vendredi 31 mai 2013

400 PARTIES PAR MILLION

(Chronique parue le 31 mai dans le Journal de Québec)

La kamarade Françoise David, grande prêtresse écolo-gauchiste, a récemment fait sonner les cloches d’alarme à l’Assemblée Nationale au sujet d’un évènement, selon elle, lourd de catastrophes : la concentration du CO2 dans l’atmosphère a franchi le cap de 400 particules par million.

Êtes-vous bien conscient de ce qui vous arrive, ô peuple de linottes étourdies? Le CO2, ce gaz inventé par Belzébuth pour détruire la planète, constitue désormais 0,04% de l’atmosphère! J’en frémis! Je vois déjà ma progéniture calcinée dans la fournaise climatique!

Et l’Assemblée Nationale unanime vous avertit de ne pas vous laisser baratiner par les enjôleurs climato-sceptiques qui vont vous susurrer à l’oreille que, tout compte fait, 0,04% de CO2 dans l’air, c’est quand même très peu et qu’il n’y a pas de quoi se construire des bunkers pour échapper à la friture planétaire. 0,04%? Plutôt insignifiant, non? Et puis, ça va être bénéfique pour les récoltes et la croissance des arbres.

Je me le demande, pourquoi cauchemarder sur un réchauffement climatique…qui s’est arrêté? Car je le répète à tous les zombies du climat, le réchauffement s’est arrêté. Il stagne depuis 16 ans. Même les apparatchiks du GIEC ont fini par le reconnaître. C’est donc désormais un fait scientifiquement constaté : le réchauffement fait du surplace. Et la température globale commencerait même à fléchir. Beaucoup de scientifiques nous annoncent une période froide pour cause de ralentissement cyclique majeur de l’activité solaire.

Concrètement, cela signifie que 16 ans sans réchauffement nous révèlent une contradiction entre l’observation et la prédiction. Pour le dire sans détour, les modèles informatiques qui nous mijotaient des scénarios suffocants (3, 4, 5, 6 degrés) sont faux. Pas plus fiables que la rubrique astrologique de votre quotidien.

Oui, mais, rétorquent les escrologistes, le CO2 qui a atteint désormais 400 parties par million (0,04%) va de nouveau provoquer le réchauffement. Ah! Oui! Et si, plutôt, le CO2, comme le pensent de plus en plus de savants, n’était tout simplement pas le facteur décisif dans la gouverne du climat? S’il était vraiment déterminant dans l’évolution du climat, le réchauffement ne se serait pas arrêté pendant plus de 15 ans.

Le scepticisme est d’autant plus de mise que les autres éléments invoqués pour décrire les catastrophes découlant du réchauffement ne sont pas non plus au rendez-vous.

C’est ainsi que la hausse terrifiante du niveau des océans n’est pas apparue.

La fonte de la banquise arctique ne se produit pas non plus. La banquise est toujours là.

Quant à celle de l’Antarctique, elle n’a jamais été menacée de disparaître. Au contraire, sa superficie augmente.

Bref, le réchauffement est en panne et le dogme réchauffiste, lui, s’effrite. Et ce n’est pas le Devoir qui va en faire une manchette.

Chez nous, cependant, le réchauffement climatique est toujours la cause unique de ce qui arrive : d’une chute de neige fin mai dans la réserve des Laurentides (voir le Journal de Québec du 27 mai); d’un hiver glacial en Europe; de tempêtes de neige au Colorado; de la prolifération des puces de lit et des coquerelles à Montréal!

Pourquoi cette étrange défectuosité mentale nous affecte-t-elle aussi massivement? Parce que des scientifiques défendent bec et ongles leur carrière toute entière fondée sur le réchauffisme; parce que l’État et la classe politique siphonnent  les contribuables pour combattre le réchauffement; parce que le clergé écolo s’en sert pour saper l’économie capitaliste.

Tout ce tohu-bohu pour un misérable «400 parties par million»! Quelle loufoquerie!

Jacques Brassard

 

 

 

13 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est le Québec de demain et ça fait peur.
Pour Françoise David, de Québec solidaire, «le Dr Morgentaler a eu cette énorme qualité d'être capable de dire que les femmes sont des êtres libres et autonomes, capables de faire des choix par elles-mêmes». Elle a aussi évoqué «le courage de ses convictions» qui l'a conduit en prison et amené à «la désobéissance civile. [...] Il s'est tenu debout aux côtés de milliers de féministes».

Mme David a profité de l'occasion pour féliciter la première ministre pour son hommage. «Je ne suis pas certaine que beaucoup de premiers ministres et de premières ministres tiendront les propos qu'elle vient de tenir.»
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201305/30/01-4655973-pauline-marois-rend-hommage-a-henry-morgentaler.php

Anonyme a dit…

Et nous petit peuple, on accepte toujours que soit accordé des subventions à tous ces alarmistes aussi précis que la météo !

