lundi 20 septembre 2010

CRÉER DE LA RICHESSE

Une envolée oratoire sur le thème de la création de richesse, ça fait partie depuis belle lurette de la rhétorique de base de la classe politique. Chez nous, au Québec, de l’intendant Jean Talon à Mme Nathalie Normandeau en passant par Alexandre Tachereau, Maurice Duplessis, Jean Lesage et Robert Bourassa, c’est un thème récurrent du discours politique. Mais alors qu’autrefois, on s’efforçait de passer de la parole aux actes, on se limite de nos jours à des déclamations sans lendemain de «péteux de broue».

On l’a bien vu récemment avec la chef du PQ, Pauline Marois. Elle avait d’abord promis de placer au cœur du programme de son parti la création de richesse, virage nécessaire pour retrouver la prospérité et regarnir les coffres de l’État. Mais ces belles intentions se révélèrent vite n’être que de la jactance velléitaire. C’est ainsi que sur la question de l’exploration et de l’exploitation gazières et pétrolières dans le golfe St-Laurent, on ne l’entendit jamais réclamer la levée du moratoire ni exiger la signature d’un accord avec le fédéral sur l’émission des permis et le partage des redevances. Silence radio! Quant au dossier des gaz de schiste dans les basses terres du St-Laurent, elle s’est empressée de s’acoquiner avec les curetons écolos pour exiger un moratoire à la fois sur l’exploration et sur l’exploitation de cette ressource. Il n’y a rien de bien surprenant dans cette position quand on la voit apparaître avec à ses côtés l’ancien chef du parti Vert et une militante verdoyante de longue date, devenus tous deux des députés du PQ qui ne sont vraiment pas, c’est le moins qu’on puisse dire, obsédés par le développement économique. Alors, le recentrage du PQ vers la création de richesse, oubliez ça! Avec une pareille garde rapprochée, soyez certain que le PQ va demeurer un parti vert de bon aloi.

En sera-t-il de même avec le gouvernement actuel? Pour le moment, dans le dossier des gaz de schiste, Mme Normandeau semble vouloir garder le cap vers la nécessaire et salutaire création de richesse. Elle présente la naissance et le développement de cette nouvelle filière énergétique comme un bon moyen non seulement de générer des investissements et de créer des emplois mais aussi de s’attaquer à l’endettement massif du Québec en augmentant les revenus de l’État. Va-t-elle résister aux assauts des divers escadrons écolos qui réclament à grands cris un moratoire sur toutes les actions visant à explorer et exploiter cette richesse naturelle?

Et comme toujours dans ces cas-là, les médias relaient en l’amplifiant le prêchi-prêcha des verts sur les prétendus menaces que fait peser sur l’environnement l’exploitation des gaz de schiste. Faire peur au monde pour stopper tout développement est le plus vieux stratagème utilisé par les chamans écolos.

Et ça marche! Les Québécois sont sans doute le peuple occidental qui subit le plus, sans la moindre contrepartie, le mitraillage incessant de la propagande de peur des prédicateurs verts. Un grand chaman comme Steeve Guilbault, par exemple, peut dire n’importe quoi sur toutes les tribunes médiatiques (qu’on lui offre avec complaisance) sans que personne, au sein de la classe politique et parmi les faiseurs d’opinions, n’ose lui rabattre le caquet. Il pérore dans tous les médias, il assène au Bon Peuple des inepties et des clichés insipides, et nul n’a le courage de lui répliquer.

Reconnaissons toutefois —c’est déjà inusité —que, dans le dossier des gaz de schiste, la ministre n’est pas restée muette. Il faudrait maintenant qu’elle ait le courage (s’il lui en reste) de mettre fin au stupide moratoire qui empêche l’exploration et l’exploitation du gaz et du pétrole dans le golfe St-Laurent et qu’elle conclut au plus sacrant un protocole d’entente avec le fédéral sur les permis et les redevances. Je ne le répéterai jamais assez, il y a sous les eaux du golfe, des richesses considérables dont la mise en valeur pourrait nous permettre, à l’instar de Terre-Neuve, de nous libérer de l’assistanat fédéral (le régime de péréquation, le B.S. des provinces). Si elle fait cela, je vais la saluer bien bas et la congratuler.

