mardi 26 avril 2011

MÉLI-MÉLO

La soudaine montée dans les sondages du NPD en laisse plusieurs (surtout les experts patentés) pantois.

Pourtant, quand on y regarde de plus près, on se rend compte que c’est un phénomène qui n’a rien d’un mystère.

Il s’explique d’abord par le fait que le discours du Bloc sur la défense des intérêts du Québec – discours qui, au fil des ans, a pris la forme d’une ritournelle rabâchée en boucle – a beaucoup perdu de son efficience chez les électeurs.

À partir du moment où la souveraineté n’est pas, dans un avenir prévisible, un enjeu politique (je veux dire qu’il n’y a pas de référendum à l’horizon), les «intérêts du Québec» et les «valeurs québécoises», tels que définis par le Bloc ne constituent pas l’unique façon de voir les choses. C’est une vision de la société et de l’économie qui ne fait pas l’unanimité.

De plus en plus, une large proportion de la population québécoise n’adhère pas aux belles certitudes et au système de valeurs du Bloc en matière d’intérêts collectifs.

En fait, depuis l’arrivée de Duceppe à la tête du parti, celui-ci s’est ancré résolument à gauche. Il est devenu écolo pur et dur (son porte-parole, B. Bigras, est un hystérique carbonique); socialo-étatique à tous crins; dépensier sans mesure; racoleur des brigades islamistes; pacifiste irresponsable; copain-copain avec les corporatismes syndicaux. Ce n’est pas uniquement la montréalisation du parti (une lacune identifiée dans un rapport interne) qui explique la désaffection d’une partie de l’électorat à l’égard du Bloc, mais c’est également son ancrage sans vergogne à gauche.

(Petite parenthèse : le PQ, lui aussi, a pris la même direction. Il n’a pas réussi à se «recentrer», comme nous l’annonçait Pauline Marois. Il s’est lui aussi fortement incrusté à gauche de l’échiquier politique.)

Devant une pareille dérive de la mouvance souverainiste, quel est le sentiment, pensez-vous, de ceux qui, comme moi, se situent au centre et à droite du spectre politique? Ils se sentent orphelins! C’est cette partie de l’électorat que Jacques Parizeau et les ténors du PQ (tel Bernard Drainville) cherchent à ramener au bercail. Pas sûr que cette fois-ci, ça réussisse!

Et c’est dans ce contexte que se place la remontée du NPD dans l’opinion.

Dans les rencontres familiales de Pâques, ce fut évidemment un des sujets de conversation (l’autre étant la série Canadiens-Bruins).

J’ai pu alors constater la confusion la plus totale régnant dans les esprits.

Certains de mes interlocuteurs envisageaient de voter NPD! Ah! Oui! Et pourquoi? Leur demandais-je. La réponse était généralement rudimentaire, pour ne pas dire superficielle : Jack Layton est un homme sympathique et convivial! Ah! Bon! Mais encore! Savez-vous, leur disais-je, que le NPD est le parti le plus centralisateur de l’univers politique canadien? Et que c’est un parti résolument socialiste? Réponse : « Euh! »

Ma réplique finale était : si votre choix, c’est de voter à gauche, continuez donc de voter Bloc! Moi, je ne veux plus voter à gauche! Alors, je ne vote plus Bloc (pour la première fois)! Et, forcément, je ne voterai certainement pas NPD! Un peu de cohérence, que diable!

Mais dans mes conversations pascales, j’ai pu constater combien la campagne de diabolisation de Stephen Harper, fort bien relayée par les médias et la faune journalistique, avait eu de l’effet sur les esprits.

Le jugement péremptoire que j’ai le plus entendu est le suivant : « Harper n’est pas démocrate! Il est dangereux! » Tiens! Tiens! Pas démocrate, hein? Et en quoi, leur répliquais-je, n’est-il pas démocrate? Après le renversement de son gouvernement, il n’a pas pourtant pas fait de coup d’état! Et s’il n’est pas réélu, croyez-vous qu’il a des troupes en réserve pour s’emparer du Pouvoir et instaurer une dictature? N’ayant que des borborygmes comme réponse, je sentais que, dans leur tête, l’image de Harper en tyran s’effilochait !

