombreuses centrales thermiques chinoises annulent toutes les efforts de réduction de gaz à effets de serres des pays industrialisés. Sans sa participation, toute entente serait obsolète.

loumal

papajohn a dit…

Parfaitement d'accord avec vous M.Brassard, il faut mettre fin a ces âneries qui ne sont jamais chiffré devant le public/cochon d'payeurs, afin que ceux ci sachent combien ça leurs coute vraiment(dans les six chiffres min.) et voient combien de soins de santé, d'aide aux élèves, combien de pont et viaduc sont retardés, et surtout combien de gens dit de la grosse gomme(haut fonfon, ministres et sénateurs sont rendu actionnaire et dirigeant de compagnies oeuvrant justement dans des domaines evironnementaux et s'enrichissent démesurément par raport au temps ou ils étaient payé comme agents a la non-production +100 000/année)ces derniers avaient outre leurs fonction officielles, des actions dans des domaine produisant beaucoup de polution et maintenant ils ont des actions ou sont dirigeants dans des entreprises qui dépolue et comme ça le fric rentre toujours. En gros ,on me payait pour faire de la merde et maintenant on me paie encore plus pour la rammasser

Anonyme a dit…

Pour plus de détails sur climategate, cet article de la revue Science, ainsi que les commentaires à cet article:

http://blogs.sciencemag.org/scienceinsider/2009/11/in-climate-hack.html

Dr Michael Laughrea, MPhil. PhD

Anonyme a dit…

Informations utiles sur le réchauffement climatique (message publié sous le billet "climategate", sur le blogue de Richard Hétu de cyberpresse, puis effacé moins de 5 minutes plus tard par Richard Hétu, donnant ainsi à son blogue le surnom bien mérité de "Hétutistan"):

9 ans sur 10, le Québec se retrouve entièrement sous 1 km de glace. Cela se nomme les ères glaciaires. Seul un réchauffement climatique pourrait nous libérer de cette fatalité : en gros 30 ères glaciaires successives depuis 3 millions d’année, chaque ère-la normale pour le Canada-étant séparée de la prochaine par une brève période de temps chauds d’une durée moyenne de 10 000 ans (et nous sommes dans une ère chaude depuis 10 000 ans).


Un climat tropical (ou plus chaud) est excellent pour l’agriculture : le Brésil est plus productif que les Etats-Unis, question soya et cotton.


La concentration de CO2 dans l’atmosphère (380 parties par million ou 0,038 %) est présentement 3 fois MOINS grande qu’il y a 35 millions d’années ?


Il y a de nombreux avantages à un réchauffement climatique pour le Québec: en circulation et mécanique automobile, en déneigement, en réduction de chauffage, en production agricole et forestière augmentée, en plus grande durabilité de nos routes, en plus grande sécurité aérienne, etc..


Durant la période interglaciaire précédente, il y a 125 000 ans, la température terrestre était 6 degrés plus chaude que présentement.


Malgré la période interglaciaire fort chaude d’il y a 125 000 ans, cela n’a pas empêché, 15 000 ans plus tard, que le Québec se retrouve entièrement sous 1 km de glace, et ce, pour près de 100 000 ans de suite.


Une campagne apocalyptique contre le réchauffement climatique nous invite implicitement à souhaiter un retour le plus rapide possible du Canada dans la prochaine ère glaciaire.




Sources:
Nature 454: 869-872 (2008): North American ice-sheet dynamics and the onset of 100,000 year glacial cycles.


Proceedings of the National Academy of Sciences USA 106, E120 ( numéro du 27 octobre 2009) : Do nonlinear temperature effects indicate severe damages to US crop yields under climate change ?


Nature, vol. 460, pages 85-89 (numéro du 2 juillet 2009): “The role of terrestrial plants in limiting atmospheric C02 decline over the past 24 million years.”


Nature 462: 342-345 (numéro du 19 novembre 2009). « Evidence for warmer interglacials in East Antarctic ice cores ».

Dr Michael Laughrea, MPhil, PhD

Gebé Tremblay a dit…

Jean François Lisée a censuré mon commentaire sur son blogue de l'Actualité. Voyons si M. Brassard y voit aussi matière à censure:

Une autre industrie du vide.

Voilà ce qu’est toute cette machine de peur à saveur écolo.

Monnayer un mythe en créant une fausse valeur par l’investissement dans des campagnes de “relations publiques” et productions de pseudo-documentaires scientifiques. HOME en est l’apothéose.

Si ces grandes corporations derrière ces organismes, gourous, et politiciens bidons avaient réellement un souci de l’environement, la première chose qu’ils feraient c’est de fermer toutes ces géantes mines de diamants qui saccagent le sol et poluent l’eau, détruisent des milliers d’acres d’habitats natuels pour rien d’autre que chercher des petits diamants naturels dans des tonnes de terre lorsqu’on produit à la pelle du diamant synthétique depuis 60 ans de qualité SUPÉRIEUR pour tous les besoins.

