lundi 12 décembre 2011

JE VEUX MON PRIX FOSSILE!


                          

Les «prix Fossiles» sont décernés par un conglomérat de brigades vertes aux pays et États qui ne suivent pas docilement les dogmes et le credo réchauffistes.

Le Gouvernement Harper est vraiment choyé à cet égard. Il en a toute une collection. Il en a même déjà reçu trois à la fois. Ce qui, je l’avoue, me rend un tantinet jaloux. Je guerroie contre les impostures et les manipulations écolos depuis des années et je n’ai jamais reçu aucun prix Fossile. Je vous le dis, ça me vexe!

Je ne suis peut-être qu’un politicien à la retraite et un modeste blogueur de l’arrière-pays, mais il me semble que je mérite, moi aussi, ne serait-ce que pour ma persévérance au combat, ce prestigieux prix!

Je le crie donc haut et fort : je veux et j’exige mon prix Fossile!

Mais je suis quand même content pour Monsieur Harper. Ses efforts sont récompensés. À Copenhague, à Cancun et maintenant à Durban, il est vrai qu’il met tout en œuvre pour se retrouver sur le podium. Bravo et félicitations! Sa contribution à la mort de Kyoto devait être signalée et reconnue.

Admirons d’abord la logique de l’argumentation dont fait preuve M. Harper. Elle est imparable.

Faisons l’hypothèse, nous dit-il, que la théorie du réchauffement anthropique est irréfutable. Admettons donc comme prémisse que les émissions humaines de CO2 font grimper le thermomètre.

Par conséquent, s’il faut réduire les émissions de CO2 pour ne pas se retrouver dans la friture, il est indispensable que tous les États sans exception soient assujettis à des seuils contraignants de réduction.

 C’était loin d’être le cas avec le Protocole de Kyoto. Les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Brésil et tous les pays en voie de développement n’étaient pas signataires du traité, ce qui représente plus de 70% des émissions d’origine humaine.

Et rappelons-nous que les pays signataires n’ont même pas été capables de respecter les objectifs fixés. Ce qui se comprend très bien, puisque restreindre le recours aux énergies fossiles, c’était freiner le développement économique.

Ce fut donc le Grand Bal des hypocrites. Les gouvernements claironnaient leur détermination d’atteindre les objectifs de réduction de CO2, tout en sachant qu’il était impossible de les respecter.

Or M. Harper a refusé de jouer de nouveau au Tartufe. Et il a annoncé la couleur. Si tous les pays, riches, émergents et pauvres, ne sont pas liés à Kyoto II, il ne faut rien faire devant l’agonie et la mort du Protocole. On l’enterre et on rentre chez soi.

On s’en souviendra comme d’un échec monumental et lamentable qui aura coûté des milliards sans faire bouger d’un poil le thermomètre.

Saluons donc la lucidité et le bon sens du PM du Canada.

Ceci étant dit, il aurait reçu aussi et sans le moindre doute un autre prix Fossile s’il avait exprimé le fond de sa pensée sur le RCA (Réchauffement Climatique Anthropique). Car je suis convaincu que M. Harper est un climato-sceptique, comme c’est d’ailleurs le cas d’une partie non négligeable de la communauté scientifique.

Dans 10, 15 ans, quand nous serons bien obligés de constater que nous sommes entrés dans une période froide (reconnaissant ainsi le rôle déterminant dans l’évolution du climat de la Terre des oscillations océaniques et du rayonnement cosmique), nous serons stupéfiés et gênés en nous rappelant avoir cru que le CO2 (0,03% de la composition de l’atmosphère de la Terre), mais surtout le CO2 produit par les humains (soit 1,25% de 0,03%) était à l’origine du réchauffement récent (1975-2000).

Je suis presque certain que M. Harper n’adhère pas à cette hystérie carbonique. Mais comme, pour mettre à mort le Protocole de Kyoto, il lui suffit de s’en tenir au raisonnement ci-énoncé (si c’est le CO2 émis par les humains qui gouverne le climat, TOUS les pays doivent être parties prenantes du nouveau traité), il n’a pas besoin de contester sur le plan scientifique les fondements du réchauffisme.

Je crois cependant qu’il devrait malgré tout le faire. Aux États-Unis, une large proportion de la classe politique et un grand nombre de scientifiques n’adhèrent pas au dogme du GIEC. Et c’est d’ailleurs pourquoi Obama n’est pas en mesure de donner son aval à Kyoto II et de mettre en place un marché du carbone.

Je pense donc que M. Harper devrait créer un forum au sein duquel un vrai débat scientifique sur l’orthodoxie climatique du GIEC devrait avoir lieu. Ce qui lui permettrait, le chanceux, d’ajouter quelques prix Fossiles à sa collection.

Par ailleurs, il lui aurait suffi de refuser de contribuer au Fonds Vert (créé à Cancun et destiné à aider les pays en voie de développement à réduire leurs émissions de CO2) pour qu’on lui décerne d’autres prix Fossiles. Il a plutôt annoncé une contribution de plus d’un milliard de dollars au Fonds Vert.