Vraiment, cette défroque de despote fasciste que ses adversaires (et surtout le Bloc) lui ont mise sur le dos, c’est le dispositif de propagande le plus dégueulasse que j’ai vu dans une campagne électorale au Canada.

Et c’est sans doute grâce à cette obscénité, faisant de M. Harper un repoussoir dégoûtant, que le Bloc va réussir à conserver une bonne cohorte de députés.

Jacques Brassard

22 commentaires:

Anonyme a dit…

Excellente analyse, monsieur Brassard! Comme toujours, d'ailleurs.

Ce que je ne comprends pas, c'est que la majorité des "bloquistes" qui vont voter NPD lundi prochain, étaient pour la plupart de fervents nationalistes. Ont-ils seulement une idée du programme que propose le NPD?

Conservateur québécois a dit…

L'ignorance politique des Québécois me laisse pantois. Ils ne savent rien du programme du NPD, ne connaissent pas l'histoire de ce parti, etc. Et ils vont voté pour Jack le bon gars. Le gars qui sourit tout le temps, qui veut implanter des programmes sociaux sans augmenter taxes et impôts.... Les Québécois ne sont pas conscients du danger d'élire ce type et ses incompétents de candidats . L'un de ces candidats au Québec est membre du parti communiste du Canada, un autre est membre de Québec solidaire... Une autre est serveuse de bar. Une autre ne parle pas francais. Beaucoup de bois morts chez le NPD du Québec. Une joyeuse bande de lunatiques en vue. Les Québécois vont déchanter vite en voyant leur brillante députation NPD ! Le Bloc paie aujourd'hui pour sa campagne de démonisation de Harper. La gauche québécoise ne recule devant rien pour salir ses adversaires.

Fernand se déchaine a dit…

Bravo Monsieur Brassard, votre discours n'a pas perdu de sa force vitriolique.

Pôvre Québec qui s'apprête a voter encore plus à gauche pour le NPD de Bob Rae qui a été sorti de l'Ontario qu'il était en train de mettre en faillite.

Je me demande comment ils vont augmenter les places en garderie, une prérogative du gouvernement du Québec et une créature monstrueuse et gargantuesque de Mme Marois. Comment ils vont bonifier les congés patronaux qui déjà alourdissent le budget québécois sans penser que les dépenses vont augmenter plus vite que les revenus à moins de taxer encore plus des contribuables pris à la gorge.

J'attribue l'engouement du NPD auprès des gens qui dépendent de l'État providence, qui ne payent pas d'impôts et veulent en avoir plus de subventions à ne pas travailler en taxant les méchants capitalistes de quoi faire fuir notre élite comme en Haïti et ce qui nous reste de médecins.

Vraiment le Québec votera comme des poules pas de tête...

Anonyme a dit…

Ne pas être démocrate ne se résume pas uniquement à faire des coups d'état ou être à la tête d'une dictature. Il y a aussi l'attitude et les actions du gouvernement face aux institutions démocratiques qui pèsent dans la balance.

À cet effet, je vous renvoie à une lettre rédigée par plusieurs constitutionnalistes réputés à travers le Canada: http://www.cyberpresse.ca/opinions/201104/25/01-4393166-un-mepris-inquietant-de-m-harper-pour-les-institutions-democratiques.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_place-publique_1242600_accueil_POS4



En s'appuyant sur votre définition très étroite de ce qui constitue un démocrate ou un comportement démocratique, on en arrive même à qualifier la Russie de pays démocratique...!? (élection sans coups d'état, emprisonnements arbitraires, soutien indirect aux régimes islamistes (Iran), non-intervention militaire mur-à-mur, etc.) ...

Anonyme a dit…

Un autre article intéressant qui recense les entorses parlementaires du gouvernement conservateur: http://www.ledevoir.com/politique/elections-2011/322005/ou-est-passe-l-outrage

Ne me dîtes pas qu'il s'agit d'un papier écrit par une journaliste d'un journal de centre-gauche, je le sais déjà! Je vous parle des faits qui y sont relatés... Ils sont bel et bien réels. "facts are facts are facts."