Et puisque j’évoque Terre-Neuve, sachez qu’elle a déjà autorisé des forages dans la partie du site à haut potentiel dénommé Old Harry qui se trouve dans son territoire maritime. Le Québec, lui, est toujours paralysé par un moratoire décrété par le gouvernement libéral.

Et, malgré toutes les prédictions et les prophéties d’horreurs et de dégâts provoqués par l’exploitation des gaz de schiste, il est parfaitement possible de mettre en valeur cette richesse sans contaminer la nappe phréatique. Et il est possible aussi de faire en sorte de traiter adéquatement les eaux ayant servi au pompage du gaz. La catastrophe n’existe que dans les cauchemars enfantés par les chamans écolos.

Ces derniers claironnent partout qu’ils sont pour le développement à condition qu’il soit durable. En réalité, ce concept de «développement durable» est un attrape-nigaud. Car, dans les faits, chez les verdoyants de toutes obédiences, aucun projet de développement économique ne parvient à se voir accoler le label de «durabilité». Curieusement, le développement n’est jamais …durable. Ça n’existe pas! C’est comme la licorne ou le yéti, ce sont des chimères fricotées par des songe-creux.

La création de richesse, c’est la voie du salut économique pour les Québécois, comme pour tout peuple qui refuse le déclin et la dépendance. Surtout pas la croissance zéro et encore moins la décroissance. Il est affligeant de constater que la classe politique n’en fait qu’une figure de rhétorique et une matière à harangue.

Jacques Brassard



RÉPONSE

Vous le savez, je n’ai pas l’habitude de répondre à vos commentaires. Mais certains parmi vous ont laissé entendre par de petites «phrases assassines» que si, aujourd’hui je fais le matamore devant les verts, lorsque j’étais ministre, je courbais piteusement l’échine devant eux. Je ne peux pas laisser sans réponse une pareille vacherie. Tout simplement parce que quand j’étais ministre, j’ai eu, à plusieurs reprises, à confronter les brigades vertes. En voici quelques exemples.

I Après un horrible accident dans la côte des Éboulements (une quarantaine de victimes), le PM Bouchard et moi-même avons pris l’engagement de refaire la côte pour la rendre sécuritaire. Comme j’étais ministre des transports, j’avais le mandat de mener à bien ce projet avec diligence. Mais voilà que les écolos et les artistes se dressent contre le projet évoquant une terrible cicatrice en plein cœur d’une région reconnue comme patrimoine naturel par l’UNESCO. Ils exigeaient l’application intégrale de la procédure d’évaluation environnementale. Ce qui n’était pas nécessaire en vertu des règlements. J’ai refusé d’aller en ce sens. Ils sont allés devant les tribunaux (jusqu’en cour d’Appel). Ils ont perdu. Et la côte a été refaite.

II- Pour assurer la sécurité d’approvisionnement de plusieurs régions, Hydro-Québec, à la suite du Grand Verglas, a commencé rapidement la construction de la ligne de transport Hertel-Des Cantons. En ne suivant pas, il est vrai, compte tenu de l’urgence, toutes les dispositions de la procédure environnementale. Une «coalition» s’est alors formée pour arrêter les travaux et exiger le démantèlement de la partie construite. Comme j’étais alors ministre des ressources naturelles, j’ai donc affronté cette coalition verdoyante, soutenue par toutes les congrégations écolos. Dans ce dossier-là aussi, ils ont emprunté la voie des tribunaux. Jusqu’en Cour d’Appel. Cette dernière enjoignait le gouvernement de faire voter une loi spéciale pour régulariser les «manquements» réglementaires. Ce que j’ai fait, malgré les vociférations de la «coalition ». Et comme j’étais aussi leader du gouvernement, j’ai dû recourir à la suspension des règles pour faire adopter la loi.