Quand on connait les graves problèmes vécues par les pays pauvres (manque d’eau potable; absence d’électricité pour des millions d’êtres humains; méfaits du protectionnisme agricole des pays développés; sida; malnutrition; graves carences en éducation; multiples défaillances dans la lutte contre les vraies pollutions, celles qui sont réellement nocives, et même toxiques), il nous faut conclure que consacrer des milliards pour réduire les émissions d’un gaz somme toute inoffensif (utile même à la vie) plutôt que d’aider à trouver des solutions à ces immenses problèmes, c’est à n’en pas douter une très mauvaise allocation de ressources, pour ne pas dire un gaspillage éhonté.

Le Gouvernement Harper aurait donc du refuser carrément de financer le Fonds Vert. Les pays développés traversent présentement une grave crise économique. Ils doivent s’assurer que leur aide aux pays en voie de développement soit la plus utile possible.

Ce n’est pas en finançant dans les pays pauvres des filières énergétiques (éolien, solaire) dont la vertu première n’est pas l’efficacité, mais le peu de CO2 qu’elles génèrent, qu’ils vont leur être vraiment bénéfiques.

Allez demander à la Chine, qui met en production deux centrales au charbon par semaine, si des filières coûteuses et inefficaces  comme celles-là  sont en mesure de combler les énormes besoins en électricité des dizaines de millions d’êtres humains qui n’y ont pas accès du tout.

Et en passant, avez-vous remarqué qu’Obama, pourtant aussi réfractaire que M. Harper à maintenir en vie Kyoto, n’a reçu, lui, aucun prix Fossile. Il faut croire qu’être de gauche constitue un apanage qui vous met à l’abri de toute critique de la part du clergé «enverdeur».

Kyoto ne sera donc pas renouvelé. Trois fois hourrah! Et félicitations à M. harper pour le rôle qu’il a joué dans cette extinction.

Les chamanes et les gourous verdoyants lui ont décerné plusieurs prix Fossiles. Mais je les trouve pingres, chiches, hautains, de ne pas daigner m’en accorder au moins un! Un petit bronze, tiens! Je suis choqué et mortifié! Le chamane Guilbeault que j’ai si souvent vilipendé et le chanoine Villeneuve devant qui je ne me suis jamais prosterné devraient faire un petit effort et intercéder en ma faveur.

JE VEUX MON PRIX FOSSILE!

Jacques Brassard

DERIÈRE HEURE :

Comme à Copenhague et comme à Cancun, la conférence de Durban a fini dans les bonnes intentions et la pensée magique. Les délégués en sont arrivés à un accord prévoyant…la poursuite des pourparlers!

On ne s’entend pas sur l’essentiel (c’est-à-dire sur un traité de nature contraignante s’appliquant à tous), mais tout le monde convient qu’il faut continuer de faire du Tourisme Climatique (n’oublions pas qu’ils étaient plusieurs milliers à Durban : activistes, politiciens, bureaucrates, journalistes). Le tout aux frais du contribuable. À la condition toutefois que ça se déroule dans un lieu de villégiature de luxe. Donc, plus jamais des villes nordiques comme Copenhague où l’on se gèle le c… et le cerveau!

J.B.
RÉPONSE

Vous trouverez à la section commentaires plusieurs messages résolument réchauffistes. Je les publie (malgré qu'ils ne soient pas bien gentils à mon égard) parce qu'ils illustrent à merveille combien les mantras de l'idéologie carbocentriste sont recrachés mécaniquement par les disciples.Cela fait penser au moulin à prières tibétain!
Pour se convaincre de la solidité de leur foi, ils en reviennent toujours à l'argument d'autorité. Pour eux, les scientifiques qui épousent et défendent la théorie du réchauffement anthropique sont automatiquement dotés d'une crédibilité hors de tout doute. Invoquer leurs noms suffit pour conférer à leurs théories et à leurs opinions le statut de «vérités scientifiques» indépassables. Le sectarisme se pointe ici le nez. Toutes les études provenant de scientifiques mettant en doute l'orthodoxie réchauffiste du GIEC sont «ontologiquement» nulles et non avenues. Comme dit le grand gourou Al Gore, «la science est établie».
L'autre dimension de l'argument d'autorité (l'argument le plus faible selon Aristote et St-Thomas d'Aquin) c'est de mettre en relief le nombre de scientifiques dans chacun des deux camps. Combien y-a-t-il de scientifiques climato-sceptiques, nous demandent-ils avec une petit air arrogant? 2, 3, 5, 10%? Ils sont minoritaires, donc ils sont dans l'erreur.
Depuis quand la vérité scientifique se détermine en fonction du nombre de savants qui y adhèrent. L'histoire de la science est pleine de théories qui, avant de s'avérer vraies, ont été contestées par pratiquement toute la communauté scientifique. Ce n'est donc pas parce que, maintenant, une majorité semble pencher du côté du RCA que cette théorie est vraie.
Le refus manifeste, tel qu'il apparait dans certains messages, d'examiner les théories contraires à l'orthodoxie, comme celles, par exemple, mettant en cause le rôle de notre étoile, montre bien qu'on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif!
Jacques Brassard























32 commentaires:

Simon Leduc a dit…

Très bon papier M. Brassard. Effectivement, vous méritez un prix Fossile. Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a agit en responsable durant cette stupide rencontre internationale des réchauffistes. Les fanatiques écologistes ont crié au sabotage de Kyoto. Le chien de Stéphane Dion (il s'appelle Kyoto) n'a peut-être pas survécu à la mort du protocole de la honte. Bravo à M. Harper et vous cher M. Brassard pour votre combat contre cette fumisterie qu'est le réchauffement climatique.

