vendredi 18 mai 2012

PAUVRE FRANCE!

(Chronique parue le 18 Mai dans le Journal de Québec)
                                                     

D’entrée de jeu, il faut signaler que Nicolas Sarkozy, l’ami de Paul Desmarais, est le premier artisan de sa défaite aux présidentielles françaises.

D’abord, il n’a pas été en mesure de respecter ses engagements proclamés lors de la campagne de 2007. Il n’a pas osé toucher aux 35 heures, cette aberration économique concoctée au temps de Mitterrand par Martine Aubry. Il s’est contenté d’une timide réforme des retraites.

Il n’a pas non plus amélioré la sécurité dans les nombreuses «zones sensibles» des grandes villes (euphémisme pour désigner des zones de non-droit livrées aux imams islamistes et aux trafiquants). Enfin, il n’a pas réussi à freiner l’islamisation de la France, l’islam radical prévalant au détriment d’un islam modéré introuvable.

D’autre part, il s’est sans doute bien démené pour combattre la crise économique, mais à la façon d’Obama, c’est-à-dire en gonflant les dépenses publiques et en accroissant de façon pernicieuse le niveau d’endettement. Ajoutons que son flirt avec la gauche (des ministres issus du parti socialiste) a désenchanté sa base électorale.

C’est un fait difficilement contestable : la France n’est pas en très bonne santé. Comme le révélait Le Point (12 avril), «certains pays européens ont une grosse dette, d’autres, un gros déficit, la France a les deux…» : une dette publique de 90% du PIB et un déficit de 5,2% du PIB. Et la Cour des Comptes cible l’effet «boule de neige» qui pourrait «faire monter la dette à 100% du PIB dès 2015 et à 122% en 2020».

Quant aux dépenses publiques, elles atteignent 54% du PIB, un championnat européen. La balance du commerce extérieur  est en chute libre : un déficit de 70 milliard d’euros (l’Allemagne a un excédent de 160 milliards). La croissance est à toutes fins pratiques à zéro.

Face à ce déclin accéléré de la France, quelle est la feuille de route du nouveau Président, soutenu (et plombé) par les communistes et les écolos : des impôts et des taxes. Plus la création de 60,000 postes au sein de la plus lourde bureaucratie du continent européen. Les riches («Je hais les riches!», a-t-il déclaré) et les classes moyennes déjà lourdement taxées vont encore écoper.

«Comment peut-on, au XXIe siècle, écrivent une vingtaine d’économistes français, après des décennies et siècles de réflexion et d’expérience, croire à des recettes qui relèvent plus de la magie incantatoire que de la science? Comment croire qu’un État peut promouvoir la croissance par le seul fait qu’il dépense plus, sans se rendre compte qu’il prélève par l’impôt ou par l’emprunt les ressources nécessaires à ses gaspillages et à ses dépenses démagogiques?». La politique socialiste de M. Hollande, concluaient-ils, «ne pourra produire que la stagnation économique, un chômage accru, un endettement publique insupportable».

Et concernant les vives inquiétudes des Français en matière d’islamisation et de sécurité, elles ne seront certes pas apaisées par François Hollande. Qu’il suffise de signaler que plus de 90% des musulmans ont voté socialiste et que, lors du festival de la gauche, place de la Bastille, les drapeaux marocains, algériens, syriens, palestiniens étaient plus nombreux que les drapeaux tricolores. Mauvais présage!

En 1981, l’application du programme socialo-communiste de Mitterrand a plongé la France dans la débâcle économique. Il a fallu vite recourir à la rigueur et  aux privatisations. Mais à la différence de 1981, pour François Hollande, la banqueroute est déjà là. Dans l’antichambre de l’Élysée!

Jacques Brassard

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Une simple question de temps avant que les français réalisent qu'il n'y a plus ni gauche ni droite devant les grands événements de l'histoire.

Marine Le Pen est devenue incontournable.Elle deviendra irrésistible.

Anonyme a dit…

Incroyable qu`il y a encore du monde pour voter pour des idéaux communistes. Après tout ce que le communisme à causé en URSS : Pauvreté, pénurie, développement anémique, catastrophe écologique etc...

Ç`est à se demander ce qu`ils enseignent dans les écoles.
On le voit ici aussi au Québec avec les profs communistes-anarchistes qui pullulent dans les cegep et université. Un vrai désastre.