III- Constatant que nous avions accordé trop de pouvoirs à la nouvelle Régie de l’Énergie, j’ai entrepris la modification de la loi. Avec l’appui, et je dirais même le mandat, du Premier Ministre. Le dépôt du projet de loi qui, entre autres objets, enlevait de la juridiction de la Régie la production d’électricité, a provoqué un ouragan de protestation dans toute la mouvance écolo. Manifestations, campagne de presse, lobbying intense, «chemises déchirées» sur la place publique, tout fut mis en œuvre pour me faire plier. Je n’ai pas bronché d’un poil. Et la loi fut adoptée …grâce encore une fois à la suspension des règles.

IV- Je pourrais également rappeler l’offensive que j’ai dû subir à la suite de la sortie du film de propagande mensongère du gourou abitibien Richard Desjardins sur la forêt. On réclamait à grands cris une commission d’enquête publique sur la forêt. J’ai toujours refusé parce que je savais que ça dégénérerait en un mauvais procès sur la gestion forestière du Québec… et ce n’était ni opportun ni mérité. La commission ne fut créée qu’après mon départ. Et ce fut effectivement un injuste procès.

Par conséquent, ne venez plus dire ou insinuer que je me suis couché, quand j’étais ministre, devant le clergé écolo. Je trouve cela offensant. Il faut dire que je pouvais compter sur le soutien sans réserve du Premier Ministre Bouchard. Je n’ai eu jamais à craindre, comme c’est souvent le cas, d’être désavoué où lâché par le chef du gouvernement. Admettons que ça crée des «conditions de combat» pour le moins favorables. J’ajoute cependant que je ne pouvais guère compter sur l’appui des instances du parti (Conseil National, Congrès, Comité d’environnement) qui, elles, ne cessaient de me mettre des bâtons dans les roues sous la forme de motions et de résolutions hostiles.

Jacques Brassard

32 commentaires:

Pierre L a dit…

Je suis bien d'accord avec vous pour le gaz de schiste mais présentement vous devez admettre que les représentants sont pour le moins incompétents. Les nominations politiques dans le domaine viennent nuire au processus.
Il y a une ou deux semaines les représentant étaient incapable de s'expliquer.
Pourtant ils doivent expliquer leur processus de forage et comment ils entendent protéger les nappes phréatiques.
Ils est aussi urgent de répliquer au film Gasland et au bordel qui a eu lieu en Pensylvanie.
Présentement les représentants de cette industrie "dorment au gaz" au Québec.

Beausoleil a dit…

La vraie création de richesse, c'est lorsqu'elle perdure pour les générations à venir. On ne devrait pas se permettre d'exploiter quelque ressource que ce soit si on ne peut garantir en toute bonne foi qu'on ne nuira pas au développement de ceux qui nous suivront. De toute manière, la fin justifie tôt ou tard les moyens. Lorsqu'une ressource viendra à manquer, les technologies appropriées seront développées afin d'exploiter sans conséquences néfastes pour l'avenir. Il faut juste éviter de sombrer dans l'égoïsme et accepter que se sera un génération future qui en profitera.

Simon Leduc a dit…

Monsieur Brassard, vous êtes un homme de valeurs et de convictions. Vous n'avez tenu tête aux écolos-fanatiques lorsque vous étiez ministre et c'est tout en votre horreur. Je vous félicite pour cela. Le 23 octobre, je vais être présent à la Conférence du RLQ à St-Foy. J'ai hâte de vous entendre lors de l'atelier sur le climato-specticisme. Cela va intéressant de vous écouter la-dessus.