La seule valeur de ces diamants naturels est leur spéculation sur une fausse rareté entièrement fabriquée. Et ce n’est qu’un exemple parmis tant d’autres.

Les mêmes qui entretiennent et exploitent ces industries du vide qui saccagent l’environement pour des dollars tout autant virtuels, sont ceux là-même qui nous prépare l’industrie du mythe du contrôle du climat.

Tout ça n’est que fabulations de banquiers pour créer de la “croissance” sur leurs livres comptables (écrans maintenant).

Du vent.

Ou plutôt, de la comptabilité éolienne ! :-)

Gébé Tremblay a dit…

Une message important au mouvement environemental :

http://www.youtube.com/watch?v=uEggt0ldQUI

Un excellent résumé de la récupération du mouvement par les grands financiers polueurs.

En anglais seulement, pour l'instant.

Anonyme a dit…

En parlant d'Israel... c'est assez rigolo merci de vous entendre leur lécher les bottes quand eux, lors des référendums sur la souveraineté du Québec, votennt MASSSIVEMENT contre.

René Lévesque vous aurait aussi mis à la porte...

Anonyme a dit…

J'ai trouvé ça sur un autre blogue. Il me semble que ça peut nourrir votre réflexion:

La révolution verte doit devenir un moteur de l'économie. Les Américains l'ont compris et pas seulement leur gouvernement

Par exemple sur le site d'Exxon:

"With increased global energy demand, energy-related carbon dioxide emissions are expected to rise by an average of 1 percent per year through the year 2030. As was recently summarized in the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), the risks to society and ecosystems from increasing greenhouse gas (GHG) emissions are significant. Meeting the enormous energy demand growth and managing the risk of GHG emissions are the twin challenges of our time."

Il me semble que ça devrait clore le débat. Si une compagnie et non la moindre, qui vend des produits pétroliers entérine le rapport du GIEC (IPCC in english) et confirme qu'il faut faire quelque chose, compte tenu que la production de CO2 dû à la consommation des énergies fossiles augmentera de 1%/an jusqu'en 2030, le défi climatique et économique ne peut être assimiler à un mirage. Il est là et bien tangible!

FX- le savant masqué a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
FX- le savant masqué a dit…

Un gros merci à anonyme pour avoir cité un de mes billets!

Pour plus de discussion réagissez au:

http://politicosciencefx.blogspot.com/

Gilles Laplante a dit…

Si vous voulez avoir une idée comment les réchauffistes manipulent les donnérs:
http://www.youtube.com/watch?v=N57tx8YeTEM

Anonyme a dit…

Dans Science 326: 1256-1260 (2009)–numéro du 27 novembre–, Mann et al. montrent que les températures actuelles ne sont pas statistiquement différentes des températures qui ont souvent prédominé de 500 à 1100. Voir sa Fig. 1A, qui décrit les changements de température, en fonction de l’année, de 500 à 2000.

La température actuelle est clairement plus chaude qu’entre 1400 à 1750 (période souvent appelée « petite ère glaciaire »).

Au total, on peut approximer la Fig. 1 A par 2 lignes droites: une droite joignant les années 500 et 1750, et dont la pente est légèrement négative (baisse de température de 500 à 1750), et une droite joignant les années 1750 et 2000 et dont la pente est positive (augmentation de température depuis 1750).

En somme, dans l’hémisphère Nord, la température a baissé de 0,5 degré de 500 à 1750, puis a augmenté de 1,0 degré de 1750 à nos jours. Les glaciers ont du croitre de 500 à 1800 (avec une rétraction entre 950 et 1100), et ils se rétractent depuis 1800.

De 950 à 1100 (l’anomalie du Moyen-Age), la température était la même que durant les années 1980-2000.

Un travail antérieur de Mann (Proc. Natl. Acad. Sci. USA vol. 105: 13252-13257 (2008) est cité par le professeur Vincent Courtillot, dont je recommande les conférences.

Michael Laughrea, MPhil, PhD

Gébé Tremblay a dit…

Anonyme, t'as vraiment rien compris.

Tes corporations pétrolières et financières ont récupéré le mouvement environemental pour se placer comme les pourvoyeurs des solutions.

Les créateurs des problèmes se présentent comme les solutionneurs. Ils auront les fonds des gouvernements (taxes) pour récupérer c'elles prisent sur le pétrole.

Tout ça sur quelques degrés de plus et des prévisions catastrophiques complètement imaginaires.

Anonyme a dit…

M. Laughrea, c'est vraiment un plaisir de vous lire. Mon conjoint a étudié le transport glaciaire dans la région de la Gaspésie.