Anonyme a dit…

dans un comté ou le conservateur n'a aucune chance de l'emporter le fédéraliste ne peut que votez NPD

Jacques Brassard a dit…

Soyons sérieux! Ma référence au coup d'état, c'est une image pour montrer le caractère excessif de l'accusation de dictature lancée contre Harper. La démocratie, c'est plus que l'absence de coup d'état, savez-vous que je m'en doutais un peu!
La démocratie, c'est aussi l'état de droit:Harper l'a-t-il violé? Le pluralisme politique: Harper a-t-il instauré un régime de parti unique? La liberté de parole et de penser: Harper l'a-t-il supprimée? La presse libre: Harper l'a-t-il baîllonnée?
Vous me parlez d'entorses aux règles parlementaires? J'ai été membre d'un parlement pendant 25 ans.Quand j'étais dans l'Opposition, je vouais aux gémonies le gouvernement qui bafouait le Parlement en imposant ses vues et en écourtant les débats. Ce que j'ai fait moi-même quand j'étais leader du gouvernement,malgré les hurlements de l'Opposition...Il ne faut pas confondre l'effervescence de la joute parlementaire avec la violation des fondements de la démocratie.
Jacques Brassard

Serge a dit…

Est-ce que les manquements à la démocracie sont la panacée de seuls les Conservateurs? Allons! Libéraux comme Péquistes ont passé des lois sous baillon à l'Assemblée Nationale. Certains croient encore au politicien vertueux et sans reproche?

Anonyme a dit…

Disons qu'on peut être démocrate à différents degrés. Ce n'est pas blanc ou noir. Dans ce régistre, le gouvernement conservateur effectue le strict minimum. Répondons à vos questions, un point à la fois:

Le pluralisme politique: Harper a-t-il instauré un régime de parti unique? Non pas encore, mais ses actions souscrivent à cet objectif à longs termes.

-des sénateurs conservateurs accusés d’avoir violé la loi électorale par Élections Canada

-Financement public des partis politiques: Stephen Harper voulait (2008) et veut (2011) abolir l'aide sachant très bien que cela va nuire au pluralisme des voix et que cela va pourrait porter flanc à une influence et un poids démesuré des lobbyistes et des groupes de pression ayant d'importants moyens financiers, malgré la loi sur le financement des partis politiques (comme on a vu par le passé, cette loi semble être aisément contournée par les collecteurs de fonds, tout parti confondu).


La démocratie, c'est aussi l'état de droit: Harper l'a-t-il violé?
Je me le demande... Est-ce que les épisodes ci-dessous sont typiques dans un état de droit moderne où il y a séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire et leur limitation mutuelle?

-un Sénat non-élu qui annule une loi adoptée par une Chambre des communes démocratiquement élue (C-311)

-une ministre qui ment au Parlement (Bev Oda): Au Canada, c'est le parlement qui est souverain, pas le parti politique ayant remporté le plus de sièges.

-loi sur les élections à date fixe: violer à la première occasion par pur opportunisme politique...

-prorogations pour se soustraire au jugement du parlement

La presse libre: Harper l'a-t-il baîllonnée?
Non, mais il nuit considérablement à la libre circulation de l'information.
-Les demandes d'accès à l'information sont ralenties et parfois bloquées après intervention politique de non-élus (Sebastien Togneri, ex-attaché politique de Christian Paradis, et Dimitri Soudas qui s'enfuit des huissiers pour ne pas répondre de ses actes devant un comité parlementaire ).
-L'accès limité des journalistes aux candidats conservateurs, au premier ministre, etc. Liste de questions limitées, choix des questions posées, etc. Et tout cas, le public et donc les électeurs n'en sont que moins bien informés...