Anonyme a dit…

L'émission Radio-Canada économie avec Gérald Filion parle de Durban et de Kyoto.

C'est comme une religion pour eux.

Voici son courriel.

Gerald.Fillion-Mtl@RADIO-CANADA.CA

http://blogues.radio-canada.ca/geraldfillion/2011/12/12/euro-notation-environnement-kyoto-durban/

Conservateur québécois a dit…

Les réchaufistes sont des fumistes. S'ils croyaient leurs propres pronostics, ils se tireraient une balle dans la tête ! À quoi bon vivre dans un monde voué à tant de catastrophes ? Mais non ! Les réchaufistes ont l'air d'avoir du plaisir dans ce genre de réunions caviar-champagne.

Reynald Du Berger a dit…

Je veux mon prix aussi!!!

À Durban on a convenu que les 194 pays signataires de Kyoto, et les délinquants comme les USA, devaient réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) de sorte que la température globale ne s'élève pas plus de 2C au cours de ce siècle. Sachant qu'il n'existe aucun modèle fiable des circulations océaniques, que 85 % des volcans sont sous la mer – on n'en a ni l'inventaire, encore moins le bilan en CO2- mais on estime néanmoins qu'ils produisent annuellement 10 000km3 d'eau , 38 000 milliards de tonnes de carbone, sachant que ni les volcans ni le soleil ne sont pris en compte dans les modèles des climato-alarmistes du GIEC, alors trouvez-moi un « climatologue » climato-alarmiste réchauffiste qui m'expliquera , avec équation et chiffres à l'appui, combien de tonnes de carbone l'homme sera-t-il autorisé à émettre en 100 ans afin que l'augmentation de température ne dépasse pas 2C.

Anonyme a dit…

Ce qui me frustre le plus c'est qu'aucun sceptique dans votre genre Monsieur Brassard ne soit invité dans des émissions de radio ou de télévision de grande écoute.

Que des verdoyants!

Grrrrr...

Anonyme a dit…

VOus dites: Faiisons l’hypothèse que la théorie du réchauffement anthropique est irréfutable. Admettons donc comme prémisse que les émissions humaines de CO2 font grimper le thermomètre. Par conséquent, s’il faut réduire les émissions de CO2... il est indispensable que tous les États sans exception soient assujettis à des seuils contraignants de réduction.

Si vous voulez poser une hypothèse qui se tienne, vous devez raisonner convenablement. Vous venez de dire l'équivalent de: si des dégâts sont en train de s'accumuler dans votre rue, pas question que qui que ce soit ne commence à nettoyer avant que la population de la ville au complet ne se soit entendu pour faire sa part!

Pascal a dit…

reconnaissant ainsi le rôle déterminant dans l’évolution du climat de la Terre des oscillations océaniques et du rayonnement cosmique),


Ca vous a peut-être échappé, M. Brassard, mais des milliers de scientifiques ont tenté de valider la théorie de "causes autres qu'humaines", et rien ne passe la rampe. Le premier suspect était le soleil, mais toutes les tentatives pour lier ses cycles aux périodes de réchauffement et de refroidissement ont échoué.

Si vous voulez vous instruire, il y a de très bons textes de vulgarisation ici, entre autres:
http://www.skepticalscience.com/solar-activity-sunspots-global-warming.htm


avoir cru que le CO2 (0,03% de la composition de l’atmosphère de la Terre), mais surtout le CO2 produit par les humains (soit 1,25% de 0,03%)


Ca vous a apparemment aussi échappé que, là aussi, des milliers de scientifiques, y compris des sceptiques du réchauffement, y ont pensé avant vous, et cette façon de voir les choses est rejetée. La différence entre la vapeur d'eau comme "principal gaz à effet de serre" et le CO2, c'est que le CO2 reste pas mal plus longtemps dans l'air. Il s'accumule. Alors que la vapeur d'eau retombe (on appelle ça de la pluie).

Anonyme a dit…

À Radio-Canada on entend toujours la même propagande écologique, condamnant le gouvernement Harper (d'ailleurs toutes les décisions du gouvernement Harper sont mises en doutes et contestés). Cette société financé par nos impôts devrait être mise au pas, car elle ne représente pas l'opinion de tous les contribuables Canadiens.
Radio-Canada qui ne fait jamais aucun effort pour nous présenté les deux côtés des choses, et bien je me demande se qu'attend le gouvernement Harper pour couper de moitié ses subventions de plus de un milliards par année.