Conservateur québécois a dit…

Les Québécois ont peur de l'entreprise privée. Pour eux, l'entreprise privée est le grand Satan... Notre vieux fond religieux s'est recyclé dans l'écologisme, l'anticapitalisme, le socialisme, le syndicalisme...Mais le modèle québécois est un vaste schéma de Ponzi, une économie Madoff, une économie pyramidale. Le gouvernement va venir qu'à manquer d'argent faute de contribuables (déclin démographique)et de créations de richesses. Le gaz de schiste doit être exploité On doit prendre les richesses où elles sont. Serions-nous assez stupides pour ne pas exploiter ces richesses ? Serions-nous assez stupides pour croire les journaleux de La Presse et de Radio-Canada et les délires des partis verts et "solidaire" ?Nous sommes dans une Grande Noirceur. Et cette dernière nous est imposée par les gauchistes de touts acabits.

Christian Rioux a dit…

Félicitation pour votre belle analyse de la main-mise des écolo-religieux sur notre société.

Ils ne sont pas au pouvoir, mais c'est tout comme. Il faut que les élus cessent d'écouter chaque petit groupe de pression, ils sont minoritaires.

Paul Racicot a dit…

Et si on trouve du gaz de schiste sous l'Hôtel de ville de Montréal, on creuse? ;-) Pour ou contre l'exploitation du gaz de schiste? La question ne se pose pas encore. Ou ne devrait pas encore se poser. La question qui doit être posée et à laquelle nous sommes en droit d'obtenir une réponse scientifique est : «Est-il économiquement rentable, socialement acceptable et environnementalement viable (et sécuritaire), d'exploiter le gaz de schiste?»

À l'évidence, la ministre Nathalie Normandeau n'en sait foutrement rien. Et ne veut pas le savoir. La population, elle, qui habite le territoire «claimé», qu'elle soit rouge, bleue ou verte, aimerait bien le savoir... avant que l'on vienne creuser dans ses jardins.

Gilles Laplante a dit…

Comme Beausoleil, beaucoup préfère laisser une dette durable aux générations futures qu'une économie en bonne santé. Laissons l'incurie nous amener au tier monde et les générations futures devront demander aux chinois d'avoir la gentillesse de venir développer leurs ressources.

Jean-Luc Proulx a dit…

Au Québec, nous sommes assis sur une montagne de richesses (hydro-électricité, uranium, gaz de schiste, pétrole de la Gaspésie, etc.) et nous sommes assez caves pour ne pas les développer et se sortir, ainsi, du BS de la péréquation!!!

On peut bien envier les richesses de l'Alberta qui, elle, a eu les couilles pour développer ses ressources naturelles, elle!!!

Terre-Neuve peut bien nous siphonner notre pétrole de la Gaspésie sous terre!!! On n'y touche même pas!!!

Sébas a dit…

Ouin, en attendant que le 'dossier' des gaz de schiste aboutisse... faisons au moins ceci:

"Il faudrait maintenant qu’elle ait le courage (s’il lui en reste) de mettre fin au stupide moratoire qui empêche l’exploration et l’exploitation du gaz et du pétrole dans le golfe St-Laurent et qu’elle conclut au plus sacrant un protocole d’entente avec le fédéral sur les permis et les redevances. Je ne le répéterai jamais assez, il y a sous les eaux du golfe, des richesses considérables dont la mise en valeur pourrait nous permettre"

Et que les redevances soient directement et à 100% appliquées sur la dette.

Et pour rassurer les Madelinots et ne pas répéter les erreurs du Golfe du Mexique, obligeons la pétrolière à construire un puits secondaire...

Vincent Gendron a dit…

Monsieur Brassard,
N'êtes-vous pas écoeuré de toujours répéter les mêmes vieux discours? On dirait que chaque fois que vous écrivez, c'est pour remâcher vos vielles rengaines contre les écolos, tel un vieux perroquet qui a appris une phrase.

Vous êtes une personne fondamentalement négative qui ne trouve ses arguments que dans l'insulte des "chamans" et "verdoyants". Vous les accusez de faire peur au peuple québecois. Ces termes, ne sont-ils pas des mots que vous utiliser pour faire peur?