Il m'a donné récemment un article paru dans Geoscience Canada 2004. vol 31, p. 127-135 où M. Mann est cité. la Figure 1 de cet article présente un graphique avec la moyenne annuelle des températures de l'hémisphère nord entre 850 et aujourd'hui. En effet, je vois qu'autour de l'an mille, les températures étaient voisines à celles d'aujourd'hui. Par contre, elles atteignaient un creux entre 1200 et 1800.

Mon conjoint m'a également parlé d'évidences de chênes fossilisés qu'on aurait trouvés dans les îles arctiques et qui datent du tertiaire (donc avant les glaciations). Il ne se souvient plus de la source malheureusement car il y a belle lurette qu'il a terminé son doctorat. Néanmoins, peut-être êtiez vous au courant de ceci...

Bonne journée!

Isabelle Robillard M. Sc. Géologue

Gébé Tremblay a dit…

La Presse, cette semaine, nous présentait un bel article très siropeux sur l'innévitable disparition des beaux toutous blancs que sont les ours polaires !

À faire pleurer les grans-mamans et les petites filles !

L'ours polaire est apparu il n'y a que 150,000 ans ! Il s'agit d'ours bruns qui se sont retrouvés coincés dans le grand nord par les glaciers d'une période glacière et s'y sont adaptés pendant des millénaires.

Or, il y a 15,000 ans, il y eu un réchauffement et les glaces ont fondu et la neige aussi. Pendant 6,000 ans les ours polaires ont vécu dans cet environnement réchauffé !! Sans disparraître ! Jusqu'à la glaciation suivante ! C'elle que l'on quitte actuellement !

Mais aujourd'ui, la survie de l'ours polaire dépenderait supposément de l'intelligence et sagesse de l'humain qui devra conserver son habitat nordique glacial !!

L'homme Dieu sauveur des animaux ! Amen !

Se tappe dessus à coup de bombes atomiques et d'uranium appauvri, mais va sauver les nounours polaires !

Achettez vous billets!! Par ici!!! Le spectacle va commencer ! :-)

Anonyme a dit…

M.Brassard

Je suis certain avec ce blog que vous n'aurez plus de contraintes à votre liberté d'expression comme dans le journal "Le Quotidien" où vous teniez une chronique hebdomadaire.Fidèle lecteur de celle-ci, je reconnais m'être ennuyer "crissement".On doit reconnaître chez-vous , des propos cohérents , incifs , réalistes, honnêtes et surtout qu'ils sortent des sentiers battus. Je ne manquerai pas l'occasion de vous suivre sur ce blog que je viens de découvrir.

Au bonheur de vous retrouver !!!

diberville2009 a dit…

Nouveaux détails :

1) Vincent Courtillot et le Climategate

2) Poursuites en Grande-Bretagne contre les réchauffistes du CRU de l'Université d'East Anglia

3) Malgré le silence des gros médias, le message passe...

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2009/11/copenhague-et-rififi-chez-les.html

Anonyme a dit…

Ce n'est pas Radio-Canada et encore moins leur deuxième chaîne RDI qui va aider les gens à connaître vraiment ce qui en est de cette fausseté du réchauffisme (sa pseudo-cause). Ceux qui y «donnent» les nouvelles se croient rois au Québec , critiquent tous ceux qu'ils veulent mais personne ne les critique. Quelle médiocratie sale ! Des reporters comme Sébastien Bovest, Patrice Roy ,Pierre Duchesne et Joyce Napier par exemple se permettent de rire devant nous de personnes dont ils veulent bien rire ou encore Mme Anne-Marie Dussault, colérique qui condamne ce qui n'est pas de son avis sur le plan sociologique, idéologique ou politique.
Ils veulent en plus , comme si cela n'est pas assez, que l'on paie plus nos cablo-distributeurs pour que ceux-cis leur donne plus de notre argent. Non merci.
Quelles horreurs d'entrave à la liberté individuelle (d'expression et autre) dans ce média-là de RDI !
M. Raynald Duberger (que j'avais vu à TQS) connait très bien en quoi la théorie réchauffiste est ultra-biaisée en soi et complètement fausse. Il s'est fait interdire l'entrée à la tour de Radio-Canada (pas le droit d'aller en ondes parce que ne cadre pas avec la philo. biaisée de Radio-Canada. Personne n'a le droit non plus de mentionner que des gens pensent le contraire de Simon Durivage, Sébastien Bovest , Joyce Napier, Anne-Marie Dussault, Pierre Duchesne, Patrice Roy et les autres pantins qui déforment systématiquement les choses qu'ils veulent bien déformer.
Je ne veut pas payer un token de plus pour ces idiots utiles qui sont déjà très bien payés avec leurs troisièmes demeures dans les Cantons de l'Est ou ailleurs ?
Ces valeureux pantins défèquent subtilement ou non sur des gens mais ne se font pas faire cela jamais par personne. Ils sont les rois du Québec, au dessus de toute classe politique et ils règnent en décidant comment devraient s'enligner la pensée (opinion) des gens et les choses qui en découlent.
Prenez garde à RDI S.V.P.! , (ou écoutez le avec discernement si c'est votre seule source de nouvelles en continu à la télé, comme c'est le cas pour le câble de base).