ÉCOLO DURABLE a dit…

vous avez reçu votre prix fossile, mais vous n'osez pas afficher tout les messages. Le style du message reçu n'est que le reflet de votre style, même niveau.
je n’ai jamais reçu aucun prix Fossile. Je vous le dis, ça me vexe!
R: vous sortez plein d’argument mais ça ne se tient pas (voir la suite)mais il me semble que je mérite, moi aussi, ne serait-ce que pour ma persévérance au combat, ce prestigieux prix!
R: Qu'elle combat vous parlez celui de bruler le plus de combustible fossile,
Je le crie donc haut et fort : je veux et j’exige mon prix Fossile!
R: un chausson avec ça !!
Sa contribution à la mort de Kyoto devait être signalée et reconnue.
R: je ne pense pas que c'est la mort de kyoto que Harper va avoir mais plutôt sa mort politique !!
Admirons d’abord la logique de l’argumentation dont fait preuve M. Harper. Elle est imparable.
R: je crois plutôt que si il faut que le canada paye une amende de 14 milliard pour ne pas avoir respecter nos engagements c'est un prix politique qui va provoquer sa chute.
Ce qui se comprend très bien, puisque restreindre le recours aux énergies fossiles, c’était freiner le développement économique.
R: c'est faux, voir la france, L'allemagne, l'Angleterre, la plupart des pays européen dépasse leurs objectifs de réduction.
Ce fut donc le Grand Bal des hypocrites.
R: le plus hypocrite de Harper c'est de dire que c'est la faute du monde par leur auto, leur chauffage, etc et ne pas parler de l'exploitation des sables bitumineux dans l’augmentation du CO2
On s’en souviendra comme d’un échec monumental et lamentable qui aura coûté des milliards sans faire bouger d’un poil le thermomètre.
R: de quelle milliard de coût vous parler, c'est malhonnête comme affirmation. le gouvernement canadien n'a jamais investie plus que quelques dizaines de millions pour quelques rares programmes d'aide financière. A part ça le fédéral ont investis plusieurs millions de dollars pour les aider à se conformer (pourquoi subventionner cette industrie c'EST UN NON SENS)
Saluons donc la lucidité et le bon sens du PM du Canada.
R: faite moi rire du bon sens : investir tout dans les sables bitumineux c'est courir à notre perte. preuve le dollar monte, les pme on plus de difficulté a exporter, l'industrie forestière chute, même chose pour le manufacturier.

Car je suis convaincu que M. Harper est un climato-sceptique, comme c’est d’ailleurs le cas d’une partie non négligeable de la communauté scientifique.
R: non négligeable ce serait 5 ou 10 % au USA, mais ailleurs dans le monde c'est quoi le % de scientifique qui ne pense pas que le réchauffement peut-être d'origine antropomorphique. OIQ c'est 50 000 ingénieur au Québec qui pense pour la plupart cela.

TOUS les pays doivent être parties prenantes du nouveau traité), il n’a pas besoin de contester sur le plan scientifique les fondements du réchauffisme.
R: c'est vrai que tous les pays doivent être partie prenante.

Ce n’est pas en finançant dans les pays pauvres des filières énergétiques (éolien, solaire) dont la vertu première n’est pas l’efficacité, mais le peu de CO2 qu’elles génèrent, qu’ils vont leur être vraiment bénéfiques.
R: plus on va développer l'éolien et le solaire moins ils vont couter chers.
R: la chine investit beaucoup dans l'auto électrique en même temps. ils conservent tout les droits sur les mines de terres rares (genre lithium pour les batteries). la chine est en train de payer le prix étant donné la faible qualité de l'air dans les villes par la combustion du charbon.

Et en passant, avez-vous remarqué qu’Obama, pourtant aussi réfractaire que M. Harper à maintenir en vie Kyoto, n’a reçu, lui, aucun prix Fossile.
R: c'est le sénat républicain qui empêche obama d'aller de l'avant dans la réduction des GES. Mais il investit massivement pour avoir plus de véhicules électrique (objectif de 1 Million d'auto électrique en 2015)

Anonyme a dit…

J'aimerais que ce soit le journaliste Louis-Gilles Francoeur qui vienne vous le décerner, à condition que, pour une fois, il utilise un moyen vraiment écologique pour se déplacer jusqu'au Lac St-Jean.

Les écolos à la Francoeur sont toujours prêts à nous faire la morale, mais donnent rarement l'exemple. Si les écolos étaient vraiment sérieux, ils pourraient à eux seuls faire diminuer les émanations canadiennes de gaz à effet de serre. Ils n'auraient qu'à appliquer leur propagande à eux-mêmes et réduire de 50 à 80 % leur génération de C02.

Anonyme a dit…

Vous dites : Car je suis convaincu que M. Harper est un climato-sceptique, comme c’est d’ailleurs le cas d’une partie non négligeable de la communauté scientifique.

À combien chiffrez-vous le pourcentage des membres de la communauté scientifique qui sont "climato-sceptique" - cependant à lire votre commentaire vous ne semblez pas sceptique mais bien plutôt "certain" que l'émission de CO2 par l'activité humaine n'a aucun effet sur le climat, comme tous les droitistes d'ailleurs - donc le pourcentage que vous qualifiez de non-négligeable : 2, 3, 5 % ? Je serais étonné que ce soit beaucoup plus. Par chance on n'a pas tous perdus complètement l'esprit comme ces fous-furieux de la droite.