La liberté de parole et de penser: Harper l'a-t-il supprimée?
En tout cas, il se donne une certaine liberté avec les représentants et les vérificateurs "indépendants" qui critiquent l'action de son gouvernement:
-Arrêt des subventions à Kairos malgré l'avis contraire des fonctionnaires de l'ACDI.
-Fonction publique muselée et contrôlée (informations transmises au média)
-Le personnel de l’organisation Droits et Démocratie muselé
-Congédiement de Linda Keen pour avoir critiqué le gouvernement Harper (énergie atomique du Canada)
-Congédiement de Deanna Allen pour avoir critiqué le gouvernement Harper (vice-présidente de la Commission canadienne du blé)
-Congédiement de Pat Stogran de l’ombudsman des vétérans
-Congédiement du surintendant principal de la GRC, M. Marty Cheliak
-Congédiement d'Helen Guergis sans preuve (la GRC l'a démontré)
-Attaque contre les crédibilités de la vérificatrice générale Sheila Fraser et du directeur parlementaire du budget Kevin Page
-Attaque contre la crédibilité du diplomate canadien Richard Colvin

Je peux continuer si vous voulez...

Anonyme a dit…

« Harper n’est pas démocrate! Il est dangereux!...
Vraiment, cette défroque de despote fasciste que ses adversaires (et surtout le Bloc) lui ont mise sur le dos, c’est le dispositif de propagande le plus dégueulasse que j’ai vu dans une campagne électorale au Canada.» JB


Il n'y a pas que le BQ.

Dans cette catégorie où l'on prend les électeurs pour des imbéciles, les employés des médias n'ont pas leur pareil. Voici la citation la plus populaire du moment...

« L’éditorialiste Josée Boileau, à l’émission 24 heures en 60 minutes, ira jusqu’à laisser voir son profond mépris pour le chef conservateur: « Pour Harper, la famille, c’est maman à la maison et elle a un mari qui la fait vivre, alors… » Je n’en dirai pas plus; ce serait dangereux. »
http://jomarcotte.wordpress.com/2011/03/30/elections-federales-fractionnement-de-revenus-et-liberte-de-choix/


Il semble que la conception de la famille « normale », ait changé. Pour une fille choisir sa famille en priorité, plutôt qu'une carrière ou un emploi, c'est choisir de se faire vivre.

Quelle est donc cette politique familiale Harper qui fait si peur ?...
CH

Gilles Laplante a dit…

Plutôt que de se mettre en valeur lee partis d'opposition choisit de démoniser Harper ( à soir on fait peur au monde ). Cette tactique se revire contre les libéraux et le Bloc. Le moins virulent, le NPD, en sort gagnant. On aurait pu croire que ça amènerait les québécois à réfléchir mais les gènes latins ont pris le dessus et les gens réagissent avec leurs émotions.

Anonyme a dit…

Z'avez vu la sortie de Larose contre le NPD?

Des "crosseurs" paraît-il...ces mêmes "crosseurs" avec lesquels pourtant Duceppe n'hésitais pas à s'associer il n'y a pas si longtemps...

Anonyme a dit…

Monsieur,

Grâce, ou malgré la tactique triviale du Bloc de faire les procès d'intention répétitifs à M. Harper ("l'homme qui n'a jamais lu un livre"), le vote tribal trouvera le preneur.

Parlons Qc : Après la sortie, vraiment obscène, de l'ineffable Gérald Larose, je retiens les sourires complices, entendus et béats de la cohorte de candidats du Bloc, qui lui servaient de potiches décoratives.

Penser que ces brillants tribuns puissent un jour présider aux destinées de la République ...

Je ne voudrais pas leur faire, à mon tour, le procès d'intention, mais, la démocratie dans leur état, aura-t-elle les mêmes attributs que la démocratie canadienne imparfaite ?

Bien à vous,
Paul Stefanik

Anonyme a dit…

La démocratie à atteint sa limite. On peut en parler idéologiquement , la glorifier mais elle n'est pas parfaite. Au Québec la majorité ne paye pas ou presque pas d'impôt. La majorité vote donc à gauche car la gauche offre plus à ceux qui reçoivent . Ne voulons-nous pas tous améliorer notre sort ? Le NPD aura au moins le mérite de nous déBloquer.

Anonyme a dit…

La démocratie a ces limites.Quand la démocratie est rendu une vrai foire,ou le gouvernement ne peut plus rien décider,toujours des bâtons dans les roues de la part d`organismes,de constitutionnalistes,d`avocats,de çi et de ça,qui coûtent une fortune aux payeurs de taxes.Il n`y a plus qui avance.L`état de droit(l`état de protéger nos ennemis en plus) a c`est limite.