Anonyme a dit…

Les excellentes conférences du professeur Vincent Courtillot sont disponibles ici:

http://www.objectifliberte.fr/2009/10/videos-de-vincent-courtillot-sur-youtube-et-daily-motion.html

Dr Michael Laughrea MPhil, PhD

Anonyme a dit…

Je recommande fortement de visionner, aussi, la table ronde qui a suivi la conférence du professeur Courtillot:

http://www.lepost.fr/article/2009/09/30/1720375_changement-climatique-le-professeur-courtillot-expose-les-erreurs-des-rapports-du-giec.html

Dr MIchael Laughrea MPhil, PhD

Christian a dit…

Suggestion...
Un bon samaritain d'expérience devrait aider monsieur Brassard à paramétrer correctement son blogue de Blogger.
Dans le menu de droite il manque la liste des billets récents et les archives, entre autres.
Peut-être choisir un meilleur modèle plus large, 540 px et plus, mieux adapté à longueur de ses billets.
ch

Anonyme a dit…

J'ai été choqué, M. Brassard, lorsque j'ai appris le traitement que la direction du QUOTIDIEN vous a réservé. J'ai toujours lu avec beaucoup d'intérêt vos chroniques dans ce journal.Je dois malheureusement en resté un abonné puisqu'il est le seul quotidien qui couvre le Saguenay-Lac-St-Jean.

J'étais en accord avec la majorité de vos billets, excepté peut-être quelques uns concernant le nouveau président américain.
Mais, que l'on soit d'accord ou non avec les propos d'un chroniqueur, je pense que l'on devrait toujours se battre pour qu'il est le droit de les émettre.

SiRe

Sahakiel a dit…

Sahakiel

Juste un commentaire, il est absolument inutile de lire les commentaires du sieur Tremblay, AKA Zach Gebello. Il adhère à toutes les conspirations, du moment qu'il trouve un juif dedans : vous verrez, il est un peu beaucoup exalté sur les bords...

Sahakiel a dit…

Gebello a une méthode de travail très simple : il va sur un forum, dit que les users ont raison, parce que c'est en fait un complot juif (selon lui, le christianisme, l'islam, l'athéisme, le communisme, le capitalisme, le nazisme, le féminisme, les vaccins, Harry Potter ce sont des complots juifs)

J'ai personellement adoré quand les cocos de Reactionnism Watch, qui traitent Jean Charest de Nazi n'ont strictement rien vu lorsque Gebello (l'homme plus brun que les Denis Drolet) leur a longuement exposé sa haine pour ''le juif Morgenthaler destructeur de la race'' (oui, le controle des naissances, c'est un complot juif aussi...) sans que ces abrutis ne trouvent ca louche...

Anonyme a dit…

Sur le GIEC, Kyoto et la bourse du carbone

Bonjour,
Je crois pouvoir me présenter comme un scientifique, si ce terme peut avoir une définition applicable …

En 30 ans de carrière, j’ai fait de la recherche sous toutes ses formes. J’ai dirigé quelques années un laboratoire gouvernemental de 40 chercheurs et notre travail portait sur le milieu marin, l’analyse et le développement de systèmes d’exploitation des ressources dans une perspective de développement durable. À cette époque, je devais faire un suivi des problématiques, faire de la veille technologique et participer à la définition des orientations et des programmes de recherche. A titre d’individu, mon expertise était la modélisation informatique et les systèmes d’acquisition et d’analyse de données. J’ai participé à plusieurs projets notables de ce type, ayant commencé bien avant que ces outils soient répandus comme ils le sont maintenant. Le temps de l’APL, du Fortran et les débuts des modèles par éléments finis a laissé la place aux traitements répartis asynchrones ou aux « systèmes temps réels » avec analyse en continue et intelligence artificielle, inférence, logique floue, etc. Quelqu’un qui a travaillé là-dedans sérieusement ne s’amuse plus à compter le nombre de variables d’un modèle mathématiques. On peut en empiler des masses machinalement. Les questions deviennent plutôt la détection des paramètres significatifs (et fiables), la résolution qu’on donne à différents paramètres, les interactions (dépendance, indépendance), la fiabilité des équations (évaluations, synthèse, calibrage, …), la charge sur le système de traitement (calculs, accès mémoire, périphériques, …), etc.

Tout ça pour dire qu’une chose ressort de tout ça : un bon modèle est un modèle qui se confirme …et encore !

Même les erreurs d’un modèle relativement modeste peuvent s’auto compenser, mutuellement entre les variables ou dans le temps. Une équation sensée répondre à des jeux de paramètres de façon « neutre et réaliste » peut mathématiquement se révéler une connerie qui nous dit stupidement toujours la même chose, …qui s’avère fausse. La réalité demeure le critère incontournable.