Yves B. a dit…

Voilà une vraie politique de réduction des GES. Le gouvernement Charest visionnaire. Ce n'est pas comme harper, le stupide, qui ne voit aucun lien entre environnement et économie, qui ne fait que pelleter par en avant les problèmes qui vont couter de plus en plus chère à régler.

http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/changements-climatiques/201112/15/01-4478173-marche-du-carbone-quebec-va-de-lavant.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-lapresseca_267_accueil_ECRAN1POS2

Anonyme a dit…

Le Québec de plus en plus isolé: la Russie appuie l’initiative canadienne de se retirer du protocole de Tokyo.

ttp://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/201112/16/01-4478699-la-russie-appuie-le-canada-dans-son-retrait-du-protocole-de-kyoto.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-lapresseca_267_accueil_ECRAN1POS1

70 % des territoires nordiques sont donc contre le Québec et pour le Canada.

Parmi les territoires nordiques, le Québec fait donc quasiment cavalier seul. De 30 à 180 degrés de longitude est, et de 80 à 180 degrés de longitude ouest, on est contre le Québec et pour le Canada (250 degrés de longitude au total). Il n’y a que les territoires de de 0 à 30 degrés de longitude est, et de 0 à 80 degrés de longitude ouest qui sont du côté du Québec (110 degrés au total).

Olivier Bamville

Anonyme a dit…

Monsieur Brassard,

Le Modèle québécois vient de se bonifier en se dotant de la Bourse du carbone.
Une autre opportunité d'arnaques payantes pour nos affairistes et politiciens.

À la base, pour le peuple, il y a ce postulat d'hydroélectricité propre, donc monayable en crédits carbone.

Parions qu'éventuellement les calculs devront aussi inclure le potentiel perdu de conversion forestière du CO2 sur les terres innondées et surtout la production du méthane par la décomposition des matières organiques sous l'eau.
Selon la longueur d'onde au spectre infrarouge, le gaz CH4 est 20 à 60 fois plus apte à emprisonner la chaleur que le CO2. Les quantités de méthane produit lentement sous l'eau sont énormes car la matière organique ne se limite pas aux arbres.

Mais, lorsque le manque de rigueur intellectuelle rattrapera le politicien (et le peuple payera), il se sera engraissé, ainsi que ses zamis, en rançonnat les entrepreneurs et les consommateurs.

L'hystèrie verte, alimentée par des scientifiques qui ont trouvé le moyen de se donner de l'importance en chamanisant la science et amplifiée par des journalistes et animateurs incompétents est en fait générée par des profiteurs économiques et les politiciens qui saisissent toute opportunité pour accroître leur emprise contrôlante.

Les politiciens pragmatiques et prêts à ouvertement questionner le Dogme réchauffiste sont peu nombreux, car le rejet par les coeurs saignants culpabilisés les guette.

Voyons, il y a Claude Allègre, Vaclav Klaus, Ralph Klein, Stephen Harper, vous et quelques autres.

Dommage pour nous tous,
Paul Stefanik

Anonyme a dit…

Forte hausse des émissions de CO2 après la crise financière mondiale

http://www.radiovm.com/Nouvelles/Details.aspx?/=A&n=30103

honorable a dit…

Parmi les territoires nordiques, le Québec fait effectivement quasiment cavalier seul.

De la Finlande à la Baie d’Hudson (250 degrés de longitude: toute la Russie, tout l’Alaska et tout le Canada du Yukon à la côte québécoise, c’est-à-dire 11 000 de km de surface terrestre), c’est NON à Kyoto.

Le OUI nordique à Kyoto se limite au Québec et à la Scandinavie (du Québec à la Finlande en passant par le Groenland et l’Islande): seulement 110 degrés de longitude principalement occupés par l’Océan Atlantique: moins de 3 000 km de surface terrestre!

C’est 11 000 km de territoire nordique qui di NON à Kyoto contre 3 000 km disant OUI. Une majorité écrasante de 79 % en termes de km linéaire de surface nordique terrestre.

Le Québec se peinture encore une fois dans un coin. Il espère sans doute sauver les Maldives alors qu’il devrait savoir que les Maldives ne lèveraient jamais le moindre petit doigt pour aider le Québec de quelque manière que ce soit.

Charité bien ordonnée devrait commencer par soi-même.

On peut comprendre la crainte scandinave: ils ont besoin du Gulf Stream et ont sans doute peu à ganger d’un réchauffement climatique qui aurait possiblemnent des effets nuls là-bas à cause d’un ralentissement du Gulf Stream. Mais craindre le réchauffement climatique au Québec, qui est à peu près la région la plus froide du monde compte tenu de sa latitute?

Je rappelle à tous que Montréal est à la même latitude que Venise, Milan et Bordeaux. N’aimeriez-vous pas avoir le climat de Venise, Milan et Bordeau plutôt que celui de Stockholm et Helsinki (Stockholm et Helsinki sont à la même latitude que l’extrémité Nord du Nouveau-Québec: au Nord de Kuujuak-Fort Chimo!)?

Militons pour le climat qui réflète notre latitude: le climat de Venise, Milan et Bordeau. C’est à notre tour de recevoir un petit bienfait climatique, et de l’accepter.

