samedi 23 février 2013

CAFOUILLAGE ÉNERGÉTIQUE


 (Chronique parue le 22 février dans le Journal de Québec)

La Ministre des Ressources Naturelles, Martine Ouellet, vient encore d’imposer sa vision énergétique en annulant six projets de mini-centrales hydroélectriques et en mettant au rancart le programme qui les avait fait naître.

C’était inévitable, nous dit-elle, surtout à partir du moment où Hydro-Québec  nous avise qu’elle a des surplus d’énergie. Mais ce n’est là qu’un prétexte pour liquider un programme qui a toujours suscité une vive résistance de la part de la mouvance verdoyante.

Je me souviens fort bien de l’opposition farouche des écolos qui s’était manifestée lorsque, à titre de Ministre des Ressources Naturelles, j’avais en quelque sorte ressuscité le programme des petites centrales (lancé sous Bourassa), tout en le modifiant. Et aussitôt que j’eus quitté la politique, le PM Bernard Landry, se trouvant à la veille d’élections générales, s’est empressé de «geler» le programme dans le but évident d’amadouer les verts.

Les Libéraux l’avaient ensuite remis en vigueur. Et voilà maintenant que la ministre Ouellet, qui vibre toujours à l’unisson du clergé écolo, l’abolit de nouveau.

Et si elle a toutefois maintenu la mini-centrale de Val-Jalbert, c’est exclusivement pour des motifs politiques. Elle ne pouvait se mettre à dos ses cinq collègues du Saguenay-Lac-St –Jean. Elle ne pouvait non plus désavouer les efforts communautaires à l’origine du projet. Elle l’a donc autorisé. À contre cœur, sans nul doute! Pour le reste, elle a agi en parfait accord avec ses convictions et celles de ses camarades écolos.

Car, il ne faut pas l’oublier, pour les brigades vertes, les petites, les moyennes et les grandes  centrales hydroélectriques, c’est du pareil au même. Ce sont toutes, comme le dit si bien le gourou Paul Piché, des «cauchemars écologiques». Harnacher une rivière, même si c’est au fil de l’eau, c’est un sacrilège, c’est profaner la Nature, c’est violenter Gaïa, c’est souiller l’Esprit des Eaux.

Et ne leur parlez surtout pas des retombées économiques bénéfiques de tels projets pour les communautés concernées, ils s’en contrebalancent!

Encore une fois, je le répète, tous les arguments rationnels n’ont aucune prise sur tous les Roy Dupuis et Paul Piché de ce monde. Eux, ils se cantonnent dans l’idéologique et le passionnel, pour ne pas dire le religieux. C’est d’ailleurs pourquoi ils sont souvent  belliqueux. Et leur agressivité épouvante et fait plier la classe politique.

Mais il faut aussi parler du fondement proclamé de la décision de la ministre : le surplus d’énergie. C’est sans doute un fait, mais j’ai du mal à croire que les quelques dizaines de mégawatts provenant des mini-centrales aggraveraient tellement la situation de surplus.

Mais ce qui, cependant, me désarçonne le plus, c’est de voir la ministre justifier pour cause de surplus l’annulation du programme de mini-centrales et, du même souffle, autoriser un parc éolien de 800 MW dans la Réserve des Laurentides.

Quelques dizaines de MW issus des petites centrales, c’est carrément intolérables compte tenu des surplus d’énergie mais 800 MW produits par des éoliennes, c’est tout à fait indispensable. Plus incohérent que ça…

En fait, je sais bien pourquoi. Autant la petite hydraulique est perçue par les Verts comme une intolérable atteinte à Mère-Nature, autant les plantations de gigantesques vire-vent sont considérées comme des actions éminemment respectueuses de l’environnement et un hommage liturgique au Dieu des Vents.

Et, étrangement, quand il s’agit d’Éole, le coût élevé de l’énergie produite et l’inefficacité connue de cette filière ne sont pas pris en compte. Un superbe cafouillage énergétique!

Jacques Brassard

 

 

13 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est décourageant! Qu'est-ce qu'on va faire avec les Verts qui mènent le Québec à la ruine économique?

Anonyme a dit…

En plus , qui a démontré les surplus? sur une base long terme..
Ça ressemble au financement universitaire...qui dit vrai?

Anonyme a dit…

Avez-vous pensé une seconde qu'il y a des espaces qui méritent de rester intacts juste parce qu'ils sont beaux? Que tout ne peut être soupesé et estimé par leur seule valeur économique? À vous lire parfois, on a l'impression que tout ce qui existe sur cette terre devrait être transformé, vidé, bétonné, pour qu'on puisse se mettre un peu plus d'argent dans les poches. Et pourquoi? Pour qu'on puisse se payer plus de CHOSES? Pour qu'on fasse "rouler" cette sacro sainte religion, l'ÉCONOMIE? Peux-t'on arrêter de créer des séparations entre supposés "Verts" et "rationnels" et se rendre à l'évidence qu'il va falloir trouver un juste milieu dans tout ça? Au lieu d'être dénigrants d'un côté comme de l'autre?