Car en sciences appliquées on nage continuellement, non pas dans ces belles équations qui se comprennent élégamment et se démontrent mathématiquement, mais plutôt dans un océan de fonctions obtenues par régression et traitement statistique. Or, dans les 20 dernières années, on a grandement réévalué la confiance qu’on accordait à certaines méthodes pour évaluer la corrélation entre les paramètres pouvant expliquer un phénomène et en déduire une fonction de régression crédible (à l’intérieur de certaines limites seulement).

Pourtant, beaucoup de chercheurs prisés par les « Peer review »continuent d’utiliser des méthodologies douteuses, ou carrément mauvaises, et ne corrigent pas les résultats de leurs travaux antérieurs. Ceci se produit en recherche médicale, pharmaceutique, dans les sciences en général, encore plus en sciences sociales, mais aussi en climatologie, géologie, géophysique, environnement et biologie.

Alors imaginez ma stupéfaction devant certaines affirmations des tenants de la thèse des changements climatiques. Non seulement j’ai de la misère à voir comment il pourrait avoir tant de certitude sur une seule des relations mathématiques qu’ils utilisent pour modéliser un aspect du climat dans un milieu et des circonstances données, mais un frisson de terreur me parcourt lorsqu’ils prétendent que le mélange hâtif de toutes ces relations dans un malaxeur informatisé puisse leur produire des évidences.

(suite plus bas)

Anonyme a dit…

Sur le GIEC, Kyoto et la bourse du carbone
(suite)

Il faudrait d’abord être convaincu qu’on connait assez de ces variables qui interagissent dans le climat de l’air et des océans, et qu’on est (et qu’on a été) en mesure de les mesurer correctement depuis assez longtemps. Et ici, je voudrais souligner une chose. La simple mesure de la température dans la colonne d’eau est très complexe et la modélisation des courants horizontaux et verticaux dans une masse d’eau comme les océans est un objectif utile et palpitant, mais on est loin des certitudes à ce chapitre. Par exemple, personne ne pourrait dire avec certitude si la température moyenne de l’estuaire du Saguenay à augmentée ou diminuée depuis 1950, encore moins avant. On a des masses de données de lectures à différentes profondeurs et dans différentes conditions, mais étant donné les courants complexes qui se manifestent dans cette partie du fleuve, bien malin qui pourrait statuer sur l’état global de la masse d’eau étant donné que l’eau du fond voisine 2 à 4 deg C à l’année et les eaux au dessus de la thermocline (qu’il n’est pas aisé de situer) peuvent se trouver à toutes sortes de températures durant l’année et même d’un jour à l’autre. Pensez-vous que ce soit plus facile pour la salinité ou l’activité planctonique !

Et quand on déclare, non seulement qu’il y a une tendance démontrée (et incontestable) au réchauffement, mais aussi que les activités humaines en sont clairement responsable, je suis médusé. Non que ce soit impossible, mais qu’on ne peut prétendre à une telle certitude en se basant sur la science.

Qu’un chercheur ou un groupe de chercheur estiment que des indices sérieux appuient la thèse d’un réchauffement climatique, ça me va très bien. Parlons-en et laissons la recherche suivre son cours. Mais que des « prétendus » scientifiques se fassent les agents fanatiques de changements mondiaux et d’une véritable guerre de tordage de bras pour transformer notre milieu social (les maudits sacs « recyclable » qui ne le sont pas !), politique et économique me semble démontrer un manque TOTAL de rigueur et de rationalité.

Un pompier pyromane n’est pas un pompier. Un « scientifique » qui refuse de faire preuve de prudence dans ses conclusions, qui cherche à faire taire ou étouffer les arguments et les faits contraires à ses thèses, même sous prétexte de « consensus apparent » ou réel, qui cultive le mépris envers les opposants et qui fait sans cesse appel à la culpabilisation et la peur N’EST PAS un scientifique pour moi. Une telle personne ne fait pas de la recherche mais de la propagande.

Il me semble que ça réduit passablement le nombre de « scientifiques » qui peuvent seulement défendre la thèse des changements climatiques et les politiques envisagées à ce titre.

J’espère que le « Gros bons sens » prévaudra !

Anonyme a dit…

Le réchauffement climatique fait monter le niveau des océans à chaque siècle depuis 120 siècles : 20 cm de montée au 20ème siècle, vraisemblablement 40 cm de montée au 21ème (1). En Israël, un village vieux de 80 siècles est présentement situé à 400 m des côtes et à 12 m de profondeur. Cela signifie que la mer Méditerranée est montée de 15 cm par siècle depuis 8 000 ans.

20 cm au 20 ème siècle et 40 cm au 21ème siècle ! Nous sommes loin des 3 m mentionnés par certains alarmistes qui me font penser à ceux qui prévoyaient une apocalypse de boucane au 19ème siècle à cause de l’invention des trains à vapeur, ou un enchevêtrement invivable de fils électriques dans les ciels citadins du 20ème siècle à cause de l’invention de l’électricité. Ces prévoyants, la plupart dépourvus de toute formation scientifique sérieuse, prédisent tout, sauf le progrès de la science !

