dimanche 16 septembre 2012

L'INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ DE LA VICTOIRE


                               

Il y aura donc un gouvernement minoritaire du Parti Québécois. Avec moins du tiers des suffrages exprimés et un écart de moins de 1% avec le PLQ, sa légitimité sera fort modeste et sa marge de manœuvre très mince. Voilà une victoire qui n’a rien d’un triomphe, c’est le moins qu’on puisse dire.

Chroniqueurs, blogueurs, experts vrais ou prétendus, éditorialistes ont tellement glosé sur cette élection qu’il n’y a plus grand-chose à rajouter. Glosons malgré tout!

Je vous dirai d’abord que, contrairement aux journalistes qui l’ont trouvée passionnante (sans doute parce que la lutte était serrée), moi, j’ai trouvé cette campagne électorale déprimante.

Car, voyez-vous, les partis politiques québécois (notez que c’est partout pareil)  ont tous mené le jeu électoral avec le même vieux logiciel datant de la Révolution tranquille. Il s’agit d’empiler des engagements ayant pour but, soit «d’enrichir» un programme étatique existant, soit d’en créer d’autres. L’opération se soldant il va sans dire par des augmentations de dépenses. Financées comment? Par la dette? Elle a depuis longtemps dépassé les limites du raisonnable. Par l’impôt? Sacrebleu! Nous sommes les plus taxés en Amérique du Nord!  Il y a là une sorte d’effet pervers du jeu démocratique : il semble que ce soit inconvenant de solliciter le vote des électeurs sans leur promettre de dépenser plus, toujours plus!

De sorte que quand je voyais les partis politiques prendre l’engagement de multiples façons de poursuivre le gavage de l’État-Providence pour qu’il devienne encore plus obèse, leur taux de crédibilité s’affaissait sous mes yeux  et je décrochais, envahi par la déprime et la lassitude.

En fait, on pourrait changer de logiciel, mais pour ce faire, il faudrait une forte dose de courage politique. On est loin d’en être là!

En tous cas, ce n’est surement pas le cas du parti qui est appelé à former un gouvernement minoritaire. Il a plutôt opté pour la démagogie facile (gel des droits de scolarité et des tarifs de garderie, sur taxation des riches),  l’interventionnisme étatique (moratoire sur les gaz de schiste, création d’une banque de développement économique, pressurer les minières, nationaliser la filière éolienne)  et l’écologisme radical.

Bref, le PQ a décidé de se décaler fortement à gauche et, ainsi, de se rapprocher de Québec Solidaire qui, lui, est un parti résolument socialiste (pour ne pas dire franchement communiste).

Ce faisant, il a abandonné le centre, le centre droit et la droite du prisme politique au PLQ et à la CAQ. Voilà pourquoi il est minoritaire, avec moins du tiers des votes, ce qui constitue un des pires résultats de ce parti depuis 1976.

Et n’allons surtout pas croire que ce déportement vers la gauche est une erreur de parcours. Il est voulu et délibéré. Il résulte du fait que le PQ a cessé d’être une «coalition arc-en-ciel» depuis le départ de Lucien Bouchard. Mais si ce n’est pas une erreur de parcours, c’est assurément une erreur d’évaluation des courants politiques au Québec. C’était pourtant bien connu que la population du Québec n’adhérait pas majoritairement au système de valeurs et aux schémas de pensée de la gauche étatiste. Les résultats électoraux en sont la preuve.  La gauche (PQ et Québec Solidaire) n’a récolté que le tiers des voix seulement.

Avec le score qu’il a obtenu, le PQ n’a manifestement pas assumé sa tâche de rassembleur de l’électorat souverainiste. En fait, il l’a mis de côté.

À l’époque ou l’ADQ, après être devenue l’Opposition officielle, avait, à l’élection suivante, perdu subitement la confiance de la population, j’avais alors (avec d’autres dont Joseph Facal et Mathieu Bock-côté) pressé le PQ à se recentrer  et à se rapprocher de ces centaines de milliers d’électeurs dépités.

On le sait, il ne l’a pas fait. Il n’a pas voulu mécontenter son aile gauche et il a fait les yeux doux à Québec Solidaire. Dès ce moment-là, les jeux étaient faits!

Et nous voilà avec un PQ minoritaire, plombé par un programme écolo-gauchiste dont la nature populiste a déplu aux deux tiers de l’électorat. Félicitations pour votre beau programme!

La suite sera navrante! Mme Marois ne pourra pas mettre en œuvre son programme de gauche et ses promesses irresponsables. C’est, d’une certaine façon, une chance pour nous!

Les Français, eux, sont moins chanceux. Non seulement, ils ont élu l’Ahuri à l’Élysée, mais ils lui ont donné une majorité à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Le désastre est en cours!