Anonyme a dit…

La Norvège «a mis ses culottes», elle. Quoique l'on puisse discuter de la pertinence environnementale d'exploiter ses champs gaziers et pétroliers, situés en mer, on peut cependant lui lever notre chapeau concernant sa décision de nationaliser à 51% l'exploitation qui en est faite, non?

Anonyme a dit…

Les méfaits cachés de l’avortement : un évêque américain parle clair

http://www.chretiente.info/201009281700/les-mefaits-caches-de-lavortement-un-eveque-americain-parle-clair/

papajohn a dit…

dans ma jeunesse ,les bonnes soeurs quêtaient du fric soi disant pour acheter des petits chinois (où alait ce fric vu que la chine au complet est boudhiste et non chrétienne) mais voila que 40ans plus tard ce sont les petits chinois qui nous achetent et payé contant de surcroit

pierre chagnon a dit…

Meme si on parvient a contrer les ecolos, et que l'exploitation de ces gaz nous rend plus riche,
ou pensez-vous ira l'argent decoulant de ces exploitations ?/ dans d'autres projets sociaux universelles controles par une armee de fonctionnaires, nous avons besoin, au Quebec, d'iune reforme en profondeur, syndicats et organismes de pression de gauche doivent etre diminues en influence.

Pour une école libre a dit…

Idée de cadeau de Noël^H^H^H^H (Oups!) Fêtes de la Lumière pour Jacques Brassard :

Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/09/le-ciel-ne-va-pas-nous-tomber-sur-la.html

Michel Hébert a dit…

Croyez-vous à l'émergence d'un nouveau parti de centre-droite soutenu par Bouchard, Legault et Facal?

Anonyme a dit…

Québec : la gratuité de l'AMP fait exploser les demandes
http://www.genethique.org/revues/revues/2010/Octobre/20101004.2.asp

Anonyme a dit…

"Hiver démographique" et avenir de l'Europe

http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/actualites/hiver-demographique-et-avenir-de-l-europe-9604.html

Anonyme a dit…

Hiver démographique et discriminations antichrétiennes : il y a un lien !

http://www.famillechretienne.fr/agir/vie-de-l-eglise/hiver-demographique-et-discriminations-antichretiennes-ilya-un-lien_t11_s73_d58088.html

Gaétan Lepage a dit…

Si Jean Charest cite Jacques Brassard pour répondre aux question de l'opposition, nous ne pouvons que conclure qu'il en est à ses derniers milles. Et si Jacques Brassard appuie le nouveau mouvement de droite de Legault et Facal, on peut parler d'un parti mort-né, lequel ne pourra jamais être aussi à droite que notre ex-député péquiste.

Anonyme a dit…

Je vous écris de Rome…

http://www.chretiente.info/201010093700/je-vous-ecris-de-rome%E2%80%A6/

Anonyme a dit…

Le témoignage bouleversant d’une Américaine rescapée d’un avortement

http://www.chretiente.info/201010132741/le-temoignage-bouleversant-d%E2%80%99une-americaine-rescapee-d%E2%80%99un-avortement/

Anonyme a dit…

Conservateur québécois

La mentalité que vous dites des québécois a été fabriquée de toute pièce par les séparatistes qui ont faits suite à la religion catholique qui avait peur du communiste que Duplessis avait sorti comme peur dans ce temps là.
Tous les gouvernements font des peurs au peuple à un certain moment donné.

Fernand Cloutier
Val-d'or

Anonyme a dit…

Conrad Black: Court moderate Muslims, but treat the extremists for what they are

http://fullcomment.nationalpost.com/2010/10/16/conrad-black-court-moderate-muslims-but-treat-the-extremists-for-what-they-are/

Anonyme a dit…

Merkel says German multi-cultural society has failed

"We feel tied to Christian values. Those who don't accept them don't have a place here," said the chancellor.

http://news.yahoo.com/s/afp/germanymuslimreligionimmigration

Sébas a dit…

J'ai écrit ça (en attente de publication), sur le blogue: les analystes.ca


( ici: http://lesanalystes.wordpress.com/2010/10/18/le-rechauffisme/#comments )


***

"Ah, wow, excellent!
Rien à redire !