Avoir peur d’une découverte scientifique, ou d’une conséquence technologique, largement exagérer cette peur, en sortir des scénarios alarmistes, catastrophistes ou apocalyptiques, fait partie de la nature humaine. Particulièrement de celle qui a peu ou pas de formation scientifique. Cette nature humaine dépourvue de formation scientifique, c’est elle, malheureusement, qui domine le monde des médias, qu’il s’agisse des journaux, de la télévision, de la radio, des blogues, ou des officines de communication. Je ne critique pas : je constate.

Il été ennuyant de vivre le 20 cm d’augmentation du niveau des océans au 20ème siècle. Mais cela n’a pas été catastrophique. Il est triste que ce village israélien et la vieille Alexandrie soient 12 m et 5 m sous l’eau, respectivement. Mais Israël et l’Egypte ont survécu à ces drames au demeurant non anthropogéniques. Les 40 cm de montée du 21ème siècle seront ennuyants, mais cet ennui pâlira comparativement à des problèmes tellement plus importants et, surtout, plus solubles : l’accès à l’eau potable, la gestion des déchets, la lutte contre la vraie pollution, entre autres.

La montée des océans est associée à la montée de la civilisation humaine (je n’ai pas dit qu’elle en était la cause). Nous n’avons jamais tant progressé, en tant que race humaine, depuis que l’océan monte. Nous avons su nous y faire, nous y adapter ; nous saurons continuer de le faire. C’est mon acte de foi.

Copenhague n’est en rien une panacée. Une application radicale de tous les Copenhague du monde ne changera presque rien: les océans vont monter quand même au 21ème siècle, tout comme ils ont monté au 20ème, au 19ème, au 18ème, et pendant les 100 siècles qui les ont précédés.

Heureusement, ces montées, nous les voyons venir, et elles sont presqu’insignifiantes à l’échelle de la vie adulte d’un individu. On peut essayer de les mitiger, mais pas au coût de réduire notre lutte contre des problèmes bien plus importants, et surtout, bien plus solubles.

Les 3 m de montée mentionnés par certains catastrophistes se produiront sans doute (préfèreraient-ils une ère glaciaire qui remette 1 km de glace en permanence au-dessus de Montréal? Pas moi). Tout comme les 12 m au-dessus du village israélien se sont aussi produits. Mais 6 siècles seront vraisemblablement nécessaires pour atteindre ce 3 m de montée. Nous saurons nous y préparer.

Table ronde intéressante autour du professeur et géophysicien Vincent Courtillot:

http://www.slate.fr/story/13619/faut-il-bruler-les-climatosceptiques

Références:

(1) Nature Geoscience, vol. 2, pages 571-575 (numéro d’aout 2009) : « Constraints on future sea-level rise from past sea-level change.
(2)
http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1242212435540&pagename=JPost/JPArticle/ShowFull


Dr Michael Laughrea MPhil, PhD

Anonyme a dit…

8 choses essentielles à savoir sur le climat :

1) Un climat tropical (ou plus chaud) est excellent pour l’agriculture : le Brésil est plus productif que les Etats-Unis, question soya et cotton (1).

2) Au moyen-âge, il faisait à peu près aussi chaud que maintenant (2).

3) Un réchauffement climatique n’a pas que des effets négatifs. Il y a, en fait, de nombreux avantages à un réchauffement climatique pour le Québec: en circulation et mécanique automobile, en déneigement, en réduction de chauffage, en production agricole et forestière augmentée, en plus grande durabilité de nos routes, en plus grande sécurité aérienne, etc..

4) Durant la période interglaciaire précédente, il y a 125 000 ans, la température terrestre était 6 degrés plus chaude que présentement (3).

5) Malgré la période interglaciaire fort chaude d’il y a 125 000 ans, cela n’a pas empêché, 15 000 ans plus tard, que le Québec se retrouve entièrement sous 1 km de glace, et ce, pour près de 100 000 ans de suite (4).

6) La concentration de CO2 dans l’atmosphère (380 parties par million ou 0,038 %) est présentement 3 fois MOINS grande qu’il y a 35 millions d’années (5).

7) Il fait monter le niveau des océans. Cette montée dure depuis 12 000 ans. Elle a été de 20 cm au cours du 20ème siècle (6) : de 12 m depuis 8 000 ans (7). Elle sera vraisemblablement de 40 cm au cours du 21ème siècle (6). Nous avons survécu sans trop de douleurs aux 20 cm de montée du 20ème siècle : les 40 cm du 21ème siècle ne seront donc pas la mer à boire.