On a beau critiquer la Chine qui est anti-démocratique,mais la Chine avance,tellement qu`un nouveau rapport du FMI dit que la Chine va détrôné les USA dès 2016 et sera la plus grande économie du monde avec toute les conséquences que celà va entraîner pour nous.Evidemment,la Chine ne souffre pas de social-médiocratie comme en Amérique et en Europe.

Anonyme a dit…

Vous basez votre analyse sur le fait qu'il n'y a pas de référendum en vue. Or, pas besoin d'un référendum pour être indépendant. Donc le reste de votre analyse ne tient plus.

Anonyme a dit…

3 sièges au Bloc
2 " au PLC
6 " au PC
64 " au NPD

Anonyme a dit…

Anonyme a dit…
-Financement public des partis politiques: Stephen Harper voulait (2008) et veut (2011) abolir l'aide sachant très bien que cela va nuire au pluralisme des voix et que cela va pourrait porter flanc à une influence et un poids démesuré des lobbyistes et des groupes de pression ayant d'importants moyens financiers...
27 avril 2011 14:21


Le financement public ce n'est pas de l'aide, c'est du bien être social.

Primo… Des partis politiques qui encaissent des milliers et des millions en revenus privés de leurs supporteurs, ne devraient pas avoir droit à du bes public. C'est un gaspillage éhonté des impôts.

Second... Les gens qui composent les lobbyistes et les groupes de pression ont le droit de vote et d'expression comme tous les électeurs. Pourquoi les castrer eux parce qu'ils s'expriment par le financement, en plus de la parole.

Le plus bel exemple que le financement public des partis politiques est devenu une extorsion, dangereux pour la démocratie, puisqu'il annule le droit de l'électeur de choisir quel parti il veut soutenir ou appuyer, c'est à Québec.

Les revenus privés des partis politiques pour l'an 2009
PLQ – 8 055 396 $
PQ – 4 919 792 $
ADQ – 628 078 $
QS – 366 970 $

Les paiements bes du DGEQ pour l'an 2009
PLQ – 1 738 233 $
PQ - 509 976 $
ADQ - 377 735 $
QS - 113 113 $

Un parti millionnaire, PLQ, encaisse du public 1,7 millions de nos impôts, malgré ses revenus privés de 8 millions. Un parti millionnaire, PQ, encaisse du public 510 milles de nos impôts, malgré ses revenus privés de 4,9 millions.

Le problème plus grave du financement public, c'est qu'il est sous le contrôle des politiciens, qui peuvent à leur guise changer les règles à leur avantage fiscal, sans consulter ou avoir l'approbation du public électeur. La bete se nourrit elle même.

Tout de même, à Ottawa, on n'extorque pas une contribution des électeurs qui n'ont pas votés pour un parti. Tandis qu'à Québec si, ils sont extorqués.
CH

Anonyme a dit…

Que l’électorat québécois s’apprête à voter pour le plus nobody des partis politiques(le N.P.D. est le moins connu de tous les partis politiques fédéraux ou provinciaux) montre assez son humeur.

Pour une première fois depuis 50 ans, Nous allons voter avec nos pieds. Faut-y qu’on soit écoeurés…

Cette élection va accélérer la réflexion de Jean Charest…

Anonyme a dit…

Je ne peux pas croire que les gens qui chialent dès que l'essence augmente vont voter pour le NPD qui avec sa bourse de carbone s'apprête à augmenter de 15¢ le litre d'essence du jour au lendemain. Je peux pas croire que mes taxes, déjà exorbitantes vont être augmenter de façon substantielle pour mettre en place tous ces programmes, subventions et autre interventionnisme pour complaire aux parasites de la société. Taxer les compagnies, elles vont fuir ! = augmentation du chômage = augmentation du BS = la faillite ! Ouvrez les yeux ! Regardez l'expérience de Bob Ray en Ontario; Quelle débâcle !!!

Gilles Laplante a dit…

Ce n'est pas la première fois que le Québec vote avec ses pieds. Souvenez-vous de la période créditiste.

Anonyme a dit…

Vous avez raison Gilles Laplante.La pire chose qui pourra arriver au Bloc,ce sera de détenir la balance du pouvoir au profit des conservateurs.Se souvenir de Fabien...