mardi 18 octobre 2011

INDIGNÉE OU ABRUTIS?




Il s’appelle Stéphane Hessel. C’est un vieillard qui laisse croire qu’il a participé à la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1947. Ce qui est exagéré. Il fut tout au plus observateur. Il a écrit récemment un pamphlet, vendu à des centaines de milliers d’exemplaires, intitulé : «Indignez-vous!». Il faut signaler que son indignation, à lui, est on ne peut plus sélective, pour ne pas dire unilatérale. Car il ne s’échauffe que presque exclusivement contre la démocratie israélienne! Les monceaux de cadavres à travers le monde le laisse plutôt froid. C’est le genre : «il me faut des Juifs pour attiser mon indignation! ».

Et voilà que dans les grandes villes d’Occident l’on voit soudainement s’agiter des braillards qui semblent avoir répondu à son appel et qui se baptisent «Indignés».

Vous vous doutez bien que la presse les cajole. Enfin! Des manifestants révolutionnaires de gauche! Comme cette indignation est admirable, n’est-ce pas? Ce n’est pas comme ces «extrémistes-racistes-nazis-demeurés d’extrême-droite» que sont les tea parties, tellement insignifiants qu’ils laissent leurs lieux de manifestations propres, sans ordures et sans dégâts! Franchement! Quelle bande d’insipides, d’inodores et de sans saveur!

Qui sont-ils donc, ces «indignés»? Si on les écoute (les médias leur donnant la parole avec complaisance), la pensée apparait confuse et embryonnaire, elle se limite à des slogans simplistes et des borborygmes vaseux.

Mais on réussit malgré tout à décoder quelques idées bien courtes. C’est ainsi qu’on finit par savoir qu’ils sont hostiles au capitalisme inévitablement «sauvage», à la finance internationale forcément «inhumaine», à la croissance «malfaisante», à la surpopulation dangereusement galopante, à la dégradation scandaleuse de notre chère Planète.

Par conséquent, tout observateur le moindrement attentif aux éructations de ces primates indignés conclurait vite qu’il est en face d’une irruption sur la place publique (les circonstances s’y prêtant) d’un conglomérat de faction d’activistes gauchistes : socialistes, communistes, alter mondialistes, écologistes, anarchistes…et casseurs en tout genre.

D’ailleurs, aux États-Unis, le Working Family Party, une coalition d’organisations socialistes et syndicales, soutient la fiesta anti capitaliste et y participe à fond. David, du blogue Antagoniste, nous apprend aussi que le Parti Nazi et le Parti Communiste américains lui ont également apporté leur appui.

Il est donc relativement facile de constater que les «indignés» ne sont en fait qu’un ramassis de gauchistes incultes. Il n’y a que les journalistes pour ne pas s’en rendre compte. Les entrevues qu’ils font avec une mansuétude loufoque sont dignes d’une anthologie de la ratatouille idéologique. Il était par ailleurs particulièrement affligeant de voir Bernard Landry, un ancien Premier Ministre, vanter les mérites et la clairvoyance de ces jeunes gauchistes tout juste capables de baragouiner des slogans débiles.

Je veux bien convenir que des naïfs de la classe moyenne se sont égarés au milieu de cette faune vociférante. Mais il saute aux yeux que la classe moyenne, même si elle est exaspérée d’avoir à supporter presque toute seule les extravagances des États, n’est pas partie prenante de ce «woodstock sans musique».

La classe moyenne américaine, par exemple, se retrouve vraiment chez les Tea Parties. Et quand elle manifeste, cette classe moyenne, elle ne dresse pas de tentes pour s’incruster en parasites dans les parcs publics et les souiller…Elle rentre tout bonnement à la maison. Et elle continue de travailler…et de payer des impôts.

Par ailleurs, si on se base sur le ramdam médiatique, on est enclin à croire que nous sommes en face d’une déferlante révolutionnaire irrésistible qui va balayer le Vieux Monde capitaliste. Erreur manifeste d’estimation, sans doute due à l’enthousiasme jubilatoire des scribes et gratte-papier devant une «perspective aussi lumineuse».