Yves Pelletier a dit…

@Anonyme (14 décembre 2011 16:20)
«Radio-Canada qui ne fait jamais aucun effort pour nous présenté les deux côtés des choses»

En fait, Radio-Canada fait de gros efforts pour NE PAS présenter les deux côtés. Tel que souligné dans les commentaires de mon billet (http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2011/12/12/de-quoi-celebrer-bye-bye-kyoto/), il est à se demander si les textes de Radio-Canada ne sont pas adaptés pour plaire à l'armée d'écolos-gauchistes qui sont très actifs dans les commentaires, de peur de les décevoir.

Pour ma part, j'ai participé une fois à la radio de Radio-Canada en décembre 2009, suite au Climategate 1.0. Ce fut la seule fois qu'un sceptique a été invité (à ma connaissance). Je fus ensuite remplacé par François Cardinal, qui joue le rôle d'avocat du diable face à Karel Mayrand!!! Donc, un semblant de débat en prenant deux activistes du même camp, ce qui est bien plus sûr que d'inviter quelqu'un qui pourrait déranger! On m'a indiqué que ma présence n'était plus souhaitable - sans aucun doute parce que j'ai osé aller contre le dogme, si farouchement défendu par le journaliste scientifique de la place: Yannick Villedieu.

C'est en sa présence (Villedieu) que j'ai compris que l'aspect scientifique n'avait rien à voir dans sa prise de position. C'est une religion. Il a une haine envers les «hérétiques». Jamais la version de sceptiques du RCA ne sera présentée à la radio R.-C. (et possiblement la télé?) tant qu'il sera là.

Reynald Du Berger a goûté à la partisanerie de RDI sur le même sujet le lendemain (http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2009/12/15/climategate-le-traitement-par-rdi), malgré une excellente prestation. Le traitement médiatique était on ne peut plus orchestré pour étouffer les dissidents au dogme, défendu si ardemment par notre société d'État.

Gilles Laplante a dit…

Chaque prix fossile me confirme que j'ai misé sur le bon cheval.

Normand Larouche a dit…

@ Mr Brassard

Je pense que votre calcul (1,25 % de 0,03 %) est erroné, il peut y avoir confusion entre le pourcentage relatif et le pourcentage exprimé en concentration de CO2. En 1975, la concentration de CO2 était de 331 ppm et en l'an 2000, il était de 369 ppm (partie par million en volume). Donc, en 25 ans, il y a eu une émission de 38 ppm de(sur) 369 ppm,
se qui représente une augmentation net
de 10,3 % ,.. ou en terme de % de concentration: 0,0038 % émis (quantité) de 0,0369 % soit 10,3 % (relatif) en plus. Vers l'an 2100, la concentration de CO2 pourrait avoir doublé par rapport au début du siècle.

ici une vidéo parmi d'autres, montrant le ''refroidissement'' à l'oeuvre:

http://www.youtube.com/watch?v=CWBBFLbJSc4

Normand Larouche a dit…

@ Mr. Du Berger

Vous sembler sous-entendre que le volcanisme sous-marin produirait ou « émetterait » 38 000 GT de carbone dans l'atmosphère ? (peut-être que je fais erreur ?) D'après mes lectures, de ce 38 000 GT de carbone, la presque totalité est directement dissous dans l'eau, y réside pendant des milliers d'années et est
ré-absorbé par la lithosphère en formation. Cet apport de CO2 dans l'atmosphère est considéré comme négligeable, donc non pris en considération dans les calculs.
Si vraiment 38 000 GT/an serait émis dans l'atmosphère par le volcanisme, les émanations anthropique de 35 GT/an serait dérisoire en comparaison. Cela rendrait toute démarche pour réduire le CO2 émis par l'homme inutile ... en plus de faire augmenter la température plus rapidement que celle attendue et mesurée jusqu'à présent.

honorable a dit…

Parions que les désaxés d'Equiterre n'ont pas encore donné de prix fossile au Vénézuela, à l’Arabie Saoudite, à l’Egypte, à la Birmanie, à la Malaisie, au Koweit, à Trinidad-Tobago, au Nigéria, à la Bolivie ou au Brunei.

Pourtant ces cancres climatiques SUBVENTIONNENT le prix de l'essence (il est à 2 cents le litre au Vénézuela) alors que le Canada le taxe lourdement, ce qui représente en soi une énorme contribution à la lutte au réchauffement climatique.

Notez que les 10 pays cancres en question ont tous signé le protocole de Kyoto!

Si ces 10 pays n'ont pas encore reçu leur prix fossile, il y a quelque chose qui ne tourne vraiment pas rond dans la tête des écolos.

http://en.wikipedia.org/wiki/Gasoline_and_diesel_usage_and_pricing

Y. B. a dit…

M. Brassard vos commentaires sont toujours contre la théorie du RCA. Vous donner des commentaires peu flatteur à tout ceux qui sont en faveur de cette théorie et après vous dites que vous recevez personnellement des commentaires peu flatteur (l'arroseur est arrosé).