8 ) 9 ans sur 10, le Québec se retrouve entièrement sous 1 km de glace. Cela se nomme les ères glaciaires. Seul un réchauffement climatique pourrait nous libérer de cette fatalité : en gros 30 ères glaciaires successives depuis 3 millions d’année, chaque ère-la normale pour le Canada-étant séparée de la prochaine par une brève période de temps chauds d’une durée moyenne de 10 000 ans (et nous sommes dans une ère chaude depuis 10 000 ans) (4).

Références:

(1) Proceedings of the National Academy of Sciences USA 106, E120 ( numéro du 27 octobre 2009) : Do nonlinear temperature effects indicate severe damages to US crop yields under climate change.

(2) Science 326: 1256-1260 (numéro du 27 novembre 2009). « Global singatures and dynamical origins of the little ice age and medieval climate anomaly. »

(3) Nature 462: 342-345 (numéro du 19 novembre 2009). « Evidence for warmer interglacials in East Antarctic ice cores ».

(4) Nature 454: 869-872 (2008): North American ice-sheet dynamics and the onset of 100,000 year glacial cycles.

(5) Nature, vol. 460, pages 85-89 (numéro du 2 juillet 2009): “The role of terrestrial plants in limiting atmospheric C02 decline over the past 24 million years.”

(6) Nature Geoscience, vol. 2, pages 571-575 (numéro d’aout 2009) : « Constraints on future sea-level rise from past sea-level change.

(7) http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1242212435540&pagename=JPost/JPArticle/ShowFull


Dr Michael Laughrea MPhil, PhD

Anonyme a dit…

Une chose est claire depuis climategate: l'idéologie du consensus scientifique sur la nature du réchauffement climatique et ses conséquences, idéologie du consensus répandue, dirait-on, par tous les marxistes de la Terre, ou du moins tous les marxistes dépourvus de formation scientifique (et certains autres—pas nécessairement marxistes-- aussi), est une fabrication de l'esprit.

On voit tous les efforts faits par de nombreux journalistes pour minimiser les "fuites" mises en évidence par ce climategate. Tous ces efforts ne changeront rien à l'essentiel: le pseudo consensus qu'on nous a présenté dans tant de journaux depuis quelques années est une vue de l'esprit.

S'il y a consensus, c'est plutôt autour des résultats plus modestes que je présente et ai présentés sur ce blogue et ailleurs. Consensus, il me semble, assez rarement décrit ainsi dans nos journaux et nos médias.

Ce consensus ne nie pas le réchauffement climatique; ne nie pas la montée des océans; ne nie pas une certaine contribution (qui reste à définir) du C02 anthropogénique à ce réchauffement et à cette montée. Mais il ne les présente pas de manière alarmiste, catastrophiste, ou apocalyptique. Et, au contraire des officines de propagande marxiste, verte, socialiste et autres, il présente à la fois les avantages et les inconvénients de ce réchauffement, ou d'une lutte contre ce réchauffement qui dépasserait des objectifs vraiment consensuels de lutte contre la pollution et le gaspillage énergétique.

- - - -
A écouter absolument, tout en gardant son esprit critique : une excellente entrevue d’une heure avec Lord Christopher Monckton. Il a de nombreuses choses intéressantes à dire sur le climategate. Notamment : la malévolence des chercheurs du CRU, qui consiste à empêcher les autres d’avoir accès à leurs données brutes sous prétexte que ce sont des données « confidentielles » qui seraient une sorte de « propriété privée ». Il s’agit de « weather data », pas de « state secrets », rétorque Lord Monckton. Il a entièrement raison.

http://info-wars.org/2009/11/28/lord-christopher-monckton-on-alex-jones-tv-lord-monckton-talks-about-climategate/

Dr Michael Laughrea MPhil, PhD

Anonyme a dit…

Et si vous, les droitiste aviez tort. Parque l'idéologie, elle est présente chez vous aussi, qui prétendez détenir la vérité. Et si on suit vos conseils et qu'on s'en tient à l'éternelle croissance économique (c'est à dire les profits) et qu'on ne fait rien pour diminuer la polution atmosphérique. Que va-t'il se passer ? On continue "as usual" ? Et si vous aviez tort, serez vous toujours là pour proposer un retour en arrière ? Pour réparer les pots cassés si c'est encore possible. Je ne crois pas. Vous allez vous trouver un autre motif pour traiter ceux qui ne pense pas comme vous de gauchiste, d'idéologue et autres qualificatifs méprisants dont vous êtes si friands.

papajohn a dit…

Anonyme pour ce qui est des qualificatifs méprisants ,on va vous laissez ca a vous la gauche. pour ce qui est de l'industrialisation poluantes oui je le reconnais et il faut revoir les méthodes de production mais le réchauffement de la planète on gèle de plus en plus chaque été mais la planète se réchauffe de plus en plus. elle est comme le gars qui commence a boire a midi avec 8 driks et a chaque heures qu'il boit, il call un drink de moins d'heure en heure et a 18h il dit je ne comprend pas moins que je bois plus chus soul. depuis trois ans pas une seule baignade dehors, les vendeurs de piscine sont acculer a la faillite si ce n'est des chauffe piscines vendu a prix d'or et energivore sans aucun bon sang et on nous beurre que la terre réchauffe