En réalité, le nombre de manifestants, dans les grandes villes d’Occident, se limitait à quelques milliers par cité. Ce qui est très modeste. Le nombre des «indignés» est inversement à proportionnel à l’intensité de la couverture médiatique qu’il leur est accordée. Avec une participation aussi maigre à une manif des tea parties, la presse aurait aussitôt proclamé la déconfiture.

Quant aux «solutions» que les Indignés à travers le Monde parviennent péniblement à bafouiller, ce n’est que vieilles ritournelles socialo-écolo-étatistes : protectionnisme, étatisation, démondialisation, dirigisme d’État, taxation musclée des «riches», décroissance etc. Toutes ces vieilles recettes ne feraient qu’aggraver la crise et plongeraient la Planète dans un ruineux foutoir. Je ne souhaite à aucun peuple de se retrouver avec un gouvernement qui surtaxerait abusivement les entreprises (ce qui aurait pour effet immédiat de faire chuter dramatiquement les investissements) ou qui lèverait des barrières pour mettre fin au libre-échange avec des pays moins développés (ce qui entrainerait une réduction dangereuse de la croissance mondiale). Ce serait une catastrophe!

Le plus désolant dans ce Carnaval d’Automne, c’est de voir, à Ottawa, les partis d’opposition faire des clins d’œil courtisans à ces jusqu’au-boutistes de la rue. C’est d’une démagogie irresponsable (un pléonasme?) que de laisser croire que les âneries jargonnées dans les parcs urbains pourraient constituer des voies de sortie de crise.

Le même phénomène est apparu aux États-Unis où l’on peut voir une Nancy Pelosi, par exemple, ancienne présidente Démocrate de la Chambre des Représentants (qui serait depuis longtemps, si elle était Républicaine, classée dans la catégorie des parfaites idiotes), faire des risettes pathétiques aux gauchistes de Occupy Wall Street (les indignés américains). « Ces rassemblements, a-t-elle déclaré, sont composés de jeunes (et alors?). Ils sont spontanés (pas si sûr!), focalisés (vous m’en direz tant!) et ils sont efficaces (efficaces sur elle sans doute!).» Les Démocrates se fourvoient s’ils imaginent que les Indignés vont les aider à se sortir du trou.

Ce que les peuples d’Occident doivent bien comprendre, c’est que la banqueroute qui les menace (quand elle ne les a pas déjà plongés dans le désarroi), ce ne sont pas les banques ni les entreprises qui en sont responsables. Ce sont eux-mêmes et les gouvernements qu’ils ont choisis. Le peuple québécois, par exemple, a choisi, comme presque tous les peuples d’Occident, de vivre au-dessus de ses moyens pendant plus de 40 ans.

Et la classe moyenne, celle qui aura à assumer et subir, un jour ou l’autre, les conséquences d’un douloureux redressement, sait fort bien que les solutions simplistes vociférées par les abrutis de la rue ne feraient que précipiter la faillite. Et, entre vous et moi, ce serait déjà fait si nous n’avions pas la «bouffée d’oxygène» annuelle de la péréquation fédérale (soustrayez 8,5 milliards du budget du Québec, et nous voilà devenus…des «Grecs»).

Jacques Brassard







28 commentaires:

Anonyme a dit…

«Tout le monde en parle»: la liberté selon Djemila Benhabib

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/%C2%ABtout-le-monde-en-parle%C2%BB--la-libert%C3%A9-selon-djemila-benhabib.html

Anonyme a dit…

Allez voir ce site hier soir

Occupy Montreal - Occupons Montréal
https://www.facebook.com/groups/occupymontreal/295097053835318/

André Quenneville le drapeau des patriotes n'a vraiment pas sa place là.

