vendredi 14 décembre 2012

UNE AUTRE GRAND-MESSE INABOUTIE

(Chronique parue le 14 décembre dans le Journal de Québec)

À chaque année, le gratin climato-alarmiste se rassemble dans des hôtels 5 étoiles climatisés pour se livrer à des séances intensives de parlote sur le péché capital et mortel de l’Humanité, soit ses émissions malfaisantes de CO2.

Mais depuis la grand-messe de Copenhague qui s’est achevée en foire d’empoigne, toutes ces liturgies planétaires  finissent en veillées funèbres. Mais comme on n’ose pas cependant procéder à l’enterrement du Protocole de Kyoto, on le maintient dans le coma artificiel. Mais au fond, entre nous, il est bel et bien mort.

Cette fois-ci, c’est à Doha, au Qatar, qu’on évite encore le constat de décès par une entente de dernière minute qui maintient sous respiration artificiel l’accord de Kyoto…jusqu’en 2020. Mais cet accord n’engage que  certains pays, dont l’Union européenne, fascinée par le suicide économique. Ces pays ne représentent que 15% des émissions de CO2 dans le monde. Le Canada, les États-Unis, les pays émergents, dont la Chine et l’Inde, et les pays pauvres ne sont pas liés par cette entente.

Ceci étant dit, il ne faut pas s’attrister de l’inévitable mise au tombeau du traité de Kyoto puisqu’aucun pays signataire n’a atteint ses objectifs de réduction des émissions de CO2.

Et pour cause. Il aurait fallu pour ce faire stopper la croissance économique et même s’engager dans la décroissance. Encore une fois, mise à part l’Union européenne qui a le goût morbide du déclin, peu de pays croient salutaire de sombrer dans le masochisme économique.

Au contraire, de plus en plus d’États se rendent compte aujourd’hui que les sacrifices imposés par Kyoto sont  inutiles. D’abord, parce que la thèse de la fin prochaine de l’ère des hydrocarbures est désormais invalidée. «L’exploration de territoires inconnus, écrit Claude Allègre dans le Point, le développement de l’offshore, mais surtout la découverte d’hydrocarbures non conventionnels nous conduisent aujourd’hui à penser que, même en tenant compte de la forte croissance des pays émergents, les réserves d’hydrocarbures  sont plutôt de l’ordre du siècle ou peut-être même de deux siècles. La prétendue transition énergétique n’est donc pas pour maintenant!»

Ça tombe bien, car les filières énergétiques dites renouvelables se sont avérées justement inaptes à assurer cette transition. L’éolien, par exemple, trop coûteux et peu efficace, ne peut manifestement pas remplir le rôle majeur que les écolos lui destinent.

Ensuite, et je le répète, les fondements scientifiques de Kyoto se sont désagrégés au fil des ans. Et, tout particulièrement, la croyance en un réchauffement provoqué par les émissions de CO2 d’origine humaine. Si cette thèse ne s’avère plus valide, des traités comme celui de Kyoto sont nuls et non avenus et les Grands Messes climatiques ne sont plus que des jacasseries planétaires, pompeuses et futiles.

Quand donc la science du climat va-t-elle s’affranchir d’un néfaste état de dépendance à l’égard de l’idéologie écolo-réchauffiste?  Lorsqu’on lit Claude Villeneuve, le Maître à penser de l’Université de Chicoutimi, ce n’est pas pour demain.

Récemment, il se désespérait du fait que le taux de CO2 atteigne bientôt 400 parties par million, soit 0,04% de l’atmosphère. Mais il ignorait pourtant le fait majeur de l’arrêt du réchauffement mondial depuis 16 ans. Étonnant tout de même! Et il continue de prendre pour argent comptant les prévisions des modèles climatiques dont les lacunes et les insuffisances sont pourtant connues.

Le réchauffisme est mort, mais il survit encore  dans des carrières  qu’il a inspirées.

Jacques Brassard

12 commentaires:

Conservateur québécois a dit…

Le réchauffisme est une religion. Une religion payante ! Voir les salaires que se donnent les hauts dirigeants de la Fondation Susuki !!!! Cessons de croire ces anarqueurs que sont les écolos-marxistes !

André Chevalier a dit…

Voici ce que je viens de lire dans Cyberpresse (média ultra-gauchiste-anti- progrès-économique, sans doute, selon vos critères): «Climat: l'impact humain maintenant sûr à 99%»

http://www.lapresse.ca/environnement/climat/201212/14/01-4603947-climat-limpact-humain-maintenant-sur-a-99.php

Monsieur Brassard,j'imagine que les 800 écolo-réchauffistes qui ont cautionné ce rapport n'ont pas pris la peine de vous contacter pour bénéficier de vos lumières.

Vous dites que la terre a cessé de se réchauffer depuis 16 ans. Il faudrait alors dire aux Inuits qu'ils s'énervent pour rien lorsque leur maison s'enfonce dans le sol à cause du dégel, ainsi que les habitants de la côte du golfe Saint-Laurent qui subissent l'érosion à cause de l'élévation du niveau de la mer reliée au réchauffement de l'eau et de la fonte des glaciers ainsi que par les vagues qui ne sont plus amorties par le couvert de glace en hiver.

André Chevalier

Anonyme a dit…

M.Brassard, vous dite que les fondements scientifiques de Kyoto se sont désagrégés au fil des ans. Et, tout particulièrement, la croyance en un réchauffement provoqué par les émissions de CO2 d’origine humaine.

Mais comment une croyance peut-elle avoir des fondements scientifiques ? Qu'est-ce que la croyance vient faire dans ce débat. En science on observe et on cherche les causes. Pourquoi chercherait-on les causes d'une croyance ?

Ensuite vous semblez dire que c'est une bonne chose de ne pas agir car : "Il aurait fallu pour ce faire stopper la croissance économique". Là je ne comprends pas trop. Serait-ce à dire que la croissance est plus importante que tout, même au prix d'un risque de catastrophe environnementale ?

Vous dites aussi que la diminution des émissions de gaz à effet de serre est maintenant devenue inutile et que "les sacrifices imposés par Kyoto sont inutiles" car "la thèse de la fin prochaine de l’ère des hydrocarbures est désormais invalidée". Serait-ce que l'objectif de diminution de l'émission de CO2 n'était motivé que par le risque de manque d'hydrocarbure ? Encore là je ne vois pas trop le sens de vos propos.

En outre, vous affirmez comme étant une vérité scientifique incontestée : "le fait majeur de l’arrêt du réchauffement mondial depuis 16 ans". Alors pourquoi observe-t-on la fonte des glaciers et autres phénomènes associés à un réchauffement du climat ? Et si ce fait est vraiment un fait scientifique incontesté alors pourquoi cela n'est pas admis par l'ensemble de la communauté scientifique ? Et, s'il-vous-plaît ne venait pas dire qu'il s'agit d'un complot gauchiste, ça n'a strictement aucun sens.

Mais comme vous n'êtes pas un scientifique alors je me dis : et si vous aviez tort ? C'est possible non ? Et autre question, pourquoi cette position à propos de la négation d'un réchauffement du climat par l'activité humaine provient-elle stictement de la droite et de ceux qui défendent la croissance économique et donc par voie de conséquence le profit et l'accumulation de la richesse par les multinationales ? On ne peut le nier n'est-ce pas ?

Signé : un vilain gauchiste

Christian Rioux a dit…

Ceux qui se donnent la peine d'y regarder, et non pas de gober tout cru les mensonges relayés par les médias voient qu'il n'y a rien de scientifique dans l'arnaque réchauffiste. C'est le la politique et de L'idéologie.

Christian Rioux a dit…

Il n'Y a aucun réchauffement depuis 1998, même les prêtres de la religion verte l'avouent du bout des lèvres, mais n'en parlent pas trop en espérant que le réchauffement va reprendre et qu'ils vont pouvoir continuer de profiter des subventions vertes.

Mauvaise nouvelle pour eux, c'est pas le CO2 le responsable, mais bien les cycles solaires, et le Cycle 25 promet d'être très faible, donc refroidissement! Pendant ce temps le "supposé" responsable, soit le taux de CO2 augmente...

Christian Rioux a dit…

@Gauchiste anonyme:
Les glacea en arctique ont fondu, surtout en 2007, mais on repris une partie de la glace perdue depuis. Pendant ce temps en Antarctique, le couvert de glace n'a jamais été aussi grand. Ca bat tout les records...

BernardP a dit…

Encore en plein dans le mille, M. Brassard!

Si Doha a été un flop, c'est bien parce que les politiciens ont compris qu'ils ont été bernés. C'est le scandale du Climategate qui les a réveillés. À partir de maintenant, les chefs d'état vont faire sembalnt de se préoccuper des questions de climat, mais pour la galerie seulement.

Sauf bien sûr ici au Québec, alors que libéraux et péquistes rivalisent entre eux de verdure, pour une population mal informée.

Parce qu'au Québec, dans notre société trop repliée sur elle-même et trop unilingue, il est tellement plus facile de maintenir nos croyances. Car c'est bien de celà qu'il s'agit: La croyance au réchauffement climatique est d'abord une question de foi et d'idéologie.

Il faut rechercher activement les opinions divergentes pour les trouver. Voici quelques sites pour les personnes à l'esprit ouvert:

http://www.pensee-unique.fr/

http://www.skyfall.fr/

En anglais:

http://wattsupwiththat.com/

http://joannenova.com.au/

Et deux documentaires:

(après une pub de 15 secondes, un documemntaire difffusé à la télé britannique il y a quelques années)

http://tinyurl.com/3os8kxs

Un autre plus récent réalisé aux États-Unis

http://www.theboywhocriedwarming.com/watch-now.php

Régis Couture a dit…

Wouahhhhhh!!!
Le FGIEC a dit que ...
Ouf!
Vive le réchauffisme!
Et le vilain CO2 ... un polluant j'imagine. Comme l'oxygène.
O8.

Anonyme a dit…

Les Christian Rioux et autres croyants de la religion de la croissance économique divine : ce que vous pratiquez dans vos églises du profit à tout prix s'appelle de l'ignorance intentionnelle.

Si la fonte des glaciers a cessé c'est qu'elle a débuté à un moment donné. Qu'est-ce qui c'est passé ? Le soleil a changé d'avis ?

J'aimerais bien savoir, car étant un méchant gauchiste je suis par définition idiot et stupide.

duberger a dit…

à ceux qui se disent "méchants ou vilains gauchistes" - vous n'êtes pas méchants ni vilains mais vous avez amené le débat sur l'évolution du climat vers l'idéologie ou la religion, plutôt que le garder sur le terrain essentiel sur lequel il doit demeurer, celui de la science. Je vous signale que le retrait des glacier alpins et la fonte LOCALE de quelques zones de permafrost ne sont aucunement des preuves ni même des indices d'un quelconque réchauffement anthropique. EDt il n'y a aucune accélération dans l'augmentation du niveau des mers. J'ai marché sur le glacier FOX en Nouvelle Zélande il y a deux ans et il termine sa course maintenant dans une forêt tropical car il aavnce de 1,0 à 1,5 mêtres PAR JOUR !en harmonie avec la croissance actuelle de la calotte glaciaire antarctique. Je viens d'écrire un billet qui relate des résultats troublants pour les "vilains et méchants" climato-alarmistes. http://duberger.wordpress.com/2012/12/25/quest-ce-quun-climatologue/

R.Fillion a dit…

Je ne comprends pas cette hargne et l’indignation contre ceux et celles qui n’adhèrent pas à la thèse du réchauffement , l’hystérie l’emporte sur le bon sens et la réflexion . N’ayant jamais abordé la question du réchauffement climatique je me souviens cependant de mes cours de physique et de chimie et rien ne semble indiquer une corrélation positive entre le réchauffement(si réchauffement il y a ) et le CO2 , cependant si je vais à l’extérieur et que je regarde cette immense boule de feu qui se nomme le soleil …………. Je pense que nous sommes près de la réponse .

R.Fillion

Anonyme a dit…

André S.
Sur Facebook , Broilleur d'onde publie ceci :




Brouilleur d'ondes


Encore des mauvaises nouvelles pour les réchauffistes aveugles qui abandonnent l'esprit critique: "Une nouvelle étude nous apprend" ... héhé... ...que le couvert de neige sur l'hémisphère Nord en décembre 2012 avait une superficie inégalée ces 46 derniers hivers... FAITS vs CROYANCES.
Étude faite par :Rutgers University Climate Lab :: Global Snow Lab
climate.rutgers.edu
Rutgers .
André Simard