Anonyme a dit…

Jacques j'aime ta moustache et ton air éveillé...Tu repire l'intelligence derrière tes yeux de porcelet coquin et ta façon de nous parler du co2 en dit long sur ta sexualité débridée de vieux gauchiste...
Veux tu sortir avec moi ? Ensuite, promis on se fera une levrette sous les étoiles...Bisouxxx..Michel

Anonyme a dit…

Brassard et les suiveux, c'est tellement n'importe quoi votre affaire ! Pure attitude réactionnaire... Elle quand l' Église créationniste ?

Daniel Ross

Anonyme a dit…

Je crois que derrière toutes ces manipulations médiatiques et "pseudoscientifiques" se cache une volonté de faire changer les choses pour le meilleur. Si c'est le cas, je ne suis pas d'accord avec ce type de méthode, mais l'humain agit d'une façon tout à fait extraordinaire lorsque sous le joug de la peur, le passé s'est chargé de le démontrer. L'homme a longtemps joui d'une insouciance délicieuse et effrayante à la fois qui, je le crois sincèrement, a eu une certaine répercution sur le monde. Je ne tiens pas l'homme responsable pour tous les changements de la planète, mais il est loin d'être la cause de son bon fonctionnement, si vous voyez ce que je veux dire. L'humain est amusant. Paf, on arrive en 2009 et tout le monde se met à paniquer en pensant à 2012, car, comme tout le monde le sait, 2012 = mort atroce dans les flammes d'un enfer bel et bien terrestre causé par la négligence écologique des méchants numains! Ouuuuuuuhh! Ça ressemble à un invitation à profiter de la vie et c'est bien ce que je compte faire. En attendant, bon refroidissement et on s'en reparle en 2013.

Un poète quelconque qui aime parfois

Anonyme a dit…

Jean V.

Enfin, je me croyais seul dans mon monde à voir et à comprendre l'anarque environementale.

Je sais que c'est pas pour demain que Radio Canada et ses complices vont se rétracter sur l'environnement, ils ont ce qu'il faut pour dénigrer M. Harper et lui faire payer les coupures à RC, ils seraient obliger de parler en bien de M. Harper....jamais ils ne le feront. De plus l'environnement étant devenu une buisness, je ne peux croire qu'il existe des gens d'affaires qui pensent humainement...buisness=argent.

Ajoutez l'environnement à l'eau, car à ns faire croire que l'eau est rare....(1,4milliards de km cube), il nous la vende maintenant.Si tout l'eau fondait, on ne demanderait pas ou la mettre on se demanderait ou on va mais à nous faire croire qu'elle est rare, les compteurs d'eau sont arrivés.

Anonyme a dit…

Il suffit de ne pas croire et des types comme Daniel Ross arrive. M. Ross penchez vous j ai un ballet à vous rentrer dans le cul et comme c est bon pour..............l'environnement vs allez vous pencher....en passant dieu a marché sur l'eau.....M. Ross star académie en reprise vs attends.

Jean V.

Anonyme a dit…

En passant Steven Guilbeault charge 7,500$ par conférence alors multiplié par 20 = 125,000$

donnez moi 125,000$ et je ferai des conférence disant que la lumière verte n'est pas verte mais turquoise......mdrrrrrrrrrrr..


Jésus
(et oui le vrai) ne le dite à personne svp

diberville2009 a dit…

la SRC avait invité un "expert" pour parler du climategate ...


Petite critique vidéo : http://wp.me/pIvn9-L

Anonyme a dit…

Avant de tenir de tels propos, avez-vous vérifié qui sont les auteurs de ce "climategate" (sic)? Ce sont des gens qui sont associés aux pétrolières aux mines et aux autres industries qui n'ont pas intérêt à ce que les gouvernements signent un traité à la hauteur du défi qui se présente.

Ces auteurs pamphlétaires viennent de se faire remettre à leur place de façon magistrale dans un article paru dans le journal scientifique Nature.

Il est tout à fait malhonnête de réduire la problématique de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre au climat. Les GES contribuent à de très nombreux problèmes respiratoires qui représentent un fardeau considérable pour notre système de santé. Vous omettiez stratégiquement d'en tenir compte dans votre texte.

D'ailleurs ce gouvernement con-servateur que vous louangez a perdu la façe hier en accusant sans aucune preuve Steven Guilbeault d'être l'auteur du canular sur la politique canadienne en matière des émissions de GES. Dimitri Soudas en a rajouté en exigant des excuses de M. Guilbeault (!) et en lui reprochant de s'opposer à la position du gouvernement. À l'entendre, la liberté d'expression devrait être bannie !!!