Lucas Deschenes la poursuite de la souveraineté n'est pas un débat dépassé, mais c'est une aspiration qui n'a pas tout simplement pas sa place dans notre mouvement. Quelqu'un qui ne comprends pas ça est soit ignorant, aveuglé idéologiquement, mal outillé pour analyser le monde autour de lui ou encore payé pour semer la discorde dans nos rangs

Christian Montmarquette , porte-parole QS‎.

« Ceux qui sont trop ignares pour s'apercevoir que cette lutte est une lutte anticapitaliste et de gauche devaient lire les pancarte des revendications du Mouvement des indignés. »

Occupation Québec
La vraie occupation, c’est le Canada qui occupe le Québec !
Leur reine Victoria, qui le symbolise, est tout de même belle avec le drapeau des patriotes, mais ces derniers veulent l’enlever.

Conservateur québécois a dit…

Il est effectivement lamentable de voir les journaleux-gauchistes de salon québécois appuyer sans réserve ces communistes. Avez vous entendu Pierre Maisonneuve de Radio-CSN s'extasier devant les manifestants ? Et que dire de Marie-France Bazzo qui est persuadée que le capitalisme n'est pas loin d'être renversé ! Les manifestants anti-capitalistes sont motivés aussi par une haine des banquiers. Or, qui dit banquiers pour ces gauchistes dits juifs.. Rappelez-vous les discours nazis sur les banquiers juifs dans les années 1930.Et la propagande bolchevique de Lénine contre les banques. Les principaux responsables de la crise actuelle sont les syndicats, le peuple et les politiciens. Les solutions proposées par les néo-communistes sont un ramassis d'idioties syndicales et étatistes. La faillite de la France, de l'Espagne, du Portugal et du Québec approche.

Yves a dit…

Je ne peux m'empêcher de citer un passage que je puise directement de la présentation de votre blogue: votre " position est désormais connue sous tous les angles possibles ". Vous semblez critiquer l'absence (ou du moins le manque) de débats de fond tout en cherchant à "éduquer" les gens quant au niveau de responsabilité des individus dans le développement du contexte politico-socio-écnoomique actuel, mais je ne vois rien ici qui amène une nouvelle position qui ajouterait un poids quelconque à la défense d'une position qu'on pourrait qualifier d'intolérante envers les mouvements embyronnaires qui se forment et se développent présentement à l'échelle planétaire.

Christian Rioux a dit…

Il ne représentent pas 99% de la population, au mieux 5 ou 10% de gauchistes et marxistes. Le parti communiste et le parti Marxisme léniniste n'obtiennent que 2% de vote à chaque élection. Il y a donc 98% des gens qui ne sont pas communistes.

Anonyme a dit…

J'au du supprimer plusieurs commentaires. Pas publiables!Injurieux et diffamatoires!Je me dis que je dois avoir viser juste pour susciter autant d'insanités. Plusieurs étaient même carrément scatologiques.Un seul geste à poser dans de tels cas:tirer la chaîne!
Jacques Brassard

Anonyme a dit…

Cher Monsieur Brassard,

Personnellement, je trouve vous arguments abusifs et ignorant. Mais, comme j’ai spécifié, c’est un commentaire personnelle.

Il s’appelle Stéphane Hessel. C’est un vieillard qui laisse croire qu’il a participé à la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1947. Ce qui est exagéré. Il fut tout au plus observateur.

Qu’es ce que vous essayez de articuler avec le terme vieillard? Jouez-vous au jeux malsain de l’âgisme? À mon avis, vous le considérez comme un individu atteint de la démence qui prétend avoir fais parti de la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Après une simple recherche sur l’internet, Monsieur Hessel à travaillé pour la Commission sur les Droits de l’Homme à l’ONU et a participé à la rédaction de la Déclaration (http://www.francetoday.com/articles/2011/04/22/stephane_hessel.html). Je crois qu’il n’était pas tout simplement un observateur, comme vous essayez de divulguer dans votre blog.

honorable a dit…

Parlant d'abrutis, l'ineffable Radio-Canada nous apprenait récemment que Gilad Shalit avait été capturé à l'intérieur de Gaza! Shalit avait, en fait, été capturé à l'intérieur des frontières israéliennes telles que définies par la ligne verte de 1949.