Hugo Lépine a dit…

Je peux vous dire qu'à Shannon, les efforts communautaires auraient tout aussi mérités d'être récompensés surtout que le projet se faisait sur le site de l'une des premières centrales au Québec en 1893.

Anonyme a dit…

Il faut arrêter de penser que toute intervention humaine entraîne nécessairement une détérioration de l`environnement. Quand vous passerez dans la région de Québec, allez visiter le Parc des Chutes-de-la-Chaudière. Vous verrez alors un très bel aménagement qui allie l`utile et l`agréable.

Réal Carbonneau

N. Larouche a dit…

On apprend ces jours-ci, que les minis centrales sont une perte net
pour hydro-Quebec. Ayant signé des contrats fermés à 0,08 $/Kwh à l'achat à ces petits producteurs,
Hydro la revend à perte entre 0,04 et 0,06 $/Kwh. Ce sera donc tous les québécois qui devront assumer
ces pertes par des hausses de tarif. bel exemple de mauvaise gestion.

respectable a dit…

Parlant d'écolo, voici une excellent présentation de l'écologiste Julie Talbot de l'université de Montréal. Il y a les écologistes qui sont verts à l'extérieur et rouge à l'intérieur; et il y en a d'autres qui sont verts à l'extérieur et brun sale à l'intérieur.

http://nodiffamation.com/2013/02/21/le-cas-cjulie-alias-julie-talbot-la-scientifique-du-climat/

Anonyme a dit…

Dans l'univers unanimiste du Hétutistan (le blogue de Richard Hétu), Julie Talbot, alias cjulie et maintenant professeur de géographie à l'université de Montréal, en profitait pour vous insulter de tant à autres, au lieu de venir s'expliquer ici.

De son côté ankh, alias Sylvain Massé, ordurier comme d'habitude, vous accusait de souffrir de "delirium tremens" au son des applaudissements de la confrérie unanimiste dont faisait partie Julie Talbot.

Le tout peut être vérifié en lisant les commentaires qui s'échangeait vers la fin de mai ou le début de juin 2010.

Maintenant que cjulie et ankh sont décagoulés, ils vont sans doute se calmer... et se sentir un peu honteux, j'espère.

Merci à nodiffamation.com pour l'excellent travail d'assainissement public.

Anonyme a dit…

Un ami a fait un développement immobilier ou passait un crique et il y vivait une race de grenouille rare. Ne voulant pas se faire poursuivre par l'environnement, il a fallu qu'il replante des espèces végétales spécifique pour la survie des grenouilles sur toute la distance du crique, même s'il n'avait que touché à la moitié du crique. Ça lui a coûté 80 000$ dans les années 1990. Il a tout fait lui-même, cela lui a pris un été complet pour que soit approuvé par l'environnement. Quelques années passèrent, des résidants ont fait des plaintes à cause de l'odeur qui se dégageait de ces eaux mortes et l'esthétique qui l'essai à désirer. La ville est venue avec une pelle mécanique et a tout retiré. Mon amis et sa conjointe pleuraient accoter sur la clôture la perte de leurs grenouilles à 80000$ qui les avaient presque ruinés.

Williams Pq

Pierre-P.Larochelle a dit…

Il faut continuer de dénoncer les mollahs de l'environnement québécois. Vravo à Jacques Brassard qui dénonce avec courage l'intégrisme religieux des écolos.

Anonyme a dit…

Voici ce qu'on écrivait sur M. Brassard dans le Hétutistan (blogue de Richard Hétu) sous la cagoule de l'anonymat:

ankh
11 juin 2010 19h02
Ce Brassard (NDLR: Jacques Brassard, ancien ministre du gouvernement du Québec) souffre du même DTT (delirium tremens talmudique) que d’autres blogueurs. Les symptômes sont patents : fièvre idéologique; hallucinations épouvantables (ils voient des Musulmans jusque sous leur lit); graves séquelles neurologiques (dans leur cas, le mal est déjà fait); tremblements constants, ce qui fait qu’ils écrivent toujours la même chose, à répétition; etc. etc. L’hospitalisation est urgente dans tous ces cas.

http://blogues.lapresse.ca/hetu/2010/06/11/le-blocus-de-gaza-«a-echoue»/

Note: on sait maintenant que ankh est le pseudonyme de Sylvain Massé, traducteur et auteur d'articles dans l'Agora entre Nov. 1994 et Juin 1996.

Anonyme a dit…

Voyons anonyme, le blogue de Hétu est un blogue-poubelle, pour les désoeuvrés pas de vie. Faut pas prendre ça au sérieux

honorable a dit…

@anonyme: Hétu serait un blogue-poubelle? Pourriez-vous le prouver?

Au fait, la preuve par 1+ 1 =2 existe, et elle montre que des membres de notre pseudo élite intellectuelle ont activement collaboré au caractère poubelle du blogue de Richard Hétu.

C'est scandaleux; c'est inqualifiable, mais c'est ainsi, et avec la pleine complicité et protection de Richard Hétu:

http://nodiffamation.com/2013/02/26/julie-talbot-de-luniversite-de-montreal-par-elle-meme-texte-et-contexte/