Moi je pense que c'est vous qui faites du sectarisme car jamais vous n'utiliser les avis des tenants du RCA à part pour les dénigrer. Jamais vos commentaires ne sont nuancés. Pour moi vous utilisez la même stratégie que les compagnies du tabac ont utilisées pour tenter de démontrer que la cigarette ne provoquait pas le cancer. Vous ne vous servez que d'une partie des informations disponibles pour porter votre jugement. En fait vous avez votre théorie et vous recherchez des informations qui vont prouver votre théorie ce qui n'est pas une démarche scientifique, tout le contraire.

Pour ma part je préfère utiliser le principe de précaution et ne pas chercher à gaspiller nos ressources. Quand on ne calcul que les coûts on oublie le point que les ressources ne sont pas illimitées à un coût fixe.

Y. B.

Anonyme a dit…

Oui, les organismes qui défendent l’environnement sont devenus de grosses machines bureaucratiques avec leurs travers et les tentatives des gouvernements pour trouver des compromis sur la réduction des gaz à effet de serre semblent aller nulle part.

Même si les moyens entrepris tergiversent, je crois quand même que ce combat pour la protection de l’environnement est légitime et nécessaire.

Il y a un consensus scientifique très large, qui dépasse l'organisme de l'ONU que vous tapez dessus. Un gros paquet de monde qui connaissent ça mieux que moi s'accorde pour dire que le climat change, et c'est logique qu'il change le climat.

Il y a de plus en plus de monde sur la terre, qui polluent plus, n'est-ce pas normal que cette pollution nous retombe dessus sous diverses formes ? (ex: effet de serre, cataclysmes plus fréquents, température de plus en plus imprévisible)

Vous avez droit à votre point de vue mais il est très marginal. Il est peu crédible, d'autant plus qu'il est contraire à ce que nous observons autour de nous.

De plus, votre vision négative des écolos-gauchistes vous amène a être dogmatique, ça frôle la théorie du complot. Vous connaissez ces "crackpots" au États-Unis qui pense que le 11 septemble est une "inside job" ou les autres qui spéculent encore sur la mort de célébrités...

Pour ce qui est du prix fossile, je ne crois pas que vous soyez éligible, désolé. Votre longue et prolifique carrière au PQ, un parti qui a fait beaucoup pour l'environnement, vous place parmi les grand bienfaiteurs de l'environnement. Ce n'est pas un virage "plus à droite" un peu sur le tard qui va faire ombrage à votre grande contribution.

Anonyme a dit…

@Normand
C'est normal pour un glacier de perdre des morceaux. Ca ne signifie pas un réchauffement, mais bien une avancée du glacier. Ca fait partie de son cycle de vie normal, si le bout avance, c'est que ca pousse par en arrière. Et les glaciers sont constamment en progression/retrait selon des cycles.

Anonyme a dit…

Le Québec aura besoin de la Californie pour la réduction des GES

http://www.radiovm.com/Nouvelles/Details.aspx?/=A&n=30189

Anonyme a dit…

La Révolution tranquille a déclaré la guerre à la religion. Aujourd'hui, nos élus s'attaquent également aux traditions. Quel héritage le Québec laissera-t-il donc à la prochaine génération?

http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/nathalieelgrablylevy/archives/2011/12/20111222-090900.html

Anonyme a dit…

1. Pour se convaincre de la solidité de leur foi : pourquoi est-ce de la foi pour ceux qui croient au réchauffement climatique et non pour ceux qui n'y croient pas ?

2. «vérités scientifiques» indépassables ? Est-ce que vous n'affirmez pas que la droite et les anti-réchauffement climatique détiennent la vérité ? En tout cas si vous étiez au pouvoir vous n'agiriez pas (ce qui est en fait un agir particulier - un non-agir - ce qui est aussi grave). Pour prendre position il faut croire en une vérité, il faut adopter une perspective. La vôtre serait-elle "la vérité" ?

3. mettre en relief le nombre de scientifiques dans chacun des deux camps : n'est-ce pas vous qui écriviez "un nombre non négligeable" de scientifiques ne croient pas au réchauffement climatique. Est-ce une loi de la nature que la minorité est plus avisée que la majorité ? Et en outre, combien parmi la minorité dissidente sont en fait à la solde des multinationales du pétrole et des puissances de l'argent, du pouvoir réformiste d'Ottawa ?

4. Ce n'est donc pas parce que, maintenant, une majorité semble pencher du côté du RCA que cette théorie est vraie : on pourrait tout aussi bien dire : ce n'est pas parce qu'une minorité penche du côté des sceptiques que leur théorie est vraie.

Bref vos arguments n'ont aucune valeur pour nous, hommes et femmes de connaissance. Seuls les "orientés de droite" et les faibles d'esprits pourraient vous croire.

honorable a dit…

Joyeux Noel et joyeuse Hanoukka à tous, incluant les climatoalarmistes, les climatosensationnalistes, les négateurs des nombreux avantages d'un réchauffement climatique pour le Canada, et les écolos verts à l'extérieurs mais rouges à l'intérieur.

Il me fait toujours plaisir de souligner Hanoukka car un fait marquant semble systématiquement ignoré ou occulté par les journalistes et les médias: sans les évènements célébrés par Hanoukka (du 21 au 28 décembre), Jésus aurait TRÈS TRÈS probablement reçu une éducation religieuse gréco-romaine, ce qui signifie que le christianisme et l’islam ne seraient jamais apparus.