Parions que la dépêche de Radio-Canada avait été écrite par un "indigné".

http://www.honestreporting.ca/blog/permalink/2810.aspx

Anonyme a dit…

Pourtant plusieurs de ces indignés sont des travailleurs qui contribuent au développement de la société, qui épargnent, qui investissent et qui vivent selon leurs moyens...qui mènent de bonne vie. On ne va quand même pas retirer leur liberté d'expression. Bref, il y a des abus et des inégalités à dénoncer. Rien de plus facile que de dénigrer ces rassemblements en sortant les épouvantails communistes, radicaux-go-gauche...
C’est aussi gratuit qu'un manifestant affirmant que les entrepreneurs sont tous des profiteurs et la source de l’ensemble des maux de la Terre.

C'est drôle, les opposants à ce mouvement ne font que dénigrer les participants et analyser les propositions irréalistes que ceux-ci proposent. Ils ne défendent jamais leurs propres positions...
C’est toujours :
1 - c'est des crottés.
2 - leurs idées mèneraient à la catastrophe.

Le manque de nuances est souvent désolant des deux côtés.

Merci de me publier.

Conservateur québécois a dit…

Mr. Brassard, il faudrait faire remarquer aux abrutis qui manifestent contre Wall Street qu'ils demeureront des perdants dans un système communiste ! Un perdant sans instruction, sans leadership, un ignorant, un chômeur ou un BS ne deviendront pas des gestionnaires chevronnés dans une société communiste. Le communisme a ses propres élites qui piétinent le peuple sans pitié. L'Occident se suicide sous nos yeux ! Nous avons perdu la tête quand on en vient à valoriser l'ignorance et l'obscurantisme.

Robert Petit a dit…

Votre analyse est simpliste, vous généralisez sur la nature des gens qui font parti de ce mouvement.
Si je partage votre avis, sur le fait que les gens vivent bien au delà de leur moyen, je tiens à vous faire remarquer que l'économie actuelle et ses mécanismes que vous respecté tant, sont basés sur une nécessité de consommation abusive, présenté comme mode de vie acceptable et idéal par une élite financière déconnecté.
Y a t'il plus belle preuve, d'abus de gaspillage et d’égoïsme que de scruter la vie des jet-setters de ce monde?
Les bases de notre société sont à repenser, c'est une absolue nécessité, sans quoi l'avenir de nos enfant est grandement menacé.
Mais si vous croyez que nos dirigeants et leurs amis, les grands financiers vont régler tout ça par eux même, puisque qu'au fond ils sont tous des humaniste non compris et bien laisser moi douter de votre capacité de jugement rationnel.

Robert Petit
Un père.
Un travailleur.
Un citoyen.
Un indigné.

Anonyme a dit…

Monsieur Brassard, que faites-vous de la Grèce
F. Pigeon

Anonyme a dit…

Que ces imbéciles aillent travailler,c`est plein d`ouvrage.Il manque 12 milles travailleurs dans le secteur des mines au Québec.Plein de métiers au Québec sont en manque grave de travailleurs.

Il faut que s`est indignés se réveillent.La vie est un combat,pas personne va vous faire de cadeaux.Surtout pas des pays comme la Chine,l`Inde,le Brésil,etc...Ils nous feront pas de cadeau.
L`Occident est en déclin,si vous voulez pas que ça fasse trop mal,réveillez-vous et allez travailler à place de pleurnicher.

Anonyme a dit…

Ha oui,y`a le très indigné gauchiste Dutrizac qui vous a fait mauvaise presse avec ses 2 gauchistes préférés Donald Cuccioletta et Léo-Paul Lauzon.Les jeunes peuvent bien être endoctrinés à la sauce socialisto-communiste avec ces 2 professeurs d`Université gauchistes.