PPL a dit…

Peuple naif que ces Québécois. Trop paresseux pour lire sur le sujet, ils font confiance à Radio-Canada, à la CSN, à QS pour tout ce qui concerne le "réchauffement climatique". Actuellement, nous ne formons pas une nation, mais une tribu. Le propre de la tribu est de fonctionner à l'unanimité.Si Fraçoise le dit, ça doit être vrai pour le réchauffement...Ainsi pense le Québécois moyen.

Anonyme a dit…

bonjour
il y a des alarmistes qui exagèrent le réchauffement climatique et il y a des jovialistes qui croient qu'il n'y en a pas ou qu'il n'y en a plus. Pour ma part, je n'ai qu'à regarder autour de moi et à me rappeler notre climat d'antan pour me convaincre qu'il se passe des changements qui me dérangent. Sans paniquer, je ne crois pas que nier ou se moquer soit la meilleure option.
Philémon

Christian Rioux a dit…

Un article trouvé sur internet qui va dans le même sens:
http://www.naturalnews.com/040588_carbon_dioxide_environmentalists_Al_Gore.html

Anonyme a dit…

J'espères que vous avez raison, car votre progéniture pourrait bien vous maudire pour des décénies dans le cas contraire. Il est vrai que les scientifiques de la NASA et du MIT sont des gauchistes finis qui ont l'habitudes de dire n'importe quoi. Il est vrai aussi que seulement 0,04 % des scientifiques approuve la thèse climatoseptique, mais ils doivent tous être au dessus de la moyenne. Enfin, dites-moi, si je mettait 0,04 5 de mort aux rats dans vos verres d'eau, serait-ce aussi négligeable.

Christian Rioux a dit…

Le CO2 varie selon les régions et les saisons aussi. Je parierais gros que cet été le taux de CO2 mesuré a Hawaï sera bien en dessous de 400ppm...

Dans l'ancien temps les gens disaient que les varaitions climatiques étaient une intervention divine causé par les péchés des hommes. Aujourd'hui ont dit que c'est la Gaea qui se venge à cause des péchés des hommes. On a juste changé de religion.

Anonyme a dit…

Bon Dieu!!!!
Arretons tous de respirer car en expirant c'est du co2 qui sort de nous.

Paul Jones a dit…

"un misérable «400 parties par millions»!" , vous dites, en tentant de faire croire que la faible concentration d'un produit en fait quelque chose de négligeable...

Sachez que dans certaines de chambres à gaz Nazie, le produit utilisé pour la "solution finale" était du cyanure d'hydrogène ... lequel est mortel à "300 parties par millions".

Garder le silence est toujours préférable à dire des âneries.

Jacques Brassard a dit…

J'ai publié deux commentaires qui, tous deux,sont écrits par des cons prétentieux qui s'imaginent me discréditer et me ridiculiser en mettant sur le même pied le CO2, gaz nullement toxique, et la mort au rat et le cyanure.
Et ils se considèrent comme éminemment scientifiques.
Voilà de beaux échantillons des niaiseries que je «flush» habituellement. Et encore! C'est sans compter les commentaires dégoulinant de haine.
Jacques Brassard

Judith Dufour a dit…

Moi je dis: éradiquons la race humaine dans son entier et pour ce faire, continuons notre travail de sape de l'environnement. Solution simple, non? S'il n'y a plus de méchants humains sur Terre, plus d'inquiétudes pour sa perrenité?

Ils sont bien prétentieux et présomptueux ces panicologues/peurologues... penser que la très petite et très passagère race humaine peut à elle seule détruire une planète? Que la très minuscule et éphémère race humaine est à elle seule capable de sauver une planète?

Christian Rioux a dit…

@Paul Jones: Celui qui dit des âneries ici, c'est toi.
Le CO2 est un gaz nécessaire à la vie sur terre, tout autant sinon plus que l'oxygène. Ce n'est pas un poison ni un polluant.

Pas de CO2, ou même un niveau trop bas de CO2 (il est déjà à un des taux les plus bas de toute l'histoire de la vie sur terre) et il n'y a plus de photosynthèse, et donc plus de vie sur terre.

En fait, le taux est tellement bas que depuis plusieurs millions d'années, les plantes sont en mode "survie". Le taux de CO2 idéal pour les plantes est de 1500ppm, soit la moyenne "normale" des derniers 600 millions d'années. Pour l'humain, même a 3000ppm, ça ne fait pas de différence. en fait il est très courant d'avoir plus de 3000ppm dans les maisons et les bureaux, sans aucun effet sur la santé.

Anonyme a dit…

les âneries de C. Rioux devraient être filtrées. Il suffit de lire son blogue pour se rendre compte que sa religion est la scientologie... c'est-à dire prendre des observations scientifiques mais les interpréter sous un angle pseudo scientifiques.

La civilisation humaine s'est développée avec un taux de CO2 entre 200 et 300 ppm. Ce taux est assez stable depuis 10 000 ans sauf depuis 100 ans ou il a augmenté a 400 ppm.