Et pour l`islamisation de la France. Ça va continuer avec Hollande. Un traître qui va accepter l`argent du moyen-orient en échange de plus d`islamisation pour payer sa social-médiocratie. Un imbécile qui va faire de la France un mélange d`Algérie et de Pakistan. Pauvres Français, vous détruisez votre pays en élisant des imbéciles de la sorte qui vous promettent la vie facile.

Le Général De Gaulle avait raison. Les politiciens d`aujourd`hui aveuglés par le politiquement correct en parleront certainement pas. Mais il avait raison et a raison sur toute la ligne :

« C'est très bien qu'il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu'elle a une vocation universelle. Mais à condition qu'ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu'on ne se raconte pas d'histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l'intégration, si tous les Arabes et les Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »

Général De Gaulle le 5 mars 1959

Pierre B a dit…

Très intéressant !!
Merci !

Anonyme a dit…

Y aurait-il une certaine ressemblance avec ce qui se passe dans notre petit Québec?

dumaclem a dit…

Bonjour Monsieur Brassard,
Votre article est très intéressant et instructif. J'espère que les " Cousins Français " vont survivre au régime " Hollande "

Guillaume a dit…

Je ne suis pas un grand fan de Hollande (de Sarkozy encore moins, justement à cause de son amitié presqu'incestueuse avec Paul Desmarais), mais du côté de l'islamisation, la France se porte bien mieux contre elle que bien des pays d'Europe, à commencer par l'Angleterre (mon pays d'adoption). Il y a pas plus de femmes portant le voile intégral ici qu'en France et la sharia est allègrement tolérée! Durant la ridicule crise d'hystérie des caricatures de Mahomet, alors que les politiciens anglais, de droite comme de gauche, défendaient du bout des lèvres la liberté d'expression pour ne pas froisser la minorité musulmane, tant François Hollande que Sarkozy avaient défendu avec force et sans ambiguité Charlie-Hebdo (et par la suite quand celui-ci a été incendié). Je ne dis pas qu'il n'y a pas danger, cela dit je trouve qu'en ce qui concerne la laicité, la France sait sans doute mieux se défendre que partout ailleurs en Occident.

Anonyme a dit…

Mais qu'est-ce qui cause cet aveuglement gauchiste de la presse écrite et parlée en France (tout comme au Québec, d'aileurs) ? Le silence des deux presses cousines pour décrire l'état périlleux des finances publiques des deux territoires est assourdissant ! Là-bas, on dénigre et on fait fuir la richesse qui est pourtant le meilleur outil de développement endogène et on n'a que de bons mots pour la gauche socialiste qui a pourtant amené l'Espagne et l'Italie au bord de ce gouffre déjà creusé par la Grèce. Ici, on ne cesse de prêter une oreille sympatique aux groupuscules d'extrême gauche qui représentent une toute petite minorité citoyenne et qui prônent un modèle soviétique que l'histoire a déjà enterré au cimetière des échecs retentissants.


Pauvres nous !

Anonyme a dit…

J'ose croire que nos politiciens Québecois a tendance gauchiste,auront la capacité de voir que la dite (Mère Patrie)n'a rien a léguer a la dite Nouvelle France. Peut-on espérer voir une formation politique qui serait vraiement au centre!!!et remettrait notre gouvernance dans le bon sens

RexTerras a dit…

Je ne pense pas qu'il reste aucun avenir pour le Québec. Personnellement, j'aime mieux acheter à Vancouver ... je sauve au moins 10%, juste les taxes, plus un autre 5% parce que les prix sont moins élevés. Et livraison gratuite (ou gratis
se pour nos étudiants qui ne connaissent pas les vrais mots du vocabulaire).

sylvainr a dit…

Point de vue fort intéressant et bien documenté.

Le mien, de point de vue, est celui-là : le Français moyen possède une inculture économique impressionnante ! De Marine à Hollande en passant par Sarko, l'économie semble être un jeu hyper dangereux que seul un élu et l'État peut contrer...

Je travaille tous les jours avec des Français brillants, très brillants même. Mais lorsque vient le temps d'aborder la politique, ils ont tous, systématiquement, vraiment systématiquement (on croirait voir des Québécois !) la même opinion apprise par coeur à 13 ans !

Curieusement, ils sont tous d'accord - il faut faire payer les sociétés. Et curieusement, ils sont tous d'accord pour dire que le gouvernement est leur meilleur garant.

Ils ne connaissent pas grand chose de l'économie, tout comme les Québécois.