Anonyme a dit…

Ces soi-disant « révoltés » cultivent l'indignation convenue, typique de la gôche étudiante. Que les médias dits « sérieux » accordent une telle importance à ce véritable cirque a quelque chose de burlesque...

B. Vallée
Québec

Anonyme a dit…

Monsieur Brassard,

Vous traitez des jeunes d'abrutis parce qu'ils s'indignent devant les dérives d'un système financier déréglementé. Et vous vous surprenez de recevoir à votre tour des commentaires offensants. Vous auriez pu faire passer votre opinion à la base sans amalgamer tous ces manifestants dans la même sauce injurieuse. Prenez exemple sur votre némésis Jean-François Lisée qui demeure toujours courtois mais incisif dans ces réponses. Le message passe beaucoup mieux dans ces circonstances. Et il reçoit sans doute moins de retour d'ascenseur d'insultes que vous. Vous représenter un défi de tolérance pour une personne un tant soit peu de gauche. Mais je reconnais bien votre droit à votre opinion.

Anonyme a dit…

Donald Cuccioletta est coupable de plagiat, un acte très grave dans le monde académique.

http://www.antagoniste.net/2008/09/26/qui-est-donald-cuccioletta/

Personne, nulle part, n'offrirait de tribune à un plagiaire de droite. Mais un plagiaire de gauche? Pas de problème pour nos médias, dirait-on.

Anonyme a dit…

Monsieur Brassard,

Premièrement, ne changez pas votre style comme vous le suggère un "anonyme" qui semble ébahi, voire obnibulé par J.-F. Lisée.

Vous êtes un peu "rough" sur les bords mais vous avez l'avantage d'être bien précis et d'aller droit au but. Sans les inutiles fioritures qui caractérisent l'auteur ci-haut mentionné.

Je suis entièrement d'accord avec vous et je rêve du jour où ces cégépiens (illettrés économiquement!) qui "occupent" Wall Street déploieront autant "d'efforts" qu'ils en affichent actuellement, pour créer la richesse nécessaire pour seulement soutenir la moitié de leurs revendications.

Anonyme a dit…

Le renard Jean Charest...

http://jomarcotte.files.wordpress.com/2011/10/renard.gif

Anonyme a dit…

Les indignés critiquent les élites économiques mais je ne suis pas sûr qu'ils acceptent une vaste remise en cause de leur mode de vie. Ces manifestants sont-ils prêts à consommer moins de produits électroniques (ordinateurs, cellulaire, Ipod, Ipad)à ne plus acheter de vêtements sauf des vêtements usagés, à moins voyager, à moins utiliser leurs cartes de crédit et à ne plus acheter de produits bio puisqu'ils sont plus chers?
Ils devraient en plus, créer une compagnie dans laquelle le profit serait interdit, dans laquelle le patron n'aurait pas de salaire afin que ses employés puissent gagner beaucoup d'argent...Ils n'auraient alors aucune raison de faire des stupides manifestations.

Anonyme a dit…

Un commentaire.
EXCELLENT, Félicitation de vouloir conscientiser la population contre cette culture marxiste à la G Soros.

Merci

Anonyme a dit…

Voici une des raisons pour lesquelles "nos indignés" québécois devraient plier leurs tentes et retourner au CEGEP:

http://martincoiteux.blogspot.com/2011/10/on-ne-peut-occuper-montreal-comme-on.html

Anonyme a dit…

Les causes de la « Révolution tranquille » en matière d'éducation, ses conséquences

http://www.pouruneécolelibre.com/2011/10/les-causes-de-la-revolution-en-matiere.html