En somme, juifs, chrétiens et musulmans sont TRÈS redevables de Hanoukka, qui peut ainsi être vue comme une fête de valeur fort oecuménique, sans compter que les lumières d’Hanoukka conviennent fort bien à ce temps de solstice d’hiver.

Jacques Brassard a dit…

encore ci-dessous trois commentaires qui reprennent les poncifs de la «bien-pensance» réchauffiste.
Le premier reprend la vielle accusation prétendant que les savants sceptiques sont largement stipendiés par les pétrolières.Il s'agit là d'une menterie archi-usé sans le moindre fondement.
Le second a sans doute pour but de me troubler en évoquant un «consensus scientifique très large» sur le RCA. Ce qui est faux! Il n'y a pas de consensus sur cette théorie devenue un dogme au sein de la communauté scientifique et de l'Église écolo. Les tenants du RCA sont peut-être majoritaires, mais il existe un fort contingent de savants dont les études et les recherches sapent sérieusement les fondements de la thèse du GIEC. Le site de haute valeur scientifique Pensée Unique de Jacques Duran fait une recension de ces travaux de façon régulière. Je crois qu'on s'abstient de le visiter par crainte d'être ébranlé dans ses certitudes.
«C'est logique qu'il change, le climat». Cette courte phrase indique combien la propagande réchauffiste réussit à jeter le discrédit sur les climato-sceptiques. Pas un seul hérétique ne conteste cette évidence: le climat change et il a toujours changé. En accusant à tort les sceptiques de nier le changement climatique, on les fait passer pour des hurluberlus négateurs dela réalité.On les évacue ainsi du débat.
«Il y a de plus en plus de monde sur la terre qui pollue plus, n'est-ce pas normal que cette pollution nous retombe dessus sous diverses formes?» Belle illustration de la confusion entretenue sciemment entre pollution et émission de CO2. Combien de fois faudra-t-il le répéter: le CO2 n'est pas un polluant, c'est un gaz non-toxique indispensable à la vie. Si l'on veut combattre la pollution, on ne vise pas la bonne cible.
Le troisième reprend les mêmes clichés. Mais il ajoute qu'il convient « de na pas gaspiller nos ressources». Comme si ne pas adhérer à la théorie du réchauffement anthropique équivalait à favoriser le gaspillage des ressources. Faux argument! Les sceptiques ne sont nullement (et c'est mon cas) hostiles à l'économie d'énergie et à l'efficacité énergétique. Bien au contraire! Faire un bon usage des ressources, surtout les non-renouvelables, est un comportement tout à fait rationnel. Les entreprises capitalistes le font aussi. Surtout quand l'énergie est un coût de production majeur. Mais je ne le fais pas pour diminuer mon «empreinte carbone». Je le fais parce qu'il est normal de ne pas gaspiller les ressources. Et je me contrefous de mon «empreinte carbone»!

Jacques Brassard

honorable a dit…

Considérer le C02 comme un polluant a un effet pervers: il fait oublier les vrais polluants et détourne l'attention de la lutte contre la pollution du sol, des cours d'eau et de l'air. Lutter contre les pluies acides, c'était lutter contre la pollution. Lutter contre le C02, c'est comme lutter contre l'eau: ce n'est pas de la lutte anti pollution.

Quand l'océan ou une rivière monte, il/elle ne pollue pas, mais il/elle peut causer des effets désagréables pour certains maniaques de la propriété sur bord de l'eau. Quand la concentration de C02 monte, cela ne pollue pas l'atmosphère, mais peut causer de très légères, et loin d'être catastrophiques, élévations de température dont le Canada, et même des pays tropicaux, profiteront.

Même dans les pays tropicaux, il est exceptionnel qu'un agriculteur se plaigne d'un excès de chaleur. Les plantes, en soi, aiment la chaleur et le C02. Les plantes qui se sont adaptées au froid ne poussent pas vite.

Anonyme a dit…

Joyeux Noël monsieur Brassard.

Pour ce qui est des réchauffistes, je dirai simplement à l’exemple de Coluche que «C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison »

Réal Carbonneau

honorable a dit…

Les villes mentionnées ci-bas sont TOUTES à la même latitude. Pour chaque ville, je donne la température moyenne au cours de l'année:

Venise, Italie: 13 degrés.
Milan, Italie: 12.5 degrés.
Bordeaux, France: 13 degrés.
Portland, Oregon: 13 degrés.
Bucarest, Roumanie: 11 degrés
Minneapolis, Minnes.: 8 degrés.

Montréal: 7.5 degrés.
Harbin, Chine: 4.5 degrés.

Morale: un réchauffement climatique ne ferait que nous donner notre du climatique, étant donné notre latitude.

Un réchauffement "catastrophique" (selon les climatoalarmistes) de 4 degrés nous donnerait une température moyenne de 11.5 degrés, c'est-à-dire bien en dessous des températures moyennes actuelles à Portland, Bordeaux, Milan et Venise.

Allez donc dire aux gens de Portland, Bordeaux, Milan ou Venise que leur température est "catastrophique" et qu'ils devraient essayer d'imiter Montréal ou Harbin, climatiquement parlant. Je ne pense pas qu'ils seraient très réceptifs.