Reynald et Jacques = le 'dream team québécois' qui fait trembler les 'réchauffistes' !
;-)

Et -en passant- Jacques Brassard est un Catholique intelligent, et j'ose dire: "comme moi..."
;-)

Jacques devrait aussi -à un moment donné- parler de ça (et mettre les choses au clair, une 'foi' pour toute):

La FOI est une grâce et un don... pour TRANSFORMER NOS COEURS (ce qui n'affecte pas négativement notre QI, au contraire!), pas une démarche scientifique/matérialiste.

Pour un non-croyant, la seule attitude vraiment "rationnelle" et non arrogante vis-à-vis de cette question (et des croyants), c'est l'agnosticisme (i.e. ne pas prétendre savoir que Dieu existe -ou pas). Par exemple, David Gagnon ( www.Antagoniste.net ), a cette attitude."

Sébas a dit…

@ Fernand Cloutier qui écrit:

"La mentalité que vous dites des québécois a été fabriquée de toute pièce par les séparatistes qui ont faits suite à la religion catholique qui avait peur du communiste que Duplessis avait sorti comme peur dans ce temps là."

Le pire dans tout ça?

Duplessis avait raison.

Le Québec n'avait pas une cenne de dette à la fin du règne de Duplessis, ce qui a permis aux "communistes", aux socialistes et étatistes des années 60-70-80-90-2000-10, de mettre le Québec dans le trou de 220 000 000 000 $ et de nous réglementer à mort.

Anonyme a dit…

L’Eglise catholique s’inquiète de « l’hiver démographique » de l’Europe

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2443108&rubId=55350

Monseigneur Turcotte et le petit monde

http://www.vigile.net/Monseigneur-Turcotte-et-le-petit

Anonyme a dit…

Politique de l'enfant unique: une Chinoise avortée de force

http://www.cyberpresse.ca/international/asie-oceanie/201010/21/01-4334737-politique-de-lenfant-unique-une-chinoise-avortee-de-force.php

Gaétan Lepage a dit…

Dans votre réponse à ceux qui vous accusaient de vous être couché devant les écolos, je suis d'accord avec vous pour dire que c'est exagéré. Par contre, vos raisons d'aller de l'avant n'étaient pas toujours transparentes. La preuve par quatre en est faite ce matin alors qu'on construit une ligne haute tension entre La Doré et Montréal afin de sécuriser Montréal en cas de bris majeur. Mais vous aviez justement justifié Hertel des Cantons pour cette même raison alors que la population touchée (on ne parle pas d'écolos ici)vous soupçonnait de le faire pour une toute autre raison: l'exportation d'électricité aux États-Unis.

Anonyme a dit…

Le premier événement du RLQ affiche complet, grâce à un «afflux imprévu de plus de 450 personnes». On y parlera d'environnement, de médias, d'économie et de nationalisme. Mais pas d'avortement ou de peine de mort. Les pro-vie et les autres groupes de conservateurs sociaux n'ont pas été invités. «Ça serait une diversion, explique Joanne Marcotte. On ne veut même pas se prononcer sur ces sujets-là, on ne s'y intéresse pas. On se fixe d'autres priorités.»

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/201010/23/01-4335506-reseau-liberte-quebec-pour-en-finir-avec-le-modele-quebecois.php

Encore l'autruche qui se met la tête dans le sable. Pourquoi? Rectitude politique - il faut se conformer - et autocensure? Probablement.

Luc Buteau a dit…

Ponte du GIEC : grâce à la politique climatique, nous redistribuons de facto la richesse planétaire

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/11/ponte-du-giec-grace-la-politique.html