Anonyme a dit…

ah misere que c'est pathétique, en fait pas envi de faire de sondage mais combien d'indignés savent ce qu'ils font, en fait c'est le ras le bol général de gens qui ne savent plus ou ils en sont, et contre le système qui pour nous semble si pourri (je ne suis meme pas sur que la gauche-droite veut dire quelque chose aujourdhui, une chose est sur. Collusion, Corruption, Faveurs, Dépense, Taxes abusives, Politicien (mot qui ressemble maintenant à "Arnaqueur")..... et les médias tout croches, et prenant du hors contexte pour créer "la bonne parole" un peu comme Jésus mais pour remplir leur poche, prenez et mangez (mes paroles) et vous serez sauvé ( mon oeil ! ).
J'en reviens pas encore comment la société en est rendu, j'aimerais donc rester enfant car eux ne voit pas tout ca en ce moment , mais bon dieu qu'ils vont l'avaler de travers.
Bof on s'en fout, on a qu'a emprunter ... et donner nos ressources qui pour plusieurs sont "inépuisables".
Beaucoup on dit que la Commission Bastarache a été inutile et 6M$ de pertes, bien moi je le crois pas, le résultat est rien mais le "show" , comment édifiant c'était, il en aurait tellement long à dire la dessus et personne n'analyse et releve presque rien de tout ca....
Le point de non retour arrive, pensez seulement ce qui nous d'argent net sur le chèque de paye, impot et taxe...
On paye en taxe et impot des gens qui nous demandent de payer pour tout, en fait on paye grassement le monde fonctionnaire et le gouvernement pour nous tirer le peu qui reste....

En tout cas que l'on soit d'accord ou pas avec votre commentaire, c'est un fond qui touche notre sens critique....et votre commentaire sur le fait de purger certains commentaires "scatologiques" nous montrent aussi, ou on en est rendu .... pathétique , navrant et même épuisant !

Denis H.

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup lire un texte comme celui-ci, surtout lorsque qu'il a été écrit par un ancien péquiste. Félicitations et merci.

Mario Lacroix

Anonyme a dit…

Pauvre M. Brassard. Vous êtes probablement de ceux qui croient au néocapitalisme, au rêve américain où le ciel n'est pas la limite, qu'un salaire de trente ou soixante millions $ par années peut représenter la valeur réelle d'un travail accompli quel qu'il soit et que les vrais méchants ce sont les communistes et gauchistes de tout acabit. Le problème est que la classe moyenne est comme vous et se laisse bercer et berner par ces mirages depuis 40 ans, victime du marketing de la richesse sans contrôle et potentiellement atteignable. Arrêtez de sous-estimer les financiers et les
industriels : ce ne sont plus les gouvernements qui gouvernent, mais les magnats de la finance, des banques et de l'industrie, qu'elle soit hollywoodienne, bitumineuse ou médiatique. Mea culpa, nous avons vécu au-delà de nos moyens, obnubilés par la recherche de confort, de gain et de matérialisme ostentatoire. Mais TOUT n'est pas de notre faute. Quant aux solutions à tous ces problèmes qui nous hantent depuis des années, mais où donc pourrais-je voir au moins une solution que vous auriez proposée? Vous n'en avez pas parce que c'est la faute de la classe moyenne et cela ne vous touche qu'idéologiquement.

Hugues L a dit…

... de la démagogie avec un grand D. Déjà, dès les premières phrases, des propos étranges; pourquoi insister sur le fait que Stephan Hessel n'a pas rédiger la déclaration universelle des droits de l'homme alors que lui même l'illustre assez clairement dans son texte :

"J'ai eu la chance après la Libération d'être associé à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par l'Organisation des Nations unies, le 10 décembre 1948, à Paris, au palais de Chaillot. C'est au titre de chef de cabinet de Henri Laugier, secrétaire général adjoint de l'ONU, et secrétaire de la Commission des Droits de l'homme que j'ai, avec d'autres, été amené à participer à la rédaction de cette déclaration."

Il est clair que d'être "associé à la rédaction" et de "participer à la rédaction" n'est pas la même chose que rédiger. Maintenant, à savoir quel poids il a vraiment eu dans la rédaction, cela relève plutôt de l'anecdote.

Il est sûr qu'il ne faisait pas parti des 9 rédacteurs officiels, mais il a sans doute eu un mot à dire dans les discussions entourant la rédaction. Aussi, il est bon de savoir que Humphrey, ce canadien qui lui, est reconnu comme un des piliers dans la rédaction était très proche de Henri Laugier ... le secrétaire général adjoint, dont Stéphane Hessel était chef de cabinet. La boucle est bouclée ... non?

Aussi, pourquoi écrire qu'il s'agit d'un pamphlet (connotation propagandiste) alors qu'il s'agit d'un simple essai?

Sachez finalement, que, Stéphane Hessel s'indigne face à l'état d'Israel parce que c'est une cause qui le touche, mais qu'il encourage les gens à s'indigner contre ce qui les concerne et non pas à endosser sa cause à lui.

Dans votre seul premier paragraphe, vous avez déjà écrit un assez grand nombre d'absurdité pour qu'il me soit difficile de lire votre texte jusqu'à la fin ... mais je l'ai tout de même fait. Peut-on en dire autant de votre lecture de l'essaie de M. Hessel?

Alexandre Brassard a dit…

Cher Monsieur Brassard

Dois-je rappeler au fin rhétoricien que vous êtes que les injures et les attaques personnelles ne sont pas des arguments? Parler de “vieillard”, “d’abrutis”, de “primates indignés”, de “braillards”, de “faune vociférante”, de “gauchistes incultes” de “parasites” nivèle le débat et discrédite votre propos.

Et quel est-t-il, ce propos? Votre logorrhée injurieuse ne recèle que trois petites idées:

1) les médias sont biaisés en faveur de la gauche;
2) les banques et les entreprises ne sont pas responsables de la crise;
3) les demandes des manifestants sont floues et imprudentes.

Aucune de ces prétentions ne résiste à l’examen des faits.

S’il y a un biais des médias, c’est vers la droite. Il y a, au Canada et au Québec, une incroyable concentration de la presse entre les mains de quelques entrepreneurs privés, Pierre Karl Péladeau et tutti quanti. Il n’est donc pas surprenant que le National Post, le Globe and Mail, Maclean’s, le Toronto Sun et la chaîne Sun TV aient adopté une ligne éditoriale de droite. Les choses sont pires aux État-Unis, et les occupants de Wall Street ont été complètement ignorés par les médias pendant deux semaines.

Tous les analystes sérieux reconnaissent la responsabilité des banquiers et des gestionnaires privés dans la crise actuelle. Cela inclut Mark Carney, le Gouverneur de la Banque du Canada, qu’on ne saurait accuser d’ignorance ni de gauchisme. L’investissement spéculatif dans les produits dérivés et les fraudes dans le marché hypothécaire “subprime” ont causé l’effondrement du marché, l’instabilité financière et contribué au chômage qui frappe maintenant nos jeunes. La cible symbolique est donc bien choisie.

Certes, les gouvernements méritent une part du blâme. Ils auraient pu mieux réglementer la finance et mettre en place des mesures keynésiennes plus fermes. Pour cela, il aurait fallu défendre l'interventionnisme économique de l’État et remettre en cause votre évangile néo-libéral.

Vous vous plaignez des “solutions simplistes” des manifestants. En réalité, ils n’ont formulé aucune demande officielle. Avez-vous assisté à l’une de leur assemblées? Avez-vous écouté ces jeunes? Moi oui. Les indignés n’ont pas de porte-parole officiel ni de programme politique défini. Ils cherchent plutôt à défendre des valeurs. Ils nous forcent à réfléchir à un sérieux problème, celui des inégalités sociales qui s'aggravent.

C’est maintenant aux politiciens de les transformer ces valeurs en politiques publiques précises. C'est à nous de voter pour les plateformes qui émergeront.


Alexandre Brassard
(Aucun lien de parenté, Dieu merci)