Chez nous, la Première Ministre devra se résigner à des reculades et à des abandons douloureux. Ce qui ne sera pas mauvais pour nous, mais ça risque de la placer dans des postures pas très avantageuses et vulnérables devant son escadron écolo-gauchiste.

En fait, pour tout le monde, l’horizon est brouillé.

Jacques Brassard

9 commentaires:

Anonyme a dit…

BernardP écrit:

Je constate que vous avez eu la même réaction que moi devant l'empilade de promesses de dépenses additionnelles.

Même si ceci était prévisible de la part du PLQ et du PQ, j'ai été particulièrement déçu que la CAQ y aille de la même recette.

Il n'y a aucun parti de centre ou de droite au québec. Même le PLQ est de centre gauche, ce qui ne l'empêche pas de se faire traiter de néo-libéral par tous les "progressistes".

Force est de conclure que nos gouvernements ne comprendront que le langage des agences de notation. Il n'y aura rien comme une couple de bonnes décotes pour ramener tous ces opportunistes à la réalité.

Anonyme a dit…

M. Brassard, pour quel parti avez vous voté ?

Je suis sûr que vous n'avez pas voté pour le Parti Québécois.

Amitiés au gens du Lac St-Jean !

Pierre Brassard

Anonyme a dit…

Nos politiciens, tous partis confondus, ressemblent de plus en plus aux politiciens grecs qui étaient incapables de freiner la croissance de l'état. En fin de compte, ce sont les créanciers qui ont mis fin au bar ouvert. Je crois que nous finirons comme les Grecs, incapables d'emprunter à des taux raisonnables, nous serons contraints de couper, et ce peu importe le parti au pouvoir.

Anonyme a dit…

J'adère à vos propos et ils m'aident à mieux comprendre la situation actuel et même notre démocratie au Quebec. Je rêve tout de même au parti qui aura les couilles de venir faire le ménage comme un bon gestionnaire ou un bon redresseur d'entreprise au bord de la faillite. Vous direz qu'il aime les films de fiction. Vous qui avez fait partie du PQ depuis ses débuts, nous sommes nous éloignés de la ligne du fondateur? Je crois que notre démocratie est malade et je me demande vraiment quel avenir nos générations laisserons à nos enfants et petits enfants. Ca me décourage!!! Notre modèle est comme un barrage qui à plein de brèche et qui cèdera lors du prochain grand coup d'eau.

merci pour ce beau texte M. Brassard

Luc P.

Conservateur québécois a dit…

Le gouvernement Marois sera un lamentable intermède dans l'histoire du Québec. Ce gouvernement gouvernera à gauche à marche forcée.Recette qui a menée l'Europe à sa perte.

Carol Néron a dit…

Bravo, Jacques! C'est toujours un plaisir de te lire et de constater que tu ne perds rien de ta capacité d'analyse.

Anonyme a dit…

Bonjour M. Brassard,

J’essaye de comprendre le parallèle entre le livre au titre semblable et votre texte.
Milan Kundera soutient avec finesse que la légèreté de certains comportements humains, bien qu’agréables, manque de sens, au point de devenir insoutenable et il transpose sa thèse aux sociétés occidentales.

Essayez-vous de souligner le manque de profondeur de l’action politique au Québec, pendant les campagnes électorales (et aussi référendaires) ?

Pensez-vous que le comportement de l’électeur est trop léger ? Mais, n’est-il pas souhaitable qu’il soit bourrable à souhait pour donner une emprise à “l’Information” et dire oui, lorsque le temps viendra, à n’importe quelle question ambigüe ?

Plus prosaïquement, pensez-vous que la candidate Marois avait le propos trop léger et se perdait dans ses contradictions d’une manière si navrante que le marionnettiste J-F Lisée n’ait pas d’autre choix que de l’escamoter pendant la dernière semaine de la campagne ?

Enfin, pour vous le PQ du passé avait des nuances autres que le gauchisme à outrance.
Dans les faits, depuis 1976, la redistribution de la richesse était toujours le mot d’ordre, l’on repoussait dans les faits l’économie réelle non-subventionnée (faisant ainsi le bonheur de Toronto), les syndicats étaient choyés par l’action directe et législative, le gouvernement était en bombance perpétuelle et on appuyait n’importe quel Flin-flan à la mode, dont la rhétorique verte.

Mais, je suis d’accord avec vous, l’électorat québécois est beaucoup plus réfléchi que le pensent les politiciens trivialistes, qui essaient de l’acheter à rabais.

Bien à vous,
Paul S.

Anonyme a dit…

Jean Dorion fait son coming out et flushe le PQ

http://www.vigile.net/Jean-Dorion-fait-son-coming-out-et

Anonyme a dit…

Shale on you.

Vous avez voté pour le PQ, vous êtes responsable de ce que ce gouvernement fait. Comme Facal et Bock-Côté.

Vous n'avez plus aucune crédibilité pour continuer